Analyses

La victoire américaine de Taylor Fritz en United Cup, tout sauf un hasard…

Ce dimanche, les États-Unis ont remporté haut la main la première édition de la United Cup. Un élément permet d’expliquer un tel succès : une équipe complète, composée composée de deux Top 10 qui ont joué en n°1 en simple, ainsi que deux Top 20 qui ont évolué en n°2. Mais ce n’est pas tout, puisqu’une vraie cohésion d’équipe a été créée entre le capitaine, David Witt, et les joueurs.


Durant la conférence de presse qui a suivi la victoire des États-Unis au terme de la première édition de la United Cup, le capitaine américain David Witt a déclaré : « J’ai l’impression d’être chez moi avec mes huit enfants. J’ai passé un super moment ces deux semaines. C’était très amusant. Il y a eu beaucoup de tennis à regarder, mais je me suis éclaté. Vous êtes tellement immatures et je vous aime pour ça. » Voilà qui témoigne bien de l’état d’esprit jovial qui a régné, pendant une douzaine de jours, au sein de l’équipe américaine. Soutenus par un esprit de franche camaraderie, un engagement à s’amuser et la profondeur globale de leur équipe, les États-Unis ont trouvé la formule gagnante lors de l’édition inaugurale de la United Cup, cette compétition mixte par équipes qui a vu 18 pays s’affronteren Australie. D’ailleurs, l’équipe américaine possède un ensemble complet de joueuses et de joueurs, ce que d’autres pays pourraient chercher à imiter dans les années à venir. De plus, les deux numéros un de l’équipe, Taylor Fritz (n°9) et Jessica Pegula (n°3), n’ont perdu qu’un seul match chacun en simple sur l’ensemble de la compétition. Et les n°2, Frances Tiafoe (n°17) et Madison Keys (n°10), ont tout de même remporté à eux deux les dix rencontres qu’ils ont disputés en simple !

En finale de cette United Cup, Taylor Fritz a remporté dimanche le point de la victoire pour l’équipe américaine, en battant l’Italien Matteo Berrettini (n°16) en deux sets 7-6 (4), 7-6 (6). Le tout après après avoir déjà éliminé le n°1 polonais, Hubert Hurkacz (n°11), en deux jeux décisifs en demi- finales. « C’est tellement plus excitant, il y a tellement plus d’émotions », a déclaré le joueur de 25 ans dans des propos rapportés par le site officiel de l’ATP. « Vous pouvez célébrer avec toute votre équipe au lieu de simplement célébrer avec vous-même. Dès que j’ai gagné, je me suis tourné vers l’équipe et je savais que tout le monde allait me sauter dessus. C’était génial jusqu’à ce que Frances (Tiafoe, ndlr) me donne un coup de tête à pleine vitesse au visage. » Jessica Pegula, qui a surpris la n°1 mondiale Iga Swiatek (n°1) en demi-finales et a apporté le premier point à l’équipe américaine lors de la finale, a déclaré que la camaraderie au sein de l’équipe avait joué un rôle déterminant dans son succès. « Nous avons passé un très bon moment à Sydney », a expliqué la troisième joueuse mondiale. « Cela a été très amusant. Nous nous sommes beaucoup rapprochés, j’ai envie de mieux nous connaître. Nous avons fait trois escape game en une semaine. Littéralement, tout le monde hier soir disait : ‘Nous devons refaire un escape game pour maintenir l’alchimie dans l’équipe.’ Je ne pensais pas que cela arriverait. Nous y sommes. C’était amusant . »

Si la Grèce, la Pologne ou même la France possédaient également un membre du Top 10 dans leurs rangs pour jouer le rôle de n°1 dans lequel, les États-Unis possédaient une force supplémentaire. En effet, leurs n°2 étaient également très forts, appartenant au Top 20 du classement ATP et WTA. Rendez vous compte : Frances Tiafoe, particulièrement en forme, a remporté ses cinq matchs en simple en ne perdant qu’un seul petit set. Personne n’a plus apprécié ce format en équipe mixtes que le désormais 17ème joueur mondial, qui a déclaré qu’il espère poursuivre ses séances d’entraînement avec Jessica Pegula en 2023. « Vous verrez beaucoup d’entraînements Pegula-Tiafoe à partir de ce moment jusqu’à ce qu’elle veuille arrêter ou que je souhaite y mettre fin », a déclaré le natif du Maryland. « Elle a définitivement élevé mon jeu à un tout autre niveau. Elle est incroyable. Je suis heureux d’avoir pu frapper avec elle, d’avoir pu voir ‘Clinch Fritz’ et Madison Keys faire leur truc. Ça a été une semaine spéciale. Oui, il faut une équipe soudée pour réaliser quelque chose de spécial. Ça a été une sacrée semaine. » Dans une semaine, ces Americains seront à suivre de près durant l’Open d’Australie, car ils pourraient y jouer les premiers rôles.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @UnitedCupTennis

À LIRE AUSSI :

La semaine des Tricolores : première finale sur le circuit ATP pour Benjamin Bonzi !

Le silence inquiétant de Naomi Osaka, à quelques jours de l’Open d’Australie…

2 réflexions au sujet de “La victoire américaine de Taylor Fritz en United Cup, tout sauf un hasard…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s