Reportages

Avec le tennis canadien et Bianca Andreescu, Sylvain Bruneau vise à améliorer le jeu

Le tennis canadien, ce n’est pas la première fois qu’on en parle. En effet, en 2019, il a été largement en haut de l’affiche, d’une part grâce à l’ascension de Bianca Andreescu, mais aussi avec les bons résultats et la promesse laissée par Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov. Pour une confirmation de tous ces talents en 2020 ?


Pour le tennis canadien, la saison 2019 a été extraordinaire, tant chez les hommes que chez les femmes. Nous en avons parlé plusieurs fois dans ces colonnes. L’ascension fulgurante de Bianca Andreescu (n°5) au classement WTA a donné au Canada son premier titre en simple en Grand Chelem à l’US Open au mois de septembre dernier, quelques mois après que la joueuse ait remporté deux des tournois les plus importants du calendrier, à Indian Wells et Toronto, à domicile. Chez les messieurs, deux joueurs canadiens ont également connu une belle saison : il s’agit de Félix Auger-Aliassime (n°21), entré dans le Top 20, et de Denis Shapovalov (n°15), maintenant dans le Top 15, qui ont récemment représenté leur drapeau lors de la nouvelle formule de la Coupe Davis à Madrid.

embepd4xuaa6xq6.jpg

Ces derniers jours, les acteurs du tennis au Canada ont donné une conférence de presse pour faire le bilan de cette année 2019 qui fut riche et préparer la saison 2020, qui sera celle de la confirmation pour les trois joueurs cités précédemment. « Le but est de solidifier la base et d’avoir de plus en plus de joueurs dans le Top 100 », a ainsi déclaré Louis Borfiga, le directeur du tennis de haute performance. « Peut-être que l’an prochain, nous n’aurons pas de Canadiens en finale d’un Grand Chelem mais ce qui compte, c’est de poursuivre le chemin engagé et de cultiver l’enthousiasme généré par les résultats de Milos (Raonic) et Eugénie (Bouchard) en 2014, qui ont ouvert la voie, puis ceux des autres jeunes cette année. » Cependant, s’il y en a un qui espère qu’il y aura d’autre finales en Grand Chelem en 2020 pour le tennis canadien, c’est Sylvain Bruneau, l’entraîneur de Bianca Andreescu. Il est l’un des principaux architectes de cette année extraordinaire pour la joueuse canadienne : la conversation avec sa joueuse lors du troisième set de la finale d’Indian Wells, au cours de laquelle il a convaincu Andreescu d’ignorer la fatigue et de remonter face à Angelique Kerber, est désormais célèbre.

EMiJ0qSXsAUVnuJ.jpg

Bruneau était à Montréal pour la conférence de presse de fin d’année, quelques jours avant son départ en Californie, où Andreescu prépare la saison 2020. Elle a tout d’abord terminé sa rééducation après sa blessure au genou gauche qui l’a forcée à se retirer des WTA Finals à Shenzhen en octobre dernier. Ainsi, l’entraîneur est revenu sur le moment qui l’a le plus surpris en 2019 avec Andreescu. « C’est probablement Indian Wells », a-t-il déclaré. « Je n’étais pas présent à Auckland, et nous sommes arrivés à Indian Wells avec de bons résultats, on nous a donné une wild card mais ce résultat a certainement été une alarme incroyable, car j’ai toujours cru que des résultats de ce type étaient dans ses possibilités mais ils sont venus beaucoup plus rapidement que prévu. » Malgré ses bons résultats, la Canadienne a trop souvent été blessée l’année dernière, un point que Bruneau voudra travailler, notamment grâce à une préparation réfléchie. « Ce sera un point très important, nous ferons très attention à la préparation et nous nous occuperons de l’aspect sportif », a-t-il ajouté. « Je pense qu’en 2019 les résultats sont venus si vite que son corps n’était pas prêt pour un effort aussi lourd. Elle n’avait que 18 ans, puis 19 ans, je ne pense pas qu’elle était physiquement préparée à ce type d’intensité, pour un si grand nombre de matches à un niveau aussi élevé. Nous y porterons une grande attention l’année prochaine et nous assurerons que nous sommes prêts. »

ELh2I4fWkAAzT02

En ce qui concerne les objectifs pour cette nouvelle saison, l’entraîneur d’Andreescu s’est montré sur la réserve. « Je n’aime pas fixer d’objectifs ou gagner des objectifs, nous prendrons un chemin différent », a-t-il expliqué. « Il y a quelques aspects techniques que j’aimerais vraiment améliorer dans son jeu et je pense que ce sera notre objectif pendant la saison. J’espère que ces améliorations se traduiront par des gains et une amélioration du classement. » Quoiqu’il en soit, la Canadienne devait effectuer son retour à la compétition en janvier à Auckland, pour préparer l’Australian Open. Cependant, Bruneau avait insisté lors de cette conférence de presse sur le fait que si elle n’était pas prête physiquement, elle ferait l’impasse sur ce premier tournoi WTA pour être à 100% pour la première levée du Grand Chelem de la saison. Et c’est exactement ce qu’il se passe, puisque nous avons appris ce mardi que Bianca Andreescu se retire du tournoi d’Auckland et que nous ne la reverrons sur un court de tennis qu’à Melbourne.

Crédit photos : @TennisWorlden, @Bibi_Andreescu, @usopen, @_HeadtoHead

À LIRE AUSSI :

Stefanos Tsitsipas veut gagner un Grand Chelem et faire partie du Top 3

 

Les Frenchies de la semaine : une fin de saison réussie pour Arthur Rinderknech

7 réflexions au sujet de “Avec le tennis canadien et Bianca Andreescu, Sylvain Bruneau vise à améliorer le jeu”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s