Analyses

Monte-Carlo – Cédric Pioline seul vainqueur en 50 éditions : la malédiction française

En 50 éditions du tournoi de Monte-Carlo, qui est aujourd’hui un Masters 1000, un seul joueur français a soulevé le trophée. Il s’agit de Cédric Pioline, qui s’était imposé en 2000 face à Dominik Hrbaty. En ce qui concerne les finales, ce n’est guère mieux : Yannick Noah (1986), Cédric Pioline (1993 et 1998, avant sa victoire en 2000) et Gaël Monfils (2016).

D4LgySXWsAAqrAp.jpg


Même si le Masters 1000 de Monte-Carlo se déroule sur la Principauté de Monaco, une certaine atmosphère française transpire dans ce petit « pays », et c’est pourquoi de nombreux joueurs tricolores se sentent chez eux. Cependant, il n’est jamais facile de réussir à la maison et c’est l’un des meilleurs exemples. Tout au long de son histoire, la France a été l’un des pays qui a le plus contribué au développement du circuit professionnel. Certains d’entre-eux ont excellé dans bon nombre de tournois, mais un seul Français a connu le bonheur de remporter la victoire sur la terre battue de Monte-Carlo. Il s’agit de Cédric Pioline, qui avait remporté en l’an 2000 son cinquième et plus beau titre en carrière. Bien que la France soit un pays plutôt bien représenté dans le Top 100 depuis de nombreuses années, il existe un blocage quand il s’agit de remporter les plus gros tournois. Ainsi, le tennis français n’a pas régné à Monte-Carlo et encore moins à Roland-Garros, où seul Yannick Noah s’est imposé en 1983. Mais cette pénurie de titres pour la France ne se limite pas à ces deux tournois, car le bon exemple est que, au cours des trente dernières années, les Tricolores n’ont atteint que quatre finales dans des tournois du Grand Chelem…

CgPyWiWWQAEXLXV.jpg

 

À Monte-Carlo, on compte au total un titre et quatre finales au total sur 50 éditions, ce qui est insuffisant pour un pays comme la France, qui semble pourtant se soucier le mieux des joueurs de tennis en période de développement, mais qui a trouvé son talon d’Achille sur terre battue à Monte-Carlo et Roland-Garros. Il est très difficile d’expliquer les raisons de cette période sans titre, mais peut-être est-ce dû à la grande polyvalence des joueurs tricolores. La France a toujours opté pour la formation de joueurs complets et compétitifs sur toutes les surfaces, s’adaptant particulièrement bien aux courts rapides qui demandent de l’envergure et de la puissance. Sur terre battue, ces derniers temps, nous n’avons vu que Jo-Wilfried Tsonga (n°116) ou Gaël Monfils (n°19) avoir la chance de réaliser quelque chose de grand, mais ils ont toujours flanchés dans les moments décisifs, en finale ou en tout cas dans les derniers tours des grands tournois. Une autre raison pour expliquer ce constat peut être le manque d’un vrai leader dans les rangs français. Peut-être que nos Frenchies n’ont pas la mentalité nécessaire pour se forger en tant que champions, une situation qui devient encore plus compliquée dans ce type de tournoi, car la surface nécessite plus d’efforts et de force mentale. Au cours de cette dernière décennie, seul Gaël Monfils a pu atteindre la finale du Masters 1000 de Monte-Carlo, en 2016, où il avait été battu par Rafael Nadal (n°2) en prenant un cinglant 6-0 dans le troisième set après avoir pourtant joué un grand match pendant deux sets.

CgQnLP8W8AA0nmT.jpg

Finalement, ces résultats pourraient également être dus à l’énorme pression qui est imposée aux joueurs français dès qu’ils jouent à domicile ou près de chez eux. Par ailleurs, aucun joueur français ne semble avoir des options sérieuses pour pouvoir diriger le tennis français dans les grands tournois. Les trentenaires sont blessés (comme Richard Gasquet ou Gaël Monfils cette année) ou reviennent de blessure et auront un tournoi difficile (comme Jo-Wilfried Tsonga, par exemple). Du côté des jeunes, Lucas Pouille (n°31) a été décevant et a déjà perdu au premier tour ce dimanche, et on attend encore la relève (Ugo Humbert a par exemple perdu en qualifications ce dimanche). La dernière raison de ces échecs répétés ces dernière années, qui est peut-être la raison la plus importante, est la domination sans faille de Rafael Nadal, le joueur qui a remporté le plus de titres à Monte-Carlo et où il possède une forteresse presque imprenable pour tous les joueurs de tennis.

Crédit photos : @webissimo, @magstennis, @Tsobretenis, @SportAvecCanal

À LIRE AUSSI :

Les Frenchies de la semaine : Benoît Paire titré en ATP, Sadio Doumbia et Maxime Hamou en ITF

 

Monfils forfait à Monte-Carlo, Halep présente en Fed Cup, Isner à Lyon et Chardy avec Pioline : les 8 infos à retenir cette semaine

Publicités

3 réflexions au sujet de “Monte-Carlo – Cédric Pioline seul vainqueur en 50 éditions : la malédiction française”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s