Roland-Garros

Holger Rune, l’autre phénomène né en 2003 qui pourrait enflammer Roland-Garros

Génération 2003, ascension fulgurante au classement ATP (+ 63 places depuis le debut de la saison 2022) et même goût prononcé pour les amorties. Dans l’ombre de Carlos Alcaraz (n°6) est en train d’éclore un autre phénomène : le Danois Holger Rune (n°40), qui affrontera ce samedi le Français Hugo Gaston (n°74) pour une place en huitièmes de finale de Roland-Garros.


Pendant que l’Espagnol Carlos Alcaraz (n°6) affole les compteurs et collectionne les records de précocité, Holger Rune (n°40), 19 ans lui aussi, trace son propre chemin. 474ème joueur mondial au débutde l’exercice 2021, le Danois est déjà 40ème, après avoir franchi des caps importants ces dernières semaines. En effet, il a remporté son premier titre ATP au tournoi ATP 250 de Munich début mai – le premier trophée remporté par un joueur danois depuis Kenneth Carlsen en 2005 –, avec au passage une victoire en deux sets face au grand favori, Alexander Zverev (n°3). Si Carlos Alcaraz a déjà battu Novak Djokovic (n°1) et Rafael Nadal (n°5), aucun des deux géants ne figure encore au tableau de chasse de Holger Rune. Mais ce grand blond (1,88 m) avait attiré les regards en chipant le deuxième set au Serbe lors de leur face-à-face à l’US Open, en septembre dernier, qui fut le premier tournoi du Grand Chelem disputé par le Danois. Cependant, ce dernier n’est pas encore au même niveau que le 6ème joueur mondial, qu’il connaît « très bien » pour l’avoir « affronté une dizaine de fois en juniors. » Le natif de Gentofte, dans la banlieue de Copenhague, s’est fixé en 2022 des objectifs plutôt mesurés : entrer dans le Top 25 au classement ATP et gagner un tournoi ATP 250 avant mai. Après son titre à Munich, le voilà sur la bonne voie, notamment s’il poursuit son parcours du côté de la Porte d’Auteuil, lui qui est déjà assuré d’entrer dans le Top 30 à la fin du tournoi.

Notez d’ailleurs que la relation d’amour entre Roland-Garros et Holger Rune a déjà démarré il y a trois ans. En effet, le joueur danois – dont la terre battue est la meilleure surface – a remporté Roland-Garros chez les Juniors en 2019. « J’aime les conditions », a-t-il confié. « Je me sens presque comme à la maison en jouant ici. » Denis Shapovalov (n°15), éliminé au premier tour, peut en témoigner, comme de son amour partagé pour les amorties. « Ça a toujours été un coup que j’apprécie beaucoup », a-t-il confié. « J’aime vraiment en faire, en particulier côté revers. C’est bien, surtout ici sur terre battue quand les adversaires sont loin derrière la ligne. Ca permet de varier et ne pas seulement frapper à pleine puissance comme le font beaucoup de joueurs. C’est aussi plus amusant à regarder. » Ce toucher de balle, Holger Rune l’a toujours eu, à écouter Lars Christensen, son entraîneur de toujours, celui du club où il a tapé ses premières balles à six ans. Il décrivait en décembre à l’ATP un adolescent « plus fin techniquement que la plupart des joueurs » mais pas un acharné de travail. « Il ne se déplaçait pas assez bien », a-t-il raconté. « J’ai décidé que nous devions développer beaucoup plus son physique et son agilité. Il détestait vraiment ça parce qu’il était paresseux. »

Le tempérament du aDanois pourrait en revanche le desservir. Pour son troisième tour à Roland-Garros, il quittera la quiétude du Court 12 pour la furia française du Court Philippe-Chatrier, en night session, avec un public qui sera forcément à fond derrière Hugo Gaston (n°74). Mais il est loin d’en avoir peur, lui qui se sent à l’aise du côté de la Porte d’Auteuil. « J’aime bien les conditions ici », a rappelé le 40ème joueur mondial. « J’ai l’impression de jouer à la maison. J’ai des amis ici, il y a la famille, donc je me sens vraiment comme à la maison, ce qui est à la fois agréable et confortable. » Cependant, deux paramètres inconnus pourraient venir perturber sa quiétude, voire être à l’avantage du joueur français. Le premier est le fait que les deux jeunes joueurs sont amis dans la vie. « Oui, c’est vrai », a confirmé Holger Rune. « On s’entraîne ensemble, il est sympa. Je le respecte, comme joueur et comme personne. Ses résultats sont bons, notamment à Roland-Garros, donc ce sera un match disputé, probablement sur un grand court et sans doute avec beaucoup de personnes dans les gradins. Il faut que je me prépare mentalement. En tout cas, j’attends cela avec impatience. Il est amusant, il a beaucoup de variations dans son jeu. Ce sera la première fois que nous jouerons l’un contre l’autre en compétition. » Le deuxième réside dans cette blessure à la cheville du Danois lors de son précédent match. « Je courais pour faire un revers de défense et mon pied s’est pris dans une bâche », a-t-il expliqué. « Bon, j’ai connu pire, mais c’est embêtant. En fait, il y a eu plus de peur que de mal, mais j’ai préféré me retirer du double par précaution. J’ai déjà pu me reposer et ça va plutôt bien. » En tout cas, nous avons hâte de suivre cette première rencontre prometteuse entre deux des jeunes pousses du circuit masculin.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @babolat, @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Alizé Cornet, Gilles Simon et Hugo Gaston soutenus par un public plus chaud que d’habitude à Roland-Garros !

Dans les allées et le vestiaire, un Roland-Garros sous fond de guerre en Ukraine

2 réflexions au sujet de “Holger Rune, l’autre phénomène né en 2003 qui pourrait enflammer Roland-Garros”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s