Analyses

Le confinement et l’absence de public, les pires ennemis de Gaël Monfils ?

Depuis le retour du tennis en août dernier, après plus de cinq mois d’arrêt à cause du Coronavirus et du confinement qui a eu lieu dans le monde entier, le Français Gaël Monfils (n°11) n’est plus le même joueur. Ce mardi, après avoir annoncé qu’il mettait un terme à sa saison 2020, le Parisien a avoué avoir perdu l’envie depuis le confinement, avec cette absence de public dans les stades qui le rend moins enthousiaste qu’à l’accoutumée.


« Je ne serai pas à Bercy et je mets d’ailleurs un terme à ma saison 2020. » C’est par ces mots que le joueur français Gaël Monfils (n°11) a annoncé, ce mardi sur sa chaîne Twitch, qu’on ne le reverra plus sur un court de tennis d’ici la fin de la saison. Cependant, il faut aller chercher autre chose dans cette déclaration, comme un malaise et une envie qui semble perdue depuis le retour du tennis en août dernier, après le confinement et la pause forcée dus à la crise du Coronavirus. En effet, avant le confinement, le Parisien avait démarré la saison tambour battant. Il avait notamment réalisé un mois de février qui laissait présager d’une saison exceptionnelle : deux titres coup sur coup, au tournoi ATP 250 de Montpellier puis au tournoi ATP 500 de Rotterdam. Puis, deux semaines plus tard, une finale au tournoi ATP 500 de Dubaï, où il avait failli dominer le Serbe Novak Djokovic (n°1). Tout cela après une belle place en huitièmes de finale du premier Grand Chelem de l’année, à l’Australian Open (seulement battu par le futur finaliste, Dominic Thiem). Et puis il y a eu cette coupure. Depuis, le Français de 34 ans n’a plus gagné. Quatre rencontres, quatre défaites dont une douloureuse au premier tour de Roland-Garros, face au Kazakh Alexander Bublik (6-4, 7-5, 3-6, 6-3). Lundi, Monfils a même été contraint à l’abandon lors de son premier tour du tournoi ATP 500 de Vienne face à l’Espagnol Pablo Carreño Busta (n°15), visiblement touché aux cervicales. « C’est très dur pour moi de prendre du plaisir, je n’ai pas de bonnes sensations, je sens que c’est dur. Il y a beaucoup de tristesse en moi », a-t-il ajouté mardi lors de sa conférence de presse virtuelle.

Par conséquent, le Tricolore manquera le Rolex Paris Masters la semaine prochaine, un tournoi où il a déjà brillé par le passé. « Là, il fallait couper la spirale négative », a expliqué Gaël Monfils. « Je n’arrive pas à donner le meilleur de moi-même, donc j’arrête pour mieux reprendre.«  Cependant, il faut aller chercher plus loin une raison à ce qu’il qualifie lui-même comme une spirale négative. En effet, comme l’avait souligné Gilles Simon (n°58) lors d’une interview il y a quelques semaines, le confinement et la pause forcée du tennis peut avantager certains joueurs, comme en désavantager d’autres. Gaël Monfils fait malheureusement partie de la deuxième catégorie, lui qui a été stoppé en plein vol. Il est clair que le confinement n’a pas été vécu de la même manière par tout le monde et, quand il s’est adressé à la presse, le Parisien a fait tomber le voile. « Le confinement m’a éteint, je suis revenu sans avoir énormément de confiance, je pense qu’il m’a fait beaucoup de mal », a-t-il ainsi confié. « Je n’ai pas réussi à m’adapter, à faire les bons choix sur mon retour. » Autre élément à prendre en compte, même s’il est beaucoup plus personnel : Monfils vit en Europe, alors que sa famille est en Guadeloupe et qu’il n’a pas eu l’occasion de beaucoup la voir ces derniers mois. « En tournoi, c’est assez facile », a jouté le 11ème joueur mondial. « On est dans sa bulle, on est un peu protégé de tout. Là, chez moi, j’ai été touché par beaucoup plus de choses. J’ai perdu de la force mentale. J’ai passé énormément de temps sans voir ma famille. Cela fait plus d’un an que je n’ai pas vu ma mère… Psychologiquement, c’est dur et ça a laissé des traces. »

Sans analyser ses choix de tournoi, de voyager aux États-Unis ou non, nous pensons que l’ambiance qui règne sur les tournois – où le public est absent ou présent en tout petit nombre – ne convient pas au joueur tricolore. Du coup, il semble nerveux sur le court, comme il l’a lui-même expliqué : « Je n’arrive pas à me détendre quand je suis sur le court. Je me contracte. Et plus je rate, plus je me contracte. C’est un blocage mental qui devient physique. J’ai besoin de reprendre le travail avec un préparateur mental. Je n’arrive pas à visualiser et quand ça passe, je me vois triste. Je me frustre trop vite en match. Mentalement, il y a un problème. Je n’ai plus le feu. » Et la suite ? Cette situation inconfortable n’empêche pas Gaël Monfils de penser à ce qu’il se passera après. Il est déjà tourné vers la saison 2021, qu’il débutera en Australie. « Je veux attaquer 2021 à bloc », s’est-il empressé de préciser. « Je vais couper le tennis pendant un moment, mais faire quand même du sport et vivre ma vie de jeune homme pendant quelques semaines, ne pas me préoccuper du tennis. » Autre point positif dans tout cela, le Parisien se voit encore « de belles années devant moi. Je me vois bien jouer jusqu’à 40 ans. Au moins 38 et les J.O. à Paris. » Rendez-vous donc Porte d’Auteuil dans trois ans pour voir s’il tiendra sa promesse.

Crédit photos : @LeParisienSport, @WeAreTennisFR, @TennisMagazine1

À LIRE AUSSI :

Andrey Rublev, déjà quatre titres en 2020 et une ascension qui n’a pas été perturbée par le Coronavirus

Hugo Gaston, un retour à la compétition attendu en Challenger à Hambourg

4 réflexions au sujet de “Le confinement et l’absence de public, les pires ennemis de Gaël Monfils ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s