Reportages

Les Petits As de Tarbes, le championnat du monde des moins de 14 ans

Alors que tous les regards sont tournés vers l’Australie, la compétition la plus importante pour les moins de 14 ans se déroule actuellement en France. Il s’agit du tournoi des Petits As, qui comme chaque année a lieu à Tarbes, dans le sud-ouest de la France. L’occasion pour nous de vous parler de ce tournoi reconnu pour avoir révélé des joueurs comme Rafael Nadal, Andy Murray iu encore Richard Gasquet.


Les Petits As, c’est le tournoi de référence de la catégorie des moins de 14 ans. Reconnu comme étant le championnat du monde junior, il regroupe chaque année les meilleurs jeunes joueurs de la planète. Depuis sa création en 1982 et sa première édition en 1983, le tournoi des Petits As a vu éclore les plus grands champions du tennis mondial : de Michael Chang à Rafael Nadal, en passant par Roger Federer, Novak Djokovic, Andy Murray, Justine Henin, Kim Clijsters ou encore Martina Hingis. Si on jette un coup d’oeil au palmarès, on peut y rencontrer Paul-Henri Mathieu (1996), Richard Gasquet (1999), Rafael Nadal (2000), Frances Tiafoe (2012) ou encore Rayane Roumane (2014). Chez les filles, on y voit des noms comme Dinara Safina (2000), Yulia Putintseva (2009), Jelena Ostapenko (2011) ou encore Bianca Andreescu (2014). Les trois dernières années ont également révél quelques pépites qui devraient à suivre assez rapidement sur le circuit féminin : Linda Fruhvirtova (2019), sa jeune soeur Brenda Fruhvirtova (2020) et la Française Mathilde Ngijol-Carré (2021), qui est donc tenante du titre.

Cette année, d’ailleurs, le tournoi fête sa 40ème édition. Et dès qu’on ouvre les portes du Palais des Expositions de Tarbes, on peut ressentir le prestige et l’importance que revêt cette compétition pour ses participants. Au total, on y trouve neuf courts de tennis qui sont magnifiques et font de ce tournoi l’un des meilleurs au monde. « Les Petits As, c’est un événement à part, un tournoi d’amateurs géré comme un tournoi pro », a notamment déclaré Jean-Claude Knaebel, co-fondateur de l’événement en 1982, sur le site de la FFT. Pour sa dernière année en tant qu’organisateur, il a d’ailleurs évoqué certains de ses souvenirs, après quatre décennies à la tête de ce prestigieux tournoi. « On a commencé avec quatre nations, une caravane et un court », s’est-il souvenu. « Aujourd’hui, nous sommes 180 bénévoles pour une quarantaine de nations. Le tournoi est Super Category, la plus haute distinction. On a accueilli tout le monde ici. Je me souviens de Chang qui gagne à Tarbes avant de nous emmener dans sa loge quand il remporte Roland-Garros, de Federer qui jette ses raquettes, du jeu de Nadal, de Gasquet avec son père. »

En parlant de ces anciens joueurs étant passé par Tarbes, tous n’ont pas remporté le titre. Mais beaucoup d’entre eux ont leur portrait affiché en ce lieu qui force le respect. On peut ainsi y voir Richard Gasquet, Gaël Monfils, Tatiana Golovin, Alizé Cornet ou encore Stan Wawrinka, Roger Federer, Rafael Nadal et Justine Henin. Rien que ça. « Oui, ça fait quelque chose de voir le portrait de tous ces joueurs », a notamment déclaré Antonin Witz, jeune joueur français de 13 ans, éliminé au deuxième tour ce mercredi. « On se dit qu’on est un peu sur leur chemin et qu’un jour, on pourrait les rattraper. » S’il a connu la défaite dès sa deuxième rencontre après avoir déjà vécu un premier tour difficile, la jeune pousse ne voulait pas en faire toute une montagne : « C’est un gros tournoi, mais je ne veux pas en faire une montagne. Peu importe le résultat, ça ne fera pas mon futur, je viens ici pour apprendre. »

Du côté des filles, l’une des favorites de la compétition s’appelle Ophélie Boullay, championne de France en titre chez les 13-14 ans. Elle a notamment été impressionnante au deuxième tour, infligeant un 6-3, 6-0 à son adversaire, l’Espagnole Charo Esquiva Bañuls. Si elle est consciente du prestige du tournoi qu’elle dispute cette semaine, elle sait aussi que cela engendre des sollicitations médiatiques, même si rien n’est définitif. « Ça ne veut même pas dire qu’on va être professionnel si on le gagne », a tenu à préciser la jeune joueuse tricolore, qui garde les pieds sur terre. « C’est vrai que même quand j’étais plus jeune, on en parlait déjà beaucoup. Je ne sais pas si ce n’est qu’en France, mais il y a une vraie attente. » Quoi qu’il en soit, nous continueront à suivre le parcours des jeunes pousses françaises jusqu’aux finales, prévues ce dimanche. Il reste une chance de victoire dans le tableau garçon, avec Lenny Petit, et une chez les filles, avec donc Ophélie Boullay.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @LesPetitsAs, @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Reverra-t-on un jour Gilles Simon dans le Top 100 ?

Maxime Cressy, nouvel ambassadeur du service-volée

3 réflexions au sujet de “Les Petits As de Tarbes, le championnat du monde des moins de 14 ans”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s