AusOpen

Un jour en Bleu à l’Open d’Australie : Ugo Humbert et Adrian Mannarino survivent à une journée difficile…

Après une deuxième journée largement perturbée par les fortes chaleurs et la pluie, certains joueurs tricolores devaient terminer leurs rencontres du premier tour de l’Open d’Australie ce mercredi. Pendant ce temps, le second tour a été lancé, avec des fortunes diverses pour nos représentants. Et si la pluie s’enest encore mêlé, Adrian Mannarino (n°45), Ugo Humbert (n°106) et Enzo Couacaud (n°191) ont été les seuls vainqueur du jour dans le clan tricolore, pour des matchs en retard du premier tour. Tous ceux qui ont joué pour une place en seizièmes de finale ont par ailleurs été éliminés.


Ugo Humbert et Adrian Mannarino au deuxième tour

C’était le match attendu du premier tour, dont seulement trois jeux avaient pu être disputés ce mardi. Richard Gasquet (n°42) et Ugo Humbert (n°106) sont ainsi revenus sur le court pour terminer leur rencontre. Et c’est le plus jeune des deux qui l’a emporté en trois petits sets 6-3, 6-4, 6-3. Après son titre au tournoi ATP 250 d’Auckland la semaine dernière, Richard Gasquet semblait ne plus avoir d’essence dans le moteur. « J’ai eu un peu de mal à récupérer, depuis Auckland, ce n’était pas évident », a déclaré le Biterrrois en conférence de presse. « J’allais un peu mieux aujourd’hui mais ça n’a pas suffi. En plus, le court est rapide et Ugo est compliqué à jouer, avec son jeu de gaucher. Quitte à perdre, je suis content que ce soit contre lui, parce que je l’apprécie et j’espère que ça le remettra du mieux possible, parce que c’est un super joueur. Le crédit lui en revient. Ça atténue ma tristesse. » Mais il fait dire que c’est aussi son adversaire, Ugo Humbert, qui s’est montré très agressif et est parvenu à faire tourner le match en sa faveur. « J’ai bien servi, j’étais constant au retour, je me sentais bien », a expliqué le principal intéressé. « Bon premier match, solide. Richard te fait toujours jouer la balle de plus, et là je ne me suis pas excité, j’essayais de le faire bouger, j’avais le bon état d’esprit, je suis content. » Dès demain, il affrontera l’Américain Denis Kudla (n°108), lucky loser, pour une place au troisième tour. De son côté, Adrian Mannarino (n°45) est également revenu terminer sa rencontre du premier tour face à John Isner (n°43). Un match qu’il a finalement remporté en quatre sets 6-7 (5), 7-6 (8), 6-2, 6-2. Il affrontera Alex de Minaur (n°24) au tour suivant. Cependant, à À défaut de s’être régalé sur le court, le Français se contentait de la victoire, il est vrai bien aidé par la blessure au dos de l’Américain. « Victoire ou défaite, ce sont des matches où on ne prend aucun plaisir », a déclaré le joueur tricolore en conférence de presse. « Il n’y a pas d’échange, pas de tactique. Hier (mardi, ndlr) je suis sorti du terrain au bout d’un set et demi et je n’avais pas encore transpiré. C’est pas agréable. Alors que parfois tu joues des adversaires contre qui, même dans la défaite, tu t’amuses sur le court et t’as l’impression de jouer au tennis. Là c’est pas marrant mais bon, c’est comme ça… » S’il ne sait pas vraiment où en est son niveau de jeu, Adrian Mannarino aura un bon test face à son prochain adversaire. Enfin, Enzo Couacaud (n°191), issu des qualifications, a également franchi le premier tour en battant le Bolivien Hugo Dellien (n°131) en trois sets 6-4, 7-5, 6-0. Il s’est ainsi donné le droit d’affronter Novak Djokovic (n°5), ce jeudi au deuxième tour, en night session sur la Rod Laver Arena. Ce sera la première fois de sa carrière qu’il affrontera un Top 10, lui dont le plus gros succès en termes de classement remonte à octobre 2014, au Challenger de Rennes, où il avait battu Robin Haase, (alors 73ème mondial), en quarts de finale.

Laurent Lokoli, une défaite douloureuse

Après avoir mené, ce mardi, face à Michael Mmoh (n°107), Laurent Lokoli (n°175) a vécu une fin de rencontre très difficile. Issu des qualifications, il s’est fi alimentaire incliné en cinq sets 4-6, 2-6, 7-6 (7), 6-4, 6-2. Alors qu’il a eu une balle de match dans le troisième set, le joueur de 28 ans s’est longuement confessé, en conférence de presse, sur les émotions qu’il a traversées pendant deux jours : « C’était un tourbillon. Honnêtement, j’avais vraiment le match en main. J’étais d’un calme et d’une sérénité incroyable. Pendant deux sets et demi, c’est moi qui mène, qui domine dans le jeu. Je fais tout bien. Je vois bien que je l’étouffe et j’essaie de continuer. Et puis, est-ce que c’est ce manque de match à ce niveau-là ? » Forcément très triste, il a même fondu en larmes en se remémorant tous les moments difficiles qu’il a pu vivre durant sa carrière : « J’ai eu tellement de moments difficiles… Que j’y pensais tout le tournoi. Et hier, ça m’a entraîné au lieu de m’emporter vers le haut. C’est dur à dire, mais ça sortait plus. Ce n’est qu’un premier tour de Grand Chelem, j’en jouerai d’autres, mais ça fait mal parce que l’histoire était belle et que j’avais envie de continuer. » Notez que Laurent Lokoli disputait seulement le sixième match de sa carrière sur le circuit principal, le quatrième dans un tableau principal en Grand Chelem. À ce jour, il les a tous perdus…

Clara Burel, Corentin Moutet et Constant Lestienne éliminés au deuxième tour

Trois joueurs tricolires ont disputé le deuxième tour de l’Open d’Australie, ce mercredi, et tous les trois ont été éliminés. Dans le tableau féminin, Clara Burel (n°130) a logiquement perdu contre Barbora Krejcikova (n°23) en deux sets 6-4, 6-1. Issue des qualifications, mais trop imprécise, la joueuse française n’a pas réussi à inquiéter la Tchèque. Le seul point positif, c’est que Clara Burel s’est procuré quatre balles de break, toutes sauvées par son adversaire. Même résultat pour Corentin Moutet (n°62), éliminé au deuxième tour par l’Argentin Francisco Cerundolo (n°29) en quatre sets 3-6, 6-4, 6-2, 7-5. Comme souvent avec le joueur tricolore, il y a eu des hauts et des bas durant cette partie, des points géniaux tout comme des gestes de frustration. Malgré le gain du premier set, le joueur de 23 ans a rendu les armes, s’agaçant même auprès de son coach : « Tu veux que je fasse comment ? J’ai pas de service, je peux pas frapper un revers, j’ai pas de coup droit. Je joue avec quoi, les pieds ? Ça me rend fou. Toutes les occasions, j’en convertis pas une. » Enfin, malgré une belle bataille, Constant Lestienne (n°55) a dû rendre les armes face au Britannique Cameron Norrie (n°12) en quatre sets 6-3, 3-6, 7-6 (2), 6-3. Il aura pourtant réussi à le faire douter pendant près de deux sets, après être revenu à une manche partout et en poussant son adversaire au jeu décisif dans le troisième set. Mais, après la perte de celui-ci, le joueur tricolore a vu le niveau de jeu du Britannique selever et na rien pu faire.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @FFTennis

À LIRE AUSSI :

La nuit des Bleues à l’Open d’Australie : Caroline Garcia solide, Alizé Cornet tombe de haut

Jérémy Chardy revient de loin mais quel bonheur de l’avoir vu rejouer !

2 réflexions au sujet de “Un jour en Bleu à l’Open d’Australie : Ugo Humbert et Adrian Mannarino survivent à une journée difficile…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s