Reportages

Mathilde Ngijol-Carré, espoir du tennis français à suivre en 2023

Âgée de seulement 15 ans, Mathilde Ngijol-Carré sera une des jeunes étoiles du tennis tricolore à suivre la saison prochaine. Elle tentera de marcher dans les pas de Diane Parry (n°110) ou encore Elsa Jacquemot (n°146), qui ont toutes les deux terminé n°1 mondiale chez les Juniors (avec un titre du Grand Chelem pour la deuxième…). Avant le grand saut dans le monde professionnel ?


La jeune française Mathilde Ngijol-Carré, aujourd’hui âgée de 15 ans, est sous le feu des projecteurs depuis quelques mois déjà. Membre de la Team BNP Paribas Jeunes Talents, elle avait fait parler d’elle au mois de septembre 2021, quand elle avait remporté le tournoi des Petits As de Tarbes, sorte de championnat du monde des mois de 14 ans. Désormais, Mathilde Ngijol-Carré espère marcher dans les pas d’autres jeunes pousses de la Team BNP Paribas Jeunes Talents : Diane Parry (n°110) et Elsa Jacquemot (n°146). Les deux joueuses tricolores ont terminé les saisons 2019 et 2020 sur la plus haute marche du classement mondial. Avec, par ailleurs, un titre en Grand Chelem à Roland-Garros pour Elsa Jacquemot. Un rêve qui semble à la portée de la jeune fille de 15 ans, inspirée par ailleurs par une autre n°1 mondiale, la Polonaise Iga Swiatek (n°1). « Je suis juste une jeune fille de 15 ans qui espère aller loin dans le tennis », avait-elle confié en octobre dernier à nos confrères de Tennis Actu. « Je suis plutôt satisfaite de ma saison. J’ai fait un gros saut au classement ITF Juniors. J’ai pu entrer dans le Top 150. C’est un bon objectif atteint, je cherche vraiment à entrer dans les 100 pour les Grands Chelems désormais. Le titre aux Petits As a été marquant pour ma toute petite carrière. Ce titre m’a prouvé que je suis dans le bonne direction. Le titre ne change pas grand chose. Beaucoup de médias et de sollicitations… Des attentes qui viennent de l’extérieur mais ça ne m’a pas mis plus de pression que ça. »

Nièce de l’humoriste et comédien Thomas Ngijol, Mathilde Ngijol-Carré est apparue récemment dans la saison 4 de la série-documentaire diffusée sur Bein Sports, « Bleu Horizon ». Elle y est revenue sur son jeune parcours et le lien qui l’unit à son oncle. « C’est le frère de mon papa », a-t-elle notamment expliqué. Et quand on lui fait remarquer que son tonton semble plus démonstratif qu’elle, l’adolescente rectifie : « C’est son métier qui lui demande d’être comme ça. En famille, il est plus réservé. C’est une personne totalement normale. Mais c’est super intéressant de côtoyer quelqu’un qui a l’habitude du public, par rapport à la gestion du stress. Il m’a un peu conseillée en la matière. D’ailleurs, si je parais si calme, c’est que je garde pas mal mes émotions à l’intérieur. C’est un peu la tactique du poker face. » Cependant, la jeune joueuse française a surtout puisé son inspiration du côté de Venus et Serena Williams. « En regardant les matches à la télé, je ne voyais qu’elles, leur rage et l’impression d’invincibilité qu’elles dégageaient », a déclaré la joueuse de 15 ans. « Quelle prestance sur le court ! » Et malgré le soutien financier de cette Team BNP Paribas Jeunes Talents, Mathilde Ngijol-Carré préfère s’accorder un temps de réflexion quant à son avenir tennistique. « J’ai expérimenté plusieurs façons de m’entraîner, avec la Fédération puis dans une académie espagnole », explique-t-elle. « Si je continue, je préférerais me trouver une structure sur-mesure, afin de pouvoir rapidement entrer dans le circuit professionnel, ce qui coûte extrêmement cher. Alors, je dois d’abord en discuter avec mes parents. »

En attendant, elle a vécu des moments intenses à Tignes, où elle a pu se nourrir de l’expérience de Jo-Wilfried Tsonga ou encore Alizé Cornet (n°36), sa marraine aux Étoiles du sport. « Ils m’ont dit qu’eux aussi avaient connu des moments de doute dans leur carrière », a-t-elle confié. « Nous avons eu des discussions très enrichissantes. Jo m’a par exemple expliqué l’importance d’avoir d’autres passions que le tennis, dans la vie. Lui, c’est la pêche. Alizé, elle, se change les idées grâce à l’écriture. » Pour Mathilde Ngijol-Carré, c’est la cuisine et le dessin, qui lui permet de s’exprimer. Mais la jeune fille garde la tête sur les épaules, raison pour laquelle elle poursuit ses études, afin de s’assurer d’avoir plusieurs cordes à son arc. « J’ai encore l’opportunité de rêver assez grand », a-t-elle déclaré. « Que ce soit dans le tennis mais je garde aussi d’autres options. Je continue de travailler à l’école pour trouver un bon équilibre et ne pas être limitée. En 2023, j’aimerais entrer dans le Top 100 et ensuite franchir le Top 60. » Comme nous le faisons régulièrement avec d’autres jeunes joueurs, nous suivrons bien entendu l’évolution de Mathilde Ngijol-Carré tout au long de la saison 2023.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Le 13 janvier 2023, découvrez Break Point, le documentaire Netflix sur les coulisses du tennis

Les invités français pour l’Open d’Australie sont Luca Van Assche et Diane Parry

2 réflexions au sujet de “Mathilde Ngijol-Carré, espoir du tennis français à suivre en 2023”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s