En Bref

Nick Kyrgios, victime de racisme au tournoi ATP 250 de Stuttgart

Ce samedi, Nick Kyrgios (n°78) s’est incliné en deux sets 7-6 (5), 6-2 en demi-finales du tournoi ATP 250 de Stuttgart, face au Britannique Andy Murray (n°68). Il effectuait là son retour à la compétition, sur une surface qui lui sied mieux : le gazon. Au-delà de la défaite, le joueur australien a reçu pas moins de trois avertissements pour sa mauvaise attitude sur le court. Ce à quoi, malheureusement, nous commençons à être habitués. Cependant, quelques minutes après la rencontre, Nick Kyrgios s’est expliqué quant à son comportement. Il a notamment accusé un spectateur, présent dans les tribunes, d’avoir proféré des injures racistes. « Quand cela cessera-t-il ? », a-t-il d’abord écrit dans une story sur son compte Instagram. « Je parle ici de toutes ces injures racistes qui tombent des tribunes. J’admets que mon comportement n’est pas parfait tout le temps. Mais entendre ‘espèce de petit mouton noir, ferme-la et joue’, ce n’est pas acceptable. Moi, quand je m’en prends au public, je suis pénalisé. » L’Australien a ensuite publié une photo, avec une longue légende pour continuer à s’exprimer sur ce racisme dont il fait parfois l’objet, et pas seulement ce jour-là au tournoi ATP 250 de Stuttgart. « Oui, je suis humain, je ne gère pas tout le temps bien mes émotions », a-t-on notamment pu lire en légende de cette photo. « J’ai cessé de me soucier de ce que les gens pensaient et de leur opinion sur ce que je devrais être. Je joue au tennis pour donner un spectacle aux gens. Pour ressentir quelque chose, différent du tennis ordinaire. Mais une chose que je ne tolérerai jamais, ce sont les spectateurs qui chahutent et insultent les athlètes. Cela m’arrive personnellement depuis un certain temps, des commentaires racistes au manque de respect total. Pendant des années, c’est quelque chose que j’ai balayé, mais aujourd’hui à Stuttgart, cela m’a fait réaliser que les gens semblent penser que c’est normal. Je le vois se produire dans d’autres sports et chez de nombreux autres athlètes. Nous jouons POUR VOUS, que vous souteniez l’adversaire ou non. Vous pensez peut-être que ce n’est pas grave, mais cela pourrait affecter la vie de quelqu’un plus que vous ne le pensez. Réveillez-vous. » Nick Kyrgios, qui s’est déjà ouvert sur sa dépression, espère ainsi faire changer le comportement des gens qui viennent assister à une rencontre de tennis et qui, parfois, se croient tout permis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s