Analyses

Monfils, Humbert, Paire, Gaston : le bilan des joueurs français en 2020

La saison 2020 étant terminé, l’heure est désormais au bilan. Ce lundi, nous avons ainsi décidé de faire le bilan des joueurs français sur le circuit ATP, avec quelques progressions mais aussi des déceptions. Petit tour d’horizon, en espérant que 2021 sera une meilleure année, avec une pandémie de Coronavirus dont on aimerait ne plus parler…


Gaël Monfils, fauché en plein vol

La saison de Gaël Monfils (n°11) avait pourtant si bien débutée… Logiquement battu par Dominic Thiem (n°3) en huitièmes de finale de l’Australian Open, le Parisien allait décoller au mois de février. En effet, il a remporté deux titres en deux semaines, au tournoi ATP 250 de Montpellier et surtout au tournoi ATP 500 de Rotterdam. S’en était suivie une demi-finale au tournoi ATP 500 de Dubaï, où il avait failli prendre le dessus sur le n°1 mondial, Novak Djokovic, contre qui il avait obtenu trois balles de match ! Fin février, le Tricolore était 3ème à la Race et si la saison avait été normale, s’il avait poursuivi sur sa lancée, il aurait pu tutoyer les sommets et avoir sa place aux ATP Finals en fin d’année. Seulement, le confinement est passé par là… et il n’a jamais été capable de relancer la machine. Sans motivation dans des bulles sanitaires où le public lui a manqué, il n’a plus gagné le moindre match depuis son retour sur terre battue – il avait en effet choisi de ne pas mettre les pieds à l‘US Open. Grâce au nouveau système de classement, il n’est pas trop redescendu et il devra se reprendre et repartir du bon pied dès le début de la saison 2021.

Ugo Humbert, toujours en pleine progression

Ugo Humbert (n°30) est sans aucun doute le meilleur joueur tricolore de cet exercice 2020 particulier. Cette année, il a remporté ses deux premiers titres sur le circuit ATP : en janvier, au tournoi ATP 250 d’Auckland et en octobre dernier, au tournoi ATP 250 d’Anvers. Il semble trouver, petit à petit, cette constance qui fait des joueurs de haut niveau qu’ils restent plusieurs années en haut du classement. Classé 57ème mondial en début d’année, le Messin est désormais au portes du Top 30 et on ne se fait pas de souci pour lu, il devrait poursuivre sa progression en 2021. Pour bien terminer l’année, notez qu’il a atteint son premier quart de finale en Masters 1000 au Rolex Paris Masters, battant le Grec Stefanos Tsitsipas (n°6) au passage. Sa régularité est aussi mise en avant par d’autres résultats probants : une demi-finale au tournoi ATP 250 de Delray Beach en février, puis un troisième tour au Masters 1000 de Rome et un quart de finale au tournoi ATP 500 de Hambourg, montrant ses progrès sur terre battue. Pour 2021, il doit viser des progrès dans les tournois du Grand Chelem, car c’est là qu’il a eu ses plus mauvais résultats : premier tour à Melbourne et à Roland-Garros, deuxième tour à l‘US Open.

Mannarino et Moutet à leurs niveaux

Deux autres joueurs gauchers ont connu une année 2020 assez positive. Corentin Moutet (n°77) a ainsi progressé, même s’il n’a pas eu de gros résultat. En début de saison, il a tout de même atteint la finale au tournoi ATP 250 de Doha, sa première sur le circuit ATP, après avoir notamment battu Milos Raonic (n°14) ou encore Stan Wawrinka (n°18). Après la coupure, il a notamment atteint le troisième tour à l’US Open, son meilleur résultat en Grand Chelem à ce jour. Sa fin de saison a cependant était gâchée, notamment après un test positif au Coronavirus durant le Rolex Paris Masters. On lui souhaite le meilleur pour 2021 ! Au cours de l’US Open, Adrian Mannarino (n°35) aura sauvé l’honneur tricolore, ne s’inclinant que face à Alexander Zverev (n°7) en quatre sets. Un joueur allemand qu’il est parvenu à mettre en difficulté, même s’il l’a battu de nouveau au tournoi ATP 250 de Cologne et lors du Rolex Paris Masters. En attendant, le joueur français a atteint une finale au tournoi ATP 250 de Nur-Sultan et une demi-finale au tournoi ATP 250 de Sofia pour ponctuer sa saison de manière positive. Il a même failli accrocher un statut de tête de série pour l’Australian Open

Hugo Gaston, la révélation

Âgé de 20 ans, Hugo Gaston (n°161) s’est révélé lors du tournoi de Roland-Garros, disputé à l’automne pour les raisons que l’on connaît. En effet, le Tricolore a atteint les huitièmes de finale après une victoire épique au troisième tour face à Stan Wawrinka (n°18) en cinq sets 2-6, 6-3, 6-3, 4-6, 6-0. Coller une roue au Suisse n’est pas rien et montre déjà le grand talent de ce jeune joueur ! Et comme si cela ne suffisait pas, il avait mis Dominic Thiem (n°3) en grandes difficultés, remontant un handicap de deux sets à zéro avant de s’incliner en cinq manches 6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3. Alors classé 239ème mondial, il s’était révélé aux yeux du grand public et son retour sur le circuit Challenger a par la suite – mais c’est bien normal – était un peu délicat. En 2021, son objectif sera d’être constant sur ce circuit secondaire afin d’entrer dans le Top 100 au plus vite et de pouvoir disputer les tournois du Grand Chelem sans avoir à passer par les qualifications.

Benoît Paire, l’incompris

Comme souvent, Benoît Paire (n°28) a été incompréhensible dans son attitude, tant pour le public que pour les observateurs du tennis. Après une belle saison 2019, l’Avignonnais enchaînait en janvier dernier avec une finale au tournoi ATP 250 d’Auckland, perdue face à son compatriote Ugo Humbert. Et puis, après un deuxième tour à l’Australian Open, il a presque disparu des radars, la coupure ne lui faisant pas du bien à lui non plus. Testé positif à la Covid-19 juste avant le début de l’US Open, la gestion de son cas et de ses contacts a été pour le moins incohérente. Puis, lors du tournoi ATP 500 de Hambourg, il a été testé une nouvelle fois positif, ce qui mentalement a terminé de mettre sa saison et son moral en l’air. Il a presque été meilleur lors des fameux « StanPairo » sur Instagram que sur les courts. On sait qu’on ne changea pas la manière d’être de Paire, et ce n’est pas notre envie. Tout ce qu’on peut lui souhaiter, c’est de retrouver l’envie et la motivation en 2021 pour à nouveau laisser parler son immense talent sur le court.

Simon, Gasquet et Herbert en demi-teinte

Gilles Simon (n°63), Richard Gasquet (n°47) et Pierre-Hugues Herbert (n°83) ont tous les trois connus des résultats en dents de scie. Avec 10 victoires pour 11 défaites, Simon n’a atteint qu’une demi-finale, au tournoi ATP 250 de Montpellier. Le joueur de 36 ans s’est tout de même rebiffé au tournoi ATP 250 de Cologne, montrant du mieux mais à son âge, son physique commence à pêcher. Quant à Gasquet, les pépins physiques l’ont encore empêché de jouer comme il l’aurait voulu. En effet, il a été à l’arrêt entre l’US Open et Roland-Garros, compromettant sa préparation sur terre battue. S’il avait fait de bons matches lors de l’Ultimate Tennis Showdown de Patrick Mouratoglou, dans un format complètement différent, il a lui-même avoué être cramé au bout d’une heure de jeu. Il y a cependant eu du mieux en fin de saison, avec une demi-finale au tournoi ATP 250 de Sofia. Devenu papa en septembre, Herbert a lui eu de difficultés à maintenir son niveau de jeu en fin de saison. Aucune réelle performance, alors qu’il avait commencé l’année avec deux quarts de finale aux tournois ATP 250 de Doha et Montpellier.

Tsonga et Pouille, bloqués à l’infirmerie

En 2020, Jo-Wilfried Tsonga (n°62) et Lucas Pouille (n°70) ont squatté les bancs de l’infirmerie. Le Manceau n’a disputé que deux matches, pour deux défaites, au tournoi ATP 250 de Doha et lors de l’Australian Open. Pas de quoi pavoiser pour lui, qui n’est pas revenu à la compétition après la pause forcée. En effet, des œdèmes osseux au niveau du bassin l’ont finalement convaincu de mettre un terme à sa saison en septembre. Âgé de 35 ans, Tsonga refuse de parler de retraite mais son corps parle pour lui. Cependant, on l’a vu reprendre le chemin des courts il y a peu et lui-même assure avoir toujours envie de revenir plus fort que jamais en 2021. Pouille, de son côté, n’a pas joué le moindre match en 2020. Il avait repris sur le circuit Challenger début mars, au Challenger d’Indian Wells, mais le Coronavirus l’a stoppé. Longtemps repoussée, l’opération du coude s’est montré essentielle pour le joueur de 26 ans, qui a donc profité de la pause pour se soigner. Bientôt papa de son premier enfant, il devrait s’aligner en début de saison 2021, notamment à l’Australian Open, avec un nouvel entraîneur, après s’être séparé d’Amélie Mauresmo.

Crédit photos : @atptour, @sofiaopentennis, @rolandgarros, @tsonga7

À LIRE AUSSI :

Bianca Andreescu pourra-t-elle relever les défis qui se présenteront à elle en 2021 ?

Lorenzo Musetti : « J’ai beaucoup appris sur la façon de gérer la pression »

3 réflexions au sujet de “Monfils, Humbert, Paire, Gaston : le bilan des joueurs français en 2020”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s