Analyses

Tranformé physiquement, Carlos Alcaraz est prêt à relever le défi face à Rafael Nadal

Ce samedi, en demi-finales du Masters 1000 d’Indian Wells, nous aurons droit à un véritable choc des générations, entre deux joueurs espagnols : Rafael Nadal (n°4) d’un côté et Carlos Alcaraz (n°19) de l’autre. Ce dernier, d’ailleurs, a complètement changé de dimension, sur le plan phyique, depuis l’intersaison et la première rencontre entre les deux hommes, qui avait eu lieu au mois de mai, l’année dernière.


En 2022, quand Carlos Alcaraz (n°19) est revenu sur le circuit après la pause hivernale, tout le monde a pu voir qu’il avait évolué. Avant même son premier match. Physiquement, le jeune joueur espagnol a travaillé comme un dingue. Transformé en rouleau compresseur, l’espoir du tennis ibère allie désormais puissance, explosivité et endurance. Battu en huitièmes de finale du Masters 1000 d’Indian Wells en deux sets 7-5, 6-1, le Français Gaël Monfils (n°28) a pu goûter à cette nouvelle force physique chez l’Espagnol. « Quand je dis que physiquement il m’a bouffé, ce n’est pas que je suis fatigué, c’est que physiquement ce qu’il me propose, c’est trop fort pour moi », avait déclaré le Parisien à nos confrères du quotidien L’Equipe après sa défaite. « Comme quand tu joues Rafa, tu n’es pas fatigué mais tu prends 2 et 2 sur terre parce que physiquement il te bouffe. À un moment, je ne suivais plus. » Que s’est-il passé entre l’US Open, où on avait vu Carlos Alcaraz abandonner en quarts de finale en plein milieu du deuxième set après avoir explosé physiquement, et ce début de saison 2022, où il apparaît plus fort que jamais ?

Dès l’Open d’Australie, on a pu voir les changements opérés lors de l’intersaison. Le fait est que Carlos Alcaraz a pris de la masse et du muscle, comme les photos peuvent le montrer. Selon son préparateur physique, l’Espagnol a pris trois kilos de muscles cet hiver, grâce à un gros travail de fond, atteignant désormais 75 kilos. « Sur ces 75 kilos, près de 60% représente de la masse musculaire », a ainsi expliqué Alberto Lledó au journal Marca. En deux ans, Carlos Alcaraz semble avoir gagné entre 6 et 8 kilos. Rien que ça. En fait, le travail physique a démarré en 2019. « Quand on a commencé à travailler avec lui, on a eu un problème, c’est qu’il avait un pourcentage graisseux très faible », a ajouté Alberto Lledó pour nos confrères espagnols de Punto de Break. « Il mangeait très peu, il avait les habitudes alimentaires d’un gamin normal, pas celles d’un sportif de haut niveau. » Un menu spécial a ainsi été mis en place pour combler les manques : chaque jour, Carlos Alcaraz devait prendre 4 500 calories, des protéines, des compléments alimentaires et des sushis juste avant les matches ! Cependant, l’alimentation n’a été qu’une part de sa transformation, l’autre devant être imputée au travail qu’il a mené. « Gagner en puissance, ce n’est pas juste soulever des poids », a souligné son préparateur physique. « On en a fait, bien sûr, mais le meilleur pour prendre de la masse musculaire sans perdre de vitesse, c’est la poulie d’entraînement. » Voilà donc un outil qui permet de travailler raquette en main, et qui a permis au joueur espagnol de lutter contre l’inertie pour que son bras soit encore plus libéré au naturel.

Cette nouvelle force physique devrait permettre à Carlos Alcaraz de faire mieux pour sa deuxième rencontre face à son aîné, Rafael Nadal (n°4). En mai, l’année dernière, le taureau de Manacor lui avait infligé une leçon (6-1, 6-2) au deuxième tour du Masters 1000 de Madrid. Cette fois-ci, ce devrait être différent. Le jeune loup ne devrait plus être aussi impressionné de voir son idole de l’autre côté du filet, pour commencer. Ensuite, il faut noter qu’il n’a perdu qu’une rencontre, au tie break du cinquième set, contre Matteo Berrettini (n°6), au troisième tour de l’Open d’Australie. Mis à part cela, Carlos Alcaraz a remporté le tournoi ATP 500 de Rio et il reste sur dix victoires consécutives. On est encore loin des dix-neuf victoires pour aucune défaite du recordman de victoires en Grand Chelem, mais cela prouve bien les progrès du plus jeune des deux joueurs espagnols. Par ailleurs, Carlos Alcaraz n’a pas perdu le moindre set dans le désert californien, devenant le plus jeune demi-finaliste depuis Andre Agassi en 1988. Et si Rafael Nadal ne le craint pas plus qu’un autre adversaire, il connaît toute l’étendue de son potentiel. « Je pense qu’il sera inarrêtable pour la suite de sa carrière », a déclaré le 4ème joueur mondial. « Il a tous les ingrédients. Il a la passion, une super équipe à ses côtés. Il est assez humble pour travailler dur, c’est un type bien. Il me rappelle beaucoup moi quand j’avais 17 ou 18 ans. Il a le talent et les qualités physiques. » Alors, l’élève dépassera-t-il le maître pour se qualifier, du haut de ses 18 ans, pour sa première finale en Masters 1000 ?

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @BNPPARIBASOPEN, @usopen, @AustralianOpen

À LIRE AUSSI :

Alexandr Dolgopolov : « Je vais défendre mon pays du mieux possible »

Quand Nick Kyrgios joue avec sérieux, il est un danger pour n’importe quel joueur !

2 réflexions au sujet de “Tranformé physiquement, Carlos Alcaraz est prêt à relever le défi face à Rafael Nadal”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s