Reportages

Lyudmyla Kichenok évoque son parcours pour échapper à la guerre en Ukraine

Meilleure joueuse ukrainienne en double, Lyudmyla Kichenok a dû fuir son pays et la guerre, comme beaucoup de ses compatriotes. Cependant, elle a regretté l’incompréhension de la WTA concernant cette situation inédite, et a tenu à évoquer son parcours pour échapper au conflit armé lancé par la Russie il y a bientôt cinq mois.


La guerre a commencé le 24 février dernier et depuis, nous avons relaté plusieurs histoires de joueuses ou de joueurs en lien avec ce conflit armé. L’une des nombreuses joueuses touchées par le conflit est Lyudmyla Kichenok (n°16 en double), la meilleure joueuse ukrainienne de la spécialité. Aux côtés de Jelena Ostapenko, elle a atteint les demi-finales à Roland-Garros et à Wimbledon, et elle a également remporté le titre au tournoi WTA 250 de Birmingham. Lyudmyla Kichenok a ainsi tenu à partager ce qu’elle a vécu avec Suspilne Media, en plus d’expliquer comment la situation a été vécue sur le circuit féminin.

La joueuse de 29 ans a ainsi raconté comment elle s’était enfuie d’Ukraine, quelques jours après le début du conflit. « Le 22 février, ma sœur Nadiia a quitté l’Ukraine avec son mari », a déclaré Lyudmyla Kichenok. « Elle m’a avertie que quelque chose de terrible allait arriver, mais je n’y croyais pas. Le 24 février, ma mère m’a réveillé et m’a dit que la banlieue de Kiev était bombardée. J’étais paralysée. Mon corps a tremblé pendant deux heures. J’avais peur. Nous avons décidé de fuir en Moldavie. Nous y sommes allés en voiture. J’ai roulé pendant 36 heures sans m’arrêter, je ne savais pas que le corps humain en était capable. Je n’ai pas dormi pendant une semaine. Puis je suis allé à Iasi, en Roumanie, en train avec des réfugiés, des mères et des enfants. Vous avez une perspective différente sur la vie quand vous voyez quelque chose comme ça. J’ai été surprise par l’accueil, en Roumanie. Plusieurs volontaires étaient à la gare pour nous assister. » La vie sur le circuit ensuite dû reprendre son cours, avec une joueuse inscrire au tournoi WTA 1000 d’Indian Wells. « Puis je me suis envolée pour Indian Wells », a ajouté l’Ukrainienne. « Je ne savais pas comment m’entraîner, quand mon corps ne me le permettait pas. Je n’ai rien fait pendant douze jours. J’étais choquée. »

Et ce n’est pas tout. Visiblement, autour des joueuses ukrainiennes, c’est comme si rien de grave ne se passait dans leur pays. Le témoignage de Lyudmyla Kichenok fait froid dans le dos. « Pendant ce temps, les gens autour étaient heureux et c’était comme si de rien n’était », a confié la 16ème joueuse mondiale en double. « Les psychologues de la WTA ont posé des questions. Ils ont sympathisé, mais ils ne comprennent pas vraiment ce qui se passe dans notre pays. J’ai reçu de nombreux messages de joueurs me demandant comment aider. Il y en avait beaucoup, mais à ce moment-là, tout était flou pour moi. Plus tard, nous avons appris que mon père était revenu pour rejoindre la défense territoriale, mais il y avait déjà assez de monde. Il aide en tant que bénévole pendant que ma mère est en Autriche avec les parents du mari de ma sœur. » Malgré une situation qui ne s’arrange pas alors que l’on s’approche des cinq mois de guerre, Lyudmyla Kichenok souhaite pouvoir rentrer dans son pays. « Je veux vraiment rentrer à la maison, juste faire une promenade », a-t-elle indiqué. « Je veux revenir en arrière et vivre comme avant, même si je comprends que ça ne pourra pas être comme avant. Mais j’ai de l’espoir. Je crois en la victoire de l’Ukraine depuis le premier jour. » Enfin, elle a regretté l’incompréhension de la part des autres joueuses du circuit WTA, qui semble ne pas se rendre compte de la gravité de la situation. « La plupart des joueurs de tennis ne comprennent pas ce qui se passe », a conclu Lyudmyla Kichenok. « C’est dur pour nous. Il est difficile de voir des installations sportives détruites. Je me sens outrée, c’est une injustice. »

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @MizunoTennisEU, @vanopentennis

À LIRE AUSSI :

Ému, Lleyton Hewitt a été intronisé au Hall of Fame, à Newport

Benjamin Bonzi : « C’est difficile de jouer en France, tout le monde attend de grandes choses de toi »

2 réflexions au sujet de “Lyudmyla Kichenok évoque son parcours pour échapper à la guerre en Ukraine”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s