Analyses

Carlos Alcaraz, battu d’entrée à Nur-Sultan, en fait-il trop ?

Depuis qu’il a remporté l’US Open, le 11 septembre dernier, Carlos Alcaraz (n°1) n’a eu que très peu de vrais jours de repos. Éliminé d’entrée au tournoi ATP 500 de Nur-Sultan, on en vient à se demander s’il n’en a pas trop fait depuis qu’il est passé n°1 mondial. Car pour durer, on ne le sait que trop bien : il faut savoir ménager sa monture.


Ce mardi, le tournoi ATP 500 de Nur-Sultan a perdu sa principale tête de série. Quelque peu fatigué, Carlos Alcaraz (n°1) a ainsi été surpris par le Belge David Goffin (n°66) en deux sets 7-5, 6-3. Plus jeune n°1 mondial de l’histoire depuis le 12 septembre, au lendemain de son premier trophée en Grand Chelem à l’US Open, le joueur espagnol n’a peut-être pas géré au mieux les lendemains de cette grande victoire. En effet, il n’a pris que très peu de repos, après la traditionnelle séance de photos à Time Square et les différents passages sur les plateaux télévisés américains. À peine vingt-quatre heures après son titre à Flushing Meadows, Carlos Alcaraz se posait d’ailleurs déjà à Valence, pour disputer la phase de poules de la Coupe Davis avec son pays. Il a traversé les 6 000 kilomètres séparant New York de l’Espagne dans un avion privé, spécialement affrété pour lui et son équipe.

Au cours de cette semaine de Coupe Davis, Carlos Alcaraz a notamment perdu sa première rencontre dans la peau du n°1 mondial, face au Canadien Félix Auger-Aliassime (n°13). « Je n’étais pas dans les meilleures conditions, ni mentalement ni physiquement, et je me suis tout le temps senti à la limite », avait-il d’ailleurs déclaré. Deux jours après, il s’en sortait non sans difficultés face au Sud-Coréen Soonwoo Kwon (n°120) alors qu’il était mené 5-2 dans la deuxième manche. Après cette parenthèse et après un mois et demi loin de chez lui, le joueur de 19 ans aurait pu rentrer se reposer. Mais c’était sans compter sur les sollicitations provoquées par son nouveau statut. Car, le 21 septembre, Carlos Alcaraz était invité par le roi d’Espagne, Felipe VI, au Palais de la Zarzuela. Une invitation qui ne se refuse pas et qui a repoussé le retour à la maison, qui a enfin pu avoir lieu ensuite. Là, l’Espagnol a pu profiter de quatre vrais jours off, lui qui aurait pu participer à la Laver Cup et aux adieux de Roger Federer. « Il y a eu discussion, il y a eu réflexion, j’aurais adoré y aller mais nous avons décidé qu’il était plus sage de penser au futur proche et de se reposer. » Un peu de bienveillance, ça ne fait pas de mal !

Après ces quelques jours de repos, Carlos Alcaraz a vite repris le chemin de l’entraînement, il y a une semaine et demie. Avec l’envie de conserver sa place sur le trône du tennis masculin. « Essayer de terminer l’année numéro un » est ainsi son principal objectif pour la fin de saison. Et la concurrence est rude, sans mauvais jeu de mots, avec Rafael Nadal (n°2) et Casper Ruud (n°3) qui se tiennent en embuscade. Le programme est donc chargé pour le jeune joueur espagnol : Nur-Sultan et Bâle (ATP 500), Paris-Bercy (Masters 1000) et les ATP Finals de Turin. Auteur de 34 fautes directes ce mardi à Nur-Sultan, Carlos Alcaraz est apparu fatigué et en plus, il a perdu pour la première fois en 2022 sans remporter au moins un set au cours de la partie. « David m’a beaucoup agressé, je n’ai pas su contrer la pression qu’il m’imposait », a-t-il expliqué après la rencontre. « Je vais devoir apprendre à gérer ce genre de choses. » Tout comme il devra apprendre à gérer toutes les sollicitations dont il fait desormais l’objet. Rendez-vous dans trois semaines au tournoi ATP 500 de Bâle, après une nouvelle plage de repos, pour savoir si le n°1 mondial se sent mieux.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @UniversTennis, @ESPNtenis

À LIRE AUSSI :

Iga Swiatek critique le calendrier et ne jouera pas la Billie Jean King Cup

Constant Lestienne, l’année de la consécration

2 réflexions au sujet de “Carlos Alcaraz, battu d’entrée à Nur-Sultan, en fait-il trop ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s