Analyses

À dix jours de Roland-Garros, l’inquiétude règne autour de Rafael Nadal

Eliminé en huitièmes de finale du Masters 1000 de Rome par Denis Shapovalov (n°16) en trois sets 1-6, 7-5, 6-2 ce jeudi, Rafael Nadal (n°4) arrivera dans une situation inédite pour lui à Roland-Garros. En effet, il n’aura disputé aucune finale lors des tournois sur terre battue, ce qui ne lui était jamais arrivé au cours de sa carrière. Mais ce qui inquiète le plus, c’est cette douleur récurrente au pied, le Majorquin étant sorti du court en boîtant…


Trop, c’est trop. Atteint du syndrome de Muller-Weiss, Rafael Nadal (n°4) inquiète le monde du tennis, à seulement dix jours du début de Roland-Garros. Depuis 2005, le Majorquin souffre de cette maladie dégénérative qui provoque une déformation de l’un des os situés dans la partie centrale du pied. Tout au long de sa carrière, il a appris à vivre avec. Cependant, ce jeudi, ce vieux fantôme s’est rappelé au mauvais souvenir du recordman de victoires en Grand Chelem. Et il commence à en avoir marre. « Cela a commencé à peu près au milieu du deuxième set », a expliqué le joueur de 35 ans en conférence de presse d’après-match. « Et c’est devenu insupportable pour moi. C’est une douleur qui va et qui vient. Parfois plus forte, parfois moins. Aujourd’hui, c’était fou. Il va arriver un moment où ma tête va dire stop, parce que la douleur m’enlève le plaisir. Pas que pour le tennis, dans la vie. » Ces phrases chocs montrent une part de ras-le-bol du côté de Rafael Nadal, ce qui inquiète dans les plus hautes sphères du tennis. Pourrait-il manquer Roland-Garros, ou arrivera-t-il fortement diminué du côté de la Porte d’Auteuil ? « Je ne sais pas comment ce sera dans deux jours, dans une semaine », a-t-il ajouté. « Aujourd’hui, je ne pouvais pas jouer. Mais peut-être que dans deux jours, ça ira mieux. Je ne sais vraiment pas. Je dois accepter la situation et me battre. Je ne peux rien dire de plus. Je ne sais pas si je dois me reposer ou m’entraîner. »

L’incertitude. Voilà où en est aujourd’hui le joueur espagnol. Pourtant, il avait démarré la rencontre tambour battant, ne laissant que quelques miettes à Denis Shapovalov (n°16). Cependant, on l’a vite vu : cette douleur au pied l’a handicapé dans la troisième manche. Ce qui explique en grande partie pourquoi Rafael Nadal n’a remporté que 3 des 20 derniers points de ce match (!). Ce qu’il faut savoir, c’est que nous n’avons pas là une nouvelle blessure, comme cette fissure aux côtes qui l’avait mis sur le banc de touche après le Masters 1000 d’Indian Wells. Non. Là, c’est un mal chronique, qui le suit depuis le début de sa carrière. En 2021, par exemple, l’Espagnol avait dû mettre fin à sa saison dès le mois d’août à cause de ce syndrome de Muller-Weiss. Et ce mal qui le ronge, il ne peut malheureusement pas s’en débarrasser. « Je ne suis pas blessé… Je vis avec une blessure », a expliqué le 4ème joueur mondial après sa défaite contre le Canadien. « Il n’y a rien de nouveau. C’est là… Mon quotidien est difficile. J’essaie au maximum mais c’est parfois difficile d’accepter cette situation. Il y a beaucoup de jours où je ne peux pas m’entraîner normalement. » Ce qui doit faire le plus mal dans la tête, c’est que tout allait bien en début de partie. Le score en témoigne : 6-1 dans la première manche. Les sensations étaient bonnes et on voyait déjà le Majorquin rejoindre le Norvégien Casper Ruud (n°10) en quarts de finale du Masters 1000 de Rome. « La chose la plus négative pour moi aujourd’hui, c’est que je me sentais vraiment nettement mieux », a déclaré Rafael Nadal. « J’ai beaucoup mieux joué en début de partie. Même mon entraînement et mon échauffement étaient nettement meilleurs que l’autre jour. »

Rafael Nadal sera-t-il prêt à défendre ses chances, dans moins de dix jours, pour Roland-Garros ? La question est sur toutes les lèvres. Surtout quand on se souvient du retour tonitruant qu’avait effectué le Majorquin en début de saison, quand il avait remporté son 21ème titre du Grand Chelem lors de l’Open d’Australie, ne perdant qu’en finale du Masters 1000 d’Indian Wells, début mars, à cause d’une blessure aux côtes. Après son retour au Masters 1000 de Madrid, on attendait beaucoup de ce tournoi de Rome pour jauger de sa forme et le placer, une fois encore, parmi les grands favoris au titre Porte d’Auteuil. Oui, mais voilà. Est arrivé ce qui est arrivé ce jeudi au Foro Italico. Désormais, la préparation de Rafael Nadal pour Roland-Garros s’accompagne de nombreuses incertitudes. « J’ai toujours un objectif dans une semaine et quelques jours », a-t-il insisté en conférence de presse. « Je vais rêver de cet objectif. A Roland-Garros, j’aurai mon médecin avec moi. Ça peut aider. » L’espoir fait vivre, mais jusqu’à quand ? Doit-on s’attendre à une fin de carrière qui s’approcherait indéniablement à cause de ce mal chronique ? Tant de questions et, pour l’instant, si peu de réponses…

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @marca, @agarciamuniz

À LIRE AUSSI :

Gilles Simon : « J’ai fait de mon mieux »

Rome, Bordeaux, Trophée Lagardère : la grande débâcle du tennis français

6 réflexions au sujet de “À dix jours de Roland-Garros, l’inquiétude règne autour de Rafael Nadal”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s