Roland-Garros

Alizé Cornet, Gilles Simon et Hugo Gaston soutenus par un public plus chaud que d’habitude à Roland-Garros !

Cette année, les joueurs français n’hésitent pas à en parler : ils se sentent plus soutenus que d’habitude, chez eux, à Roland-Garros. Plusieurs d’entre eux, comme Alizé Cornet (n°40), Gilles Simon (n°158) ou encore Hugo Gaston (n°74) l’ont souligné : c’est aussi grâce à la foule présente dans les tribunes qu’ils ont pu l’emporter, dans des rencontres difficiles. Alors, est-ce juste un ressenti ou une réalité ?


Jeudi soir, Court Philippe-Chatrier. La Française Alizé Cornet (n°40) vient de se qualifier pour le troisième tour de Roland-Garros en battant la Lettone Jelena Ostapenko (n°13) – vainqueur de l’édition 2017 – en trois sets 6-0, 1-6, 6-3. Après 1h41 de jeu, ses premiers mots s’adressent au public présent dans les tribunes, qui l’a supportée du début à la fin. « Il fallait vraiment être en jambes pour ramener le plus de balles possible », a déclaré la Niçoise au micro d’Alex Corretja. « J’ai joué avec mes tripes, je n’avais tellement pas envie de vous décevoir. Cette victoire, elle est pour vous ! » Il faut dire qu’ils ont donné de la voix, ces spectateurs, que ce soit à 6-0 dans le premier set, à 6-1 pour la Lettone dans la deuxième manche ou à 1-0, break dans l’ultime set pour Alizé Cornet. Sans eux, aurait-elle tenu ce break jusqu’au bout ? Probablement pas. Mais voilà, en 2022, apres deux ans de restrictions sanitaires, le public français est extrêmement heureux de retrouver une jauge pleine et de voir ses champions.

D’ailleurs, si Gilles Simon (n°158) n’en a pas encore terminé avec son dernier Roland-Garros, c’est en particulier grâce au public. Tard, mardi soir (ou plutot mercredi matin) sur le Court Simonne-Mathieu, les quelques irréductibles présents dans les gradins l’ont poussé pour éliminer l’Espagnol Pablo Carreño-Busta (n°18) en cinq sets. Ce jeudi, toujours sur le Court Philippe-Chatrier, l’ambiance était moins magique, mais le public a tout de même soutenu le joueur français. « J’ai senti que les gens étaient là, mais ils le sont de plus en plus en fait », a ainsi expliqué Gilles Simon. « C’est quelque chose que je sens d’une manière générale. Je n’avais pas eu la chance d’en profiter. Mais des matchs que j’ai vus, à Bercy ou ici, on voit de grosses ambiances pour les joueurs français, des ambiances que l’on n’a pas l’habitude d’avoir chez nous, et qui au passage, ont même parfois l’air d’un peu déranger. » Vainqueur d’une l’Américain Steve Johnson (n°92) en trois sets 7-5, 6-1, 7-6 (6) au deuxième tour, le Français est même allé jusqu’à comparé l’ambiance de ce Roland-Garros à ce qu’il a déjà pu vivre du côté de Melbourne. « Là, c’est juste normal », a-t-il ajouté en conférence de presse. « Parce que quand j’ai joué Kyrgios en Australie, les mecs te hurlent dessus et pas des trucs sympas. Tu te fais insulter tout le match. Je l’avais même dit à l’arbitre, il m’a dit : ‘Je ne vais pas évacuer tout le stade.’ J’ai dit : ‘Oui, on est d’accord’, donc c’est comme cela. Là on n’en est pas du tout là. On a toujours un public qui est ultra-respectueux, mais qui est plus chaud, plus prêt à y aller. »

Quant à Hugo Gaston (n°74), vainqueur de l’Australien Alex de Minaur (n°20) au premier tour, il l’avait dit : « Les gens jouent un rôle très important, parce que déjà, ils m’ont soutenu depuis le début, ils ne sont pas arrivés juste à la fin du cinquième. » Ce jeudi, le Toulousain s’est également qualifié pour le troisième tour Porte d’Auteuil en battant l’Argentin Pedro Cachin (n°153) en trois sets 6-4, 6-2, 6-4 sur le Court Suzanne-Lenglen. Et, là encore, l’ambiance était de la partie, comme à chaque match du jeune Hugo Gaston, d’ailleurs. « C’est plutôt cool pour moi d’avoir une ambiance comme cela sur mes matches, d’avoir du public qui me pousse tout le temps », a déclaré le joueur de 21 ans. « Cela aide, ça donne de l’énergie, de la force. Donc, j’essaie de m’en servir. En tout cas, ça fait du bien. Mieux vaut les avoir avec moi que contre. » Pour avoir vécu la night session ce jeudi soir, on peut vous dire que l’ambiance est à la fête, comme à l’époque de la Coupe Davis (la vraie) et de la Fed Cup. Du coup, nous n’avons qu’une chose à dire en guise de conclusion : pourvu que ça dure jusqu’à la fin du tournoi.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @gasparlanca, @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Dans les allées et le vestiaire, un Roland-Garros sous fond de guerre en Ukraine

Gilles Simon, incroyable, n’en a pas encore terminé avec Roland-Garros !

2 réflexions au sujet de “Alizé Cornet, Gilles Simon et Hugo Gaston soutenus par un public plus chaud que d’habitude à Roland-Garros !”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s