Analyses

Quel avenir pour Caroline Garcia, éliminée en demi-finales de l’US Open ?

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la Française Caroline Garcia (n°17) a été rattrapée par l’événement. Extrêmement tendue, elle a largement été dominée par la Tunisienne Ons Jabeur (n°5), qui l’a éliminée en demi-finales de l’US Open. Mais il y a du positif à retirer de cette défaite, après un été de haute voltige. En effet, Caroline Garcia va effectuer son retour dans le Top 10 et elle est en cours pour une qualification aux WTA Finals.


Elle était forcément très déçue après cette défaite en deux sets 6-1, 6-3 face à Ons Jabeur (n°5). Pour sa première dem-finale en Grand Chelem, Caroline Garcia (n°17) n’a pas été à la hauteur de ses attentes, c’est le moins que l’on puisse dire. Trop tendue, jamais vraiment libérée, elle a subi le jeu tout en variation de la Tunisienne, qui l’a toujours battue, que ce soit chez les Juniors ou sur le circuit principal. Il y a malgré tout du positif à retenir de cette défaite, comme nous le verrons plus tard. Mais avant, il faut revenir sur le scénario de ce match, qui n’a ressemblé à aucun de ceux joués – et remportés – par la Lyonnaise jusque-là. En effet, on a pu lire la tension sur le visage de Caroline Garcia dès sa sortie du vestiaire. Les traits fermés, elle a sans doute senti le poids de l’événement, dans le plus grand stade de tennis du monde. Ce qui s’est tout de suite ressenti dans son jeu. Breakée d’entrée, la joueuse tricolore a commis des fautes qu’elle ne faisait plus ces dernières semaines. « Le début de match n’était pas trop en ma faveur, ça s’est mal goupillé avec un ou deux points où je n’y suis pas allée franchement », a déclaré la joueuse de 28 ans en conférence de presse. « Le bras passait moins bien et les jambes étaient moins présentes. Avec mon style de jeu, si je suis un peu plus lente ou que je n’y vais pas franchement, les fautes s’accumulent vite. Ça m’a fait manquer quelques fois ma cible, ça s’est un peu échappé ou ça a pris le filet. » Les jambes lourdes, a-t-elle payé l’enchaînement des rencontres – 14 victoires en simple avec son titre à Cincinnati -, avec le double à l’US Open ? « Majoritairement, c’est mental », a tenu à préciser Caroline Garcia. « Le stress prend pas mal d’énergie. Et on ne va pas se mentir, quatorzième match d’affilée, il y a un peu de fatigue physique, forcément. C’est normal. Ça fait partie des nombreux challenges à relever. Aujourd’hui, il y en avait un peu trop pour faire un meilleur match. »

Et ce n’est pas tout. Il faut aussi donner tout le crédit à Ons Jabeur, l’adversaire de Caroline Garcia en demies, déjà finaliste en juillet à Wimbledon. Avant cette rencontre, la Tunisienne avait toujours battu la Française : quatre fois chez les Juniors et deux fois sur le circuit professionnel. Ons Jabeur, avec son jeu varié et sa main, a tout pour faire déjouer Caroline Garcia. Avec son slice en revers, elle n’a pas proposé les mêmes balles à la Lyonnaise que ses précédentes adversaires. Ce qui s’est traduit par une statistique très parlante : la 17ème joueuse mondiale a fait 23 fautes directes pour seulement 12 coups gagnants. « Elle me coupait le jeu, elle me cassait un peu, elle lisait bien mon jeu donc je m’engageais dans des échanges plus longs », a analysé la Tricolore. « Je n’arrivais pas à trouver la solution. Je prenais la balle moins tôt, j’arrivais moins bien à couper les trajectoires, je changeais moins bien les directions, donc elle avait un peu plus de temps pour s’organiser. » Résultat : après seulement trente minutes de jeu, Ons Jabeur menait 6-1, 3-1. Et si son pourcentage de premières balles a drastiquement chuté (35 % durant la seconde manche contre 63 % lors de la première), Caroline Garcia partait de trop loin pour remonter la pente. Et surtout, elle n’avait semble-t-il pas de plan B pour faire déjouer à son tour la Tunisienne. Certains observateurs du tennis lui ont reproché de ne pas reculer un peu en retour de service, ce qui lui aurait certainement donner plus de temps pour renvoyer l’engagement de la 5ème joueuse mondiale, qui mettait notamment beaucoup d’effet sur ses secondes balles.

Si elle était déçue, Caroline Garcia peut voir du positif dans son été radieux. Elle a tout de même remporté son premier titre dans un tournoi WTA 1000 depuis cinq ans, à Cincinnati. Elle a également atteint sa première demi-finale en Grand Chelem et lundi, elle fera son retour dans le Top 10 du classement WTA, pour la première fois depuis 2018. Par ailleurs, la Lyonnaise est désormais 5ème à la Race, ce qui la place dans la course aux WTA Finals, qui se disputeront cette année à Fort Worth, au Texas. Celle qui était encore 79ème mondiale au mois de mai dernier devrait se donner une chance d’y participer, puisque son programme lors des prochaines semaines sera le suivant : WTA 500 de Tokyo (du 19 au 25 septembre), WTA 500 de San Diego (du 10 au 16 octobre) et WTA 1000 de Guadalajara (du 17 au 23 octobre). Que des grands tournois, qui lui permettront d’engranger des points précieux pour peut-être participer aux WTA Finals, qui auront lieu du 31 octobre au 7 novembre. En tout cas, Caroline Garcia se sent mieux qu’en début de saison, et elle sait désormais dans quelle direction elle veut continuer de jouer. « Il y a eu tellement de moments de doute après Miami », s’est-elle rappelé. « Je n’arrivais pas à me sortir de mes blessures au pied. Après dix jours de béquilles, tu te rends compte que tu n’arrives même plus à marcher. Tu te dis, punaise ! Tu doutes beaucoup. J’ai été bien entourée pour prendre les choses étape par étape, prendre le temps de bien soigner ça, revenir en acceptant qu’au début ce ne serait pas parfait. Et ça a clarifié les choses. » Avant d’ajouter, concernant le jeu vers l’avant qu’elle semble apprécier par-dessus tout : « Le tennis joué vers l’avant, c’est ce que j’aime, c’est comme ça que je kiffe ma passion. Ce jeu est de plus en plus clair dans ma tête. Il est efficace quand j’arrive à laisser passer mon bras et que je suis bien physiquement. Je veux continuer à aller vers l’avant même quand ça ne marche pas. Aujourd’hui, j’y suis quand même allée, même si c’était horrible de se prendre des passings gagnants. Il y a quelques années, je n’aurais pas eu cette attitude. Mon jeu, je l’assume. Quand ça marche moins, c’est un peu moins joli à regarder, mais quand ça marche, on a entendu des bonnes choses. »

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @TennisChannel, @usopen

À LIRE AUSSI :

Sinner-Alcaraz, les prémices d’une grande rivalité

Demi-finaliste à l’US Open, Caroline Garcia affole les compteurs

3 réflexions au sujet de “Quel avenir pour Caroline Garcia, éliminée en demi-finales de l’US Open ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s