Interviews

Alexandr Dolgopolov : « Je vais défendre mon pays du mieux possible »

Voilà encore un ancien joueur ukrainien qui a décidé d’apporter son aide à son pays, en pleine guerre face à la Russie. 13ème joueur mondial à son meilleur en 2012, Alexandr Dolgopolov a ainsi décidé de rejoindre l’armée ukrainienne. Arrivé à Kiev ce mercredi, le joueur de 33 ans a offert un entretien exclusif à nos confrères du quotidien L’Equipe, que nous vous relatons ici.


Sergiy Stakhovsky, Andreï Medvedev et maintenant Alexandr Dolgopolov. Ces trois anciens joueurs ukrainiens ont décidé de prendre les armes pour défendre leur pays. Après avoir officiellement arrêté sa carrière au mois de mai 2021, même s’il n’a plus joué depuis 2018 en raison d’une blessure au poignet, l’ancien joueur de 33 ans a lui-même communiqué sa décision sur sin compte Instagram. Dans un entretien exclusif accordé à nos confrères du quotidien L’Equipe, Alexandr Dolgopolov a expliqué son choix de rentre re nUkrain et de rejoindre Kiev, la ville où il est né : « C’est chez moi. Quelqu’un doit défendre notre maison. Ce n’était pas une décision difficile. Je voyais à quel point notre pays luttait, je voyais notre gouvernement résister, notre président est ici, beaucoup de gens connus sont ici… Je me dois d’être là ! J’ai mis ma famille en sécurité puis j’ai commencé à planifier mon retour au pays. Au bout de quelques jours de conflit, j’ai voulu rentrer. Je ne pouvais plus regarder ce qu’il se passait sans rien faire. Je passais toutes mes journées à regarder les infos. C’était affreux. Je pense pouvoir apporter une aide, en étant là, en étant volontaire. Je vais défendre mon pays du mieux possible. »

Alexandr Dolgopolov s’est ainsi envolé pour Zagreb, en Croatie, avant de rejoindre la Pologne en voiture. Enfin, il a pu ensuite se diriger vers sa ville natale : Kiev. « J’étais parti en Turquie quelques jours avant que ça ne commence pour mettre ma mère et ma soeur à l’abri », a-t-il notamment expliqué. « J’ai décidé que c’était mieux de partir pour que, quand la guerre commencerait vraiment, je puisse revenir avec un meilleur plan. J’ai d’abord essayé de trouver d’autres personnes prêtes à aller en Ukraine. J’en ai trouvé plusieurs, dont un copain avec lequel je jouais au tennis enfant et qui vit aux États-Unis. On a décidé de se retrouver à Zagreb, en Croatie. On a acheté des monoculaires thermiques pour que les soldats puissent voir la nuit. On a aussi acheté des gilets pare-balles, du matériel, etc. Mais au final, les mecs avec qui j’étais ne sont pas venus à Kiev, j’y suis allé seul. De Zagreb, j’ai pris la voiture et je suis entré par la frontière polonaise. Puis j’ai pris le train jusqu’à Kiev. » L’ancien joueur ukrainien a ainsi pu décrire l’état dans lequel se trouve aujourd’hui la capitale de l’Ukraine, prête à être assiégée par les Russes. « La ville est totalement vide, comme une ville morte », a ajouté l’homme de 33 ans. « Parfois, on voit une voiture militaire passer, mais sinon il n’y a personne. C’est vraiment bizarre, mais pour l’instant je ne peux pas dire que j’ai peur. Je n’ai pas pris ma décision sur un coup de tête. Je regardais les informations 24h/24, je savais où j’allais ! Quand je serai sous les balles ou sous les bombardements, peut-être que je réagirais différemment, mais pour l’instant, je suis assez calme. »

Est-il cependant prêt à se battre ? Alexandr Dolgopolov affirme que oui, comme il l’a expliqué sur les réseaux sociaux en postant une photo des armes qu’il a en sa possession. « J’ai appris à tirer pendant une petite semaine avant de venir parce que je n’avais jamais touché à une arme avant », a-t-il tout de même confessé. « Je suis allé à un stand de tir en Turquie. Il y avait un ancien militaire. Je lui ai dit ce dont j’avais besoin et il m’a appris. À tirer, savoir ce qui peut se passer dans une ville en guerre… Bien sûr, ça ne vaut pas un vrai service militaire d’un an et demi, mais au moins maintenant je suis à l’aise avec un pistolet, je sais l’utiliser et je peux tirer sur une cible avec une bonne précision. Ça me donne davantage confiance. » En Ukraine se trouve également un autre joueur de tennis âgé de 36 ans, Sergiy Stakhovsky, dont nous avons déjà parlé et qui communique beaucoup sur la guerre via ses réseaux sociaux. Apparemment, les deux anciens joueurs ukrainiens ne sont pas encore entrés en contact. « Je sais qu’il est ici », a affirmé Alexandr Dolgopolov. « Je respecte sa décision, c’est une décision forte parce qu’il a trois enfants. Beaucoup de sportifs sont ici. Tout le monde a pris les armes pour soutenir son pays. C’est bon pour le moral des troupes et des civils. Peu importe que tu sois riche, pauvre, connu ou pas, tout le monde est uni. » Enfin, Alexandr Dolgopolov s’est exprimé sur la décision des instances du tennis, qui permettent aux joueurs russes de jouer sans leur drapeau national. Il a avoué ne pas être en accord avec cette décision, évoquant le fait que « la Russie devrait être exclue de tout ce qui la relie au monde. » Il a également pris à partie les joueurs russes qui ont déclaré être contre la guerre, sans dire qu’ils étaient contre leur président Vladimir Poutine (ce qui pourrait les mettre en danger), avançant qu’« ils savent que s’ils disent quelque chose contre Poutine, ils ne rentreront jamais en Russie. »

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @TheDolgo

À LIRE AUSSI :

Quand Nick Kyrgios joue avec sérieux, il est un danger pour n’importe quel joueur !

Le Challenger de Phoenix est-il le tournoi le plus relevé du circuit secondaire ?

3 réflexions au sujet de “Alexandr Dolgopolov : « Je vais défendre mon pays du mieux possible »”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s