En Bref

Benoît Paire, le blocage mental

Si vous avez suivi le Masters 1000 d’Indian Wells ce vendredi soir, vous avez certainement vu le scénario étrange du premier tour disputé par le Français Benoît Paire (n°53). Opposé à l’Allemand Dominik Koepfer (n°51), l’Avignonnais a tout d’abord maîtrisé son match pour mener 6-2, 5-2 et s’octroyer quatre balles de match. Et puis… « Dans des conditions normales et en ayant remporté une ou deux rencontres de plus, je ne me pose même pas la question : je sais que je gagne le match », a déclaré le joueur de 32 ans en conférence de presse. « Mais là, je mène 6-2, 5-2 et la seule chose à laquelle je pense c’est que je peux perdre. » Et effectivement, il a fini par s’incliner en trois sets 2-6, 7-5, 6-4. Incapable de passer une première balle à partir du jeu où il pouvait l’emporter, le joueur tricolore a multiplié les doubles fautes. « Des services j’en fais tous les jours sans souci, mais en match, au moment de conclure, je ne pense qu’à ça, à me dire que je vais faire une double et je la fais », a-t-il confié après la rencontre. Pour Benoît Paire, le blocage est donc seulement mental. Il le sait, mais il a du mal à s’en défaire. « J’ai juste un problème mental. » Cette phrase peut faire sourire, cependant le problème n’est pas nouveau. Lors de la tournée sud-américaine sur terre battue, l’Avignonnais a souffert plusieurs fois de ce mental qui fait des siennes. « J’ai perdu des matches imperdables », s’est-il remémoré. « Je mène deux fois 4-1 contre Munar, je mène 5-4, 40-0 au troisième set contre Lajovic. Medvedev, je fais un bon match, je mène 4-3 break au deuxième set… C’est difficile à accepter. Cette spirale est dure à casser. J’aurais aimé le faire aujourd’hui (ce vendredi, ndlr). C’est ça qui me fait mal. » Comment franchir le cap et ne plus avoir cette peur de perdre qui le prend aux tripes ? Si le 53ème joueur mondial ne peut apporter une réponse à cette question, il va encore ressasser cette nouvelle déroute pendant plusieurs jours. « À une balle près, si je la joue comme je la joue tout le temps, le match est terminé », s’est-il plaint vendredi. « Une bonne soirée, golf demain, un autre match dimanche… Au lieu de ça, je vais avoir une petite déprime pendant deux jours et je vais aller boire des coups. » Espérons qu’il se reprenne vite, et qu’il montre un autre visage, plus serein, sur et en dehors du court.

2 réflexions au sujet de “Benoît Paire, le blocage mental”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s