Reportages

Simona Halep, une agressivité retrouvée sous l’égide de Patrick Mouratoglou

Désormais entraînée par le technicien français Patrick Mouratoglou, la Roumaine Simona Halep (n°21) est plus inspirée que jamais. Au premier tour du tournoi WTA 1000 de Madrid, on a pu voir qu’elle désirait retrouver un jeu agressif, celui qui a fait son succès. Pourra-t-elle mettre son jeu en place lors d’un deuxième tour de tous les dangers, où elle affrontera l’Espagnole Paula Badosa (n°2) ?


Simona Halep (n°21) n’est franchement pas une adepte des entraînements matinaux. Cependant, l’ancienne n°1 mondiale s’est retrouvée sur les courts de l’Académie Mouratoglou, à l’aube, alors qu’elle préparait son retour sur sa surface fétiche, la terre battue. « J’ai été à l’académie et j’ai vu tous les enfants s’entraîner avec le désir de devenir des champions », a déclaré la joueuse roumaine en marge du tournoi WTA 1000 de Madrid, ce jeudi, après sa victoire au premier tour. « Ils travaillaient dur dès 8 heures du matin, ils étaient sur le terrain. J’ai dit à Patrick, c’est assez difficile. Et en fait, j’ai fait deux semaines d’entraînement à 8h30, ce que je n’avais jamais fait de ma vie. Mais je l’ai fait avec plaisir. Alors ça m’a fait penser que j’aime toujours ça et que je peux toujours le faire. » Cela peut être déroutant d’entendre Simona Halep, l’une des compétitrices les plus coriaces du tennis féminin de la dernière décennie, avouer qu’elle doutait de son avenir. La saison dernière, elle a vu sa série de six ans dans le Top 10 prendre fin, après une saison où elle a été en proie à des blessures. La joueuse de 30 ans s’est blessée au mollet au printemps dernier à Rome, ce qui l’a exclue de Roland-Garros et de sa défense de titre à Wimbledon. « La blessure de l’année dernière m’a fait sentir qu’avec un arrêt de quatre mois, je ne pouvais pas retrouver le rythme », a déclaré la désormais 21ème joueuse mondiale. « J’ai 30 ans, donc je pensais toujours qu’à 30 ans, ce serait difficile. J’avais cela en tête, je ne sais pas pourquoi. Perdre des matches, se blesser à nouveau n’était pas facile. Que ce soit en Australie ou à Indian Wells. Je doutais de moi-même, que mon corps puisse encore tenir le plus haut niveau du tennis. Alors oui, j’étais probablement sur le point de m’arrêter. Je n’avais pas cette énergie et cette confiance de pouvoir encore être au plus haut niveau. »

Après avoir mis fin à son partenariat de longue date avec Darren Cahill à l’automne dernier, Simona Halep a surpris le monde du tennis en embauchant l’entraîneur de longue date de Serena Williams, Patrick Mouratoglou, en avril. La Roumaine avait déjà commencé à s’entraîner à l’Académie Mouratoglou en février, mais elle avait l’impression qu’il n’était pas disponible pour l’entraîner. Lors du tournoi WTA 1000 de Miami, Patrick Mouratoglou lui a dit qu’il était disponible et Simona Halep n’y a pas réfléchi à deux fois : elle l’a immédiatement engagé à ses côtés. « Je peux m’identifier à lui et il a assez de pouvoir pour me diriger et j’avais besoin d’une personne qui puisse me diriger », a ainsi expliqué la joueuse de 30 ans. « Personne ne peut se comparer à Serena, donc je ne vais pas faire ça. Il sait que je suis une personne différente, j’ai un style de jeu différent, une structure différente. Nous nous concentrons simplement sur nous-mêmes, sur ce que nous devons faire pour que je devienne la meilleure version de moi-même. » Afin de devenir la meilleure version d’elle-même sur le terrain, Patrick Mouratoglou a encouragé Simona Halep à croire en ses capacités offensives. Cet état d’esprit plus agressif s’est pleinement manifesté lors de sa victoire en deux sets 6-2, 6-3 contre Shuai Zhang (n°40) au premier tour du WTA 1000 de Madrid, ce jeudi. En effet, la joueuse roumaine a joué avec un style de première frappe plus plat. « Je savais avant que je devais être un peu plus agressive parce que le tennis change, à mon avis, et c’est beaucoup de puissance », a confié Simona Halep. « Je pourrais dire que certaines joueuses pourraient me dominer si j’étais à 100 mètres derrière la ligne de fond de court. En étant plus agressive, je pense que j’ai une meilleure chance. Avant, je n’avais pas vraiment confiance en moi. Avec Patrick, j’ai fait confiance et je l’ai fait tous les jours pendant quatre semaines à l’académie, donc cela devient maintenant un peu plus naturel. »

Simona Halep devra relever un défi difficile au deuxième tour à Madrid, puisqu’elle affrontera la favorite Paula Badosa (n°2). Ce sera la première rencontre entre les deux joueuses. L’Espagnole a célébré son retour dans son tournoi, à domicile, par une victoire en deux sets 6-3, 6-0 sur la finaliste du tournoi WTA 250 d’Istanbul, Veronika Kudermetova (n°25). « Elle joue probablement le meilleur tennis de sa vie et ça va être difficile », a déclaré Simona Halep. « A mon avis, je dois juste faire ce que j’ai à faire et faire de mon mieux. Je n’ai rien à perdre. Je veux juste retrouver mon chemin sur le circuit. Je n’ai pas peur parce que je sais ce que c’est d’affronter l’une des meilleures joueuses du monde. Mais bien sûr, ça va être un gros match, un gros défi. » Si de son côté, Paula Badosa sera vue comme la grande favorite dans cette rencontre, elle sait que ce sera une expérience unique. Quand Simona Halep était au sommet du classement WTA, elle peinait encore au niveau inférieur et c’est la raison pour laquelle elle semble avoir le plus grand respect pour la joueuse roumaine. « Ça va être très dur », a déclaré la joueuse espagnole. « Elle a gagné ce tournoi. Elle joue sur le court central, elle y a joué tellement de fois, donc elle connaît très bien ce court. Ça va être dur. Elle a déjà gagné Roland-Garros, alors qu’est-ce que je peux dire de plus ? Je pense que ça va être un match intéressant, parce que ça va être un match sur terre battue très tactique, et j’ai vraiment hâte d’y être. Bien sûr, c’est une grande championne. Alors peut-être que je suis la favorite, j’essaierai de donner le meilleur de moi-même car c’est sûr qu’elle me poussera jusqu’aux limites. » Cette rencontre sera à suivre, donc, ce samedi sur les courts de la Caja Magica, où nous pourrions assister à un des grands affrontements dont seul le tennis féminin a le secret.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @JJlovesTennis, @WTA_Insider

À LIRE AUSSI :

Dominic Thiem, un retour qui s’apparente à une traversée du désert

Après une 10ème défaite d’affilée, Benoît Paire publie les insultes qu’il reçoit

5 réflexions au sujet de “Simona Halep, une agressivité retrouvée sous l’égide de Patrick Mouratoglou”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s