Reportages

Marine Partaud est prête à rattraper le temps perdu

En 2020, année où la pandémie de Coronavirus a mis beaucoup de joueurs et de joueuses à l’arrêt, Marine Partaud (n°386) n’a quasiment pas joué. Heureusement pour elle, la Française s’est rattrapée en 2021 et, après une belle saison, elle ne compte pas s’arrêter là et a repris sur de bonnes bases lors de ce premier trimestre 2022.


Si vous ne le savez pas encore, Marine Partaud (n°386) aime les Etats-Unis. Elle y passe beaucoup de temps, que ce soit pour s’entraîner ou pour y jouer des tournois du circuit ITF. Rentrée en France il y a un peu plus d’un mois, elle a vécu de l’autre côté de l’Atlantique un début de saison que l’on pourrait qualifier d’honorable, entre les Etats-Unis, le Mexique ou encore la République Dominicaine. Son retour au pays a tout de même été un peu plus difficile, avec deux défaites d’entrée au 25 000 $ du Havre et au 60 000 $ de Croissy-Beaubourg, cette semaine. Cependant, grâce aux résultats qu’elle a obtenu l’année dernière, la joueuse de 27 ans a tout de même effectué un bon retour dans le Top 400 du classement WTA, avec notamment en décembre dernier sa première qualification pour un tournoi WTA 125, à Limoges, avec un set pris à sa compatriote Kristina Mladenovic (n°100), qui s’était finalement imposée en trois sets 7-5, 4-6, 6-0.

Tel était le point d’orgue d’une saison 2021 où elle aura à nouveau gagné un trophée, au 15 000 $ de Gonesse, après quatre ans de disette en simple. Par ailleurs, Marine Partaud a également réalisé sa meilleure performance en terme de classement, en battant la Croate Ana Konjuh (alors 66ème joueuse mondiale) lors des interclubs de Pro A avec la Roche-sur-Yon. Mais surtout, la joueuse française a gagné plus de 100 places au classement WTA, pour revenir dans le Top 400. « J’étais en super forme, j’avais la patate« , a-t-elle confié à nos confrères du quotidien La Nouvelle République. Classée 397ème début janvier, elle a encore progressé de quelques places, jusqu’à atteindre son meilleur classement à la fin du mois de janvier avec une 375ème place au classement WTA. Tout cela est le résultat du travail entrepris avec son nouvel entraîneur, Romain Nowaczyk. « Il fallait se donner les moyens d’avancer », a expliqué la joueuse de 27 ans. « Avoir un coach un peu plus à plein-temps m’a aidé, notamment sur les tournois. Les matchs se jouent à rien des fois, sur des détails, et avoir quelqu’un qui est là pour toi, ça peut les faire basculer. Il n’a pas révolutionné mon tennis mais on a très bien travaillé. Je devais mettre le maximum de chances de mon côté. » Et elle a eu raison, après une progression stoppée par une longue blessure en 2019 (qui l’a éloignée des courts pendant six mois), puis cette pandémie mondiale en 2020 et le fait qu’elle suive en parallèle de sa carrière des cours à distance à Sciences-Po Paris.

Désormais, Marine Partaud veut poursuivre sa progression. Ainsi, grâce à son classement, elle intègre maintenant directement les tableaux des tournois 25 000 $, sur lesquels elle évolue cette saison. Ce qui change tout dans sa gestion de carrière. « C’est un gros plus », a assuré la 386ème joueuse mondiale. « On ne peut pas éternellement s’enliser dans les tournois de 15 000 $. En terme de points, un premier tour passé en 25 000 $ équivaut à tournoi de 15 000 $ gagné. La différence est juste colossale, même si c’est beaucoup plus dur avec une vraie différence de niveau. Ça change quand même les choses et ça fait du bien. Mais ce n’est juste qu’une étape. » Ambitieuse, la joueuse tricolore sait qu’elle doit encore franchir une étape pour montrer l’étendue de ses progrès. Son début de saison, malgré un tour passé au 60 000 $ d’Orlando, n’est peut-être pas si bon qu’il y paraît (3 victoires pour 8 défaites). Mais la joueuse française ne veut plus perdre de temps et elle a des ambitions. « J’aimerais me rapprocher des qualifications pour les tournois du Grand Chelem », a-t-elle affirmé. « Pour y parvenir, il faut, petit à petit, intégrer les tableaux finaux des tournois de 60 000 $, 80 000 $ ou 100 000 $ et me rapprocher des deux cents premières places mondiales. » Tout ce qu’on peut lui souhaiter désormais, c’est d’avoir des résultats à la hauteur de ses ambitions.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @MarinePartaud

À LIRE AUSSI :

Francisco Cerundolo, l’aîné de la fratrie flambe à Miami

Lesia Tsurenko publie un message de détresse à propos de la guerre en Ukraine

2 réflexions au sujet de “Marine Partaud est prête à rattraper le temps perdu”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s