Reportages

Guidée par la foi, Alycia Parks se fait un nom et devrait faire parler d’elle en 2023

Qui est Alycia Parks (n°100), cette jeune américaine qui fait subitement parler d’elle en cette fin de saison 2022 ? Il y a quelques jours, elle est devenue la 20ème joueuse à faire ses débuts dans le Top 100 cette année, après avoir remporté le plus gros titre de sa carrière au WTA 125 d’Andorre. Découvrons ensemble cette joueuse guidée par une foi inébranlable.


Au début du mois de novembre, Alycia Parks (n°100) était prête à mettre une terme à sa saison. Mais la native d’Atlanta, âgée de 21 ans, n’a pas réussi à accepter la déception de voir son classement chuter au-delà du Top 150. Elle a donc lacé ses chaussures et sauté dans un avion pour traverser l’Atlantique et participer à la tournée de tournois WTA 125 disputés en indoor sur le continent européen. Un mois après, la joueuse américaine a remporté le plus gros titre de sa carrière lors du WTA 125 d’Andorre, dimanche dernier, pour entrer dans le Top 100 pour la première fois. « Je m’étais fixé comme objectif plus tôt cette année d’être dans le Top 100 d’ici l’été », a déclaré Alycia Parks pour oe site officiel de la WTA. « Cela m’a pris un peu plus de temps. Je suis finalement entrée dans le Top 100 la veille de la clôture de l’entry list pour l’Open d’Australie. » Les débuts de la joueuse de 21 ans dans le Top 100 ont été une récompense significative pour sa montée en puissance en fin de saison, qui a commencé au tournoi WTA 250 d’Ostrava. Armée d’un gros service qui excelle en indoor – sa surface préférée -, Alycia Parks s’est d’abord qualifiée avant de remporter de belles victoires contre Karolina Pliskova (n°31) ou encore sa première victoire contre une Top 10 face à Maria Sakkari (n°6). Elle avait ainsi atteint les quarts de finale d’un tournoi WTA pour la premiere fois de sa jeune carrière, s’inclinant face à la future championne Barbora Krejcikova (n°21). Cette semaine, elle est encore en finale du tournoi WTA 125 d’Angers, ce qui va lui permettre de grimper au minimum au 83ème rang mondial. De quoi entrevoir 2023 sous de meilleurs hospices.

Il est bon de noter qu’Alycia Parks n’a disputé que huit tournois chez les Juniors et n’y a pas disputé les tournois du Grand Chelem. Ce qu’elle a tenu à expliquer pour la WTA. « Je n’ai pas joué en juniors parce qu’à l’époque, je grandissais », a expliqué la joueuse de 21 ans. « J’avais toujours des problèmes au genou et mon père voulait prévenir les blessures. Il suffit de s’entraîner et de se préparer pour les pros. C’est donc ce que nous avons fait et je suis ici maintenant. Ma sœur (Mikayla, plus jeune de 17 mois, ndlr) joue également, alors nous nous sommes poussées. Nous étions toujours en compétition. Quand vous avez une sœur que vous voulez toujours battre et vice versa, je pense que cela vous place dans un élément différent. Donc, quand je suis arrivée sur le circuit chez les pros, le niveau n’était pas vraiment une surprise. » Deux sœurs très athlétiques, entraînées par leur père, qui s’affrontent sur un court ? Alycia Parks sait que son histoire semble familière. « Quand j’ai regardé King Richard (le doculentaire sur les sœurs Williams, ndlr), il y avait beaucoup de scènes qui me semblaient familières », a concédé la 100ème joueuse mondiale. « Nous l’avons en quelque sorte fait de cette façon aussi. C’était tellement bizarre parce que c’était tellement similaire. » Adolescente, elle a même été invitée à jouer le sosie de Serena Williams dans une publicité pour Gatorade. « Ça m’a fait du bien à l’US Open d’avoir pu frapper avec elles deux », a-t-elle confié. « Serena en particulier, parce que j’admire Serena. C’est la GOAT du tennis. Que pouvez-vous faire à part l’admirer ? Elle est littéralement le tennis. »

Au début de la saison 2022, Alycia Parks était classée au 237ème rang mondial. Elle a donc bien progressé en terme de classement, ce qui ne l’empêche pas de décrire sa saison comme lui ressemblant en tous points. En effet, une grande partie de sa saison a ressemblé à une bataille avec elle-même pour trouver l’état d’esprit et le style de jeu qui donneraient des résultats cohérents. Mais elle n’a jamais perdu la foi. « Je fais toujours un hashtag, #WalkByFaith, sur Instagram », a-t-elle expliqué. « Par exemple, la semaine dernière, lorsque l’USTA faisait le point pour la wild card de l’Open d’Australie, Caty (McNally, ndlr) a remporté la wild card mais elle a fini par rentrer dans le Top 100 et n’en avait pas besoin. J’étais à deux points de Taylor Townsend pour avoir cette invitation. Quelque chose m’a dit de venir en Europe et de jouer des tournois WTA 125. J’ai fait les demi-finales à Valence (un 80 000 $, ndlr) puis je suis venue à Andorre et j’ai gagné. C’est peut-être pour ça que Dieu ne m’a pas permis de gagner Valence parce qu’il a probablement dit : ‘OK, Alycia, tu as des titres ITF. Je sais à quel point tu le veux, mais la semaine prochaine, tu vas remporter ton premier titre WTA 125, quelque chose que tu n’as jamais fait auparavant. Tu as gagné des titres ITF, et c’est mignon, mais un titre WTA, c’est un cran plus haut.’ C’est comme ça que je l’ai regardé. Donc, quand je dis marcher par la foi ou avoir un peu de foi, cela le prouve. » Finalement, Alycia Parks se sent inspirée par une joueuse qui a le même âge qu’elle et qui a déjà atteint les sommets : Iga Swiatek (n°1). Et elle sait déjà qu’avec sa progression au classement, elle pourra disputer plus de tournois du circuit principal et affronter les meilleures joueuses du monde. « J’ai hâte d’avoir l’opportunité de jouer les tableaux principaux parce que tout le monde sait que c’est difficile de passer les qualifications », a assuré la joueuse de 21 ans. « Je pense que c’est ce pour quoi je suis le plus excitée. » Rendez-vous en 2023 pour voir jusqu’où elle ira. Ceci dit, auparavant, Alycia Parks aura une nouvelle finale à jouer (et à gagner) dans un WTA 125.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @WTA_insider, @LoireOpen

À LIRE AUSSI :

Emeline Dartron, le conte de fées du mois de décembre

Arthur Rinderknech, une saison 2022 honorable malgré un manque de réussite en Grand Chelem

3 réflexions au sujet de “Guidée par la foi, Alycia Parks se fait un nom et devrait faire parler d’elle en 2023”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s