Analyses

Pourquoi le tournoi d’Indian Wells a-t-il toujours une saveur particulière ?

Après un mois de janvier vécu au rythme de l’Australie et un mois de février où on a mangé du tennis à gogo avec plusieurs tournois chaque semaine, le mois de mars n’est pas seulement synonyme du printemps qui revient. Quand arrive le troisième mois de l’année, la planète tennis pose ses valises aux Etats-Unis, plus précisément en Californie, pour l’un des plus grands tournois du monde. Si ce n’est LE plus grand, en dehors des tournois du Grand Chelem. Ce qui nous amène à une question : pourquoi Indian Wells a toujours cette saveur particulière ?


Déjà, ce tournoi revêt un caractère différent de tous les autres par une première particularité : il se dispute sur une dizaine de jours et débute en pleine semaine, alors qu’habituellement un tournoi se joue du lundi au dimanche, soit sur sept jours. Par ailleurs, il s’agit du Masters 1000 (côté masculin) et du WTA 1000 (côté féminin) qui accueille le plus de joueurs dans son tableau : 96 joueuses et joueurs voient leur nom inscrit sur la ligne de départ. Ainsi, les 32 têtes de série (autant qu’en Grand Chelem) bénéficient d’un bye au premier tour. Quant aux 64 joueuses et joueurs restants, ils doivent remporter sept matches, soit autant que dans un Grand Chelem, s’ils espèrent pouvoir soulever le trophée. La seule différence réside dans le fait que les rencontres, chez les messieurs, se disputent en deux sets gagnants et non trois. Vous l’aurez compris, à Indian Wells les hommes et les femmes se partagent le même tournoi. Ce qui est une autre particularité, que l’on ne retrouve pas partout. Par ailleurs, le lieu où il se déroule est historique : nous avons là un complexe de près de 22 hectares, composé de 29 courts dont les deux plus grands ont une capacité de 16 100 places pour le premier et 8 000 places pour le second. De quoi offrir de belles ambiances, notamment lors des night sessions ! Ce n’est pas pour rien si nos amis américains parlent de « Tennis Paradise » (le paradis du tennis, en Français).

Par conséquent, on peut considérer que le tournoi d’Indian Wells est le plus grand derrière les tournois du Grand Chelem. Son histoire en est d’ailleurs le témoin, avec les plus grands noms à son palmarès. Les trois plus grands vainqueurs sont – et ce n’est pas un hasard – les trois plus grands joueurs de tous les temps : Roger Federer (n°27) et Novak Djokovic (n°2) avec cinq titres chacun, et Rafael Nadal (n°4) avec trois trophées (à égalité avec Michael Chang). Mis à part ces mastodontes de l’histoire du jeu, d’autres grands noms ont posé leurs mains sur le trophée : l’Australien Lleyton Hewitt (deux titres), les Américains Pete Sampras et Jim Courier (deux titres) ou encore l’Allemand Boris Becker (deux titres). Cependant, le Big Three ne s’est plus imposé depuis 2017 : l’Argentin Juan Martin Del Potro avait fini par faire plier Roger Federer en 2018, tout comme Dominic Thiem l’année suivante. En 2020, tout le monde sait que la Covid avait commencé à faire des siennes en mettant à l’arrêt le circuit à partir de ce tournoi d’Indian Wells, le premier d’une longue liste à être annulé. Enfin, l’an passé, le tournoi s’était exceptionnellement disputé au mois d’octobre, avec la victoire du Britannique Cameron Norrie (n°12), qui arrivera pour la première fois dans la peau du tenant du titre dans cette catégorie de tournoi. Du côté de la WTA, on retrouve également que des grands noms au palmarès d’Indian Wells : Kim Clijsters, Serena Williams, Martina Navratilova, Lindsay Davenport, Daniela Hantuchova, Maria Sharapova, Steffi Graf (toutes les sept avec un record de deux titres en Californie) ou encore Justine Henin (« seulement » titrée une fois en 2004). Au mois d’octobre dernier, c’est l’Espagnole Paula Badosa (n°7) qui a remporté le plus beau titre de sa carrière, qu’elle tentera de défendre seulement cinq mois après.

La nuit dernière, les qualifications pour le tableau féminin ont débuté. Le tableau masculin sera ouvert dès ce mardi soir. Les femmes démarreront officiellement le tournoi mercredi, alors qu’il faudra attendre jeudi pour les messieurs. Notez que tout le gratin du tennis mondial est déjà sur place : Daniil Medvedev (n°1), pour son premier tournoi en tant que n°1 mondial, mais aussi Alexander Zverev (n°3), Rafael Nadal (qui compte pour l’instant 15 victoires pour… 0 défaite !), Stefanos Tsitsipas (n°5) ou encore, du côté des Français, Gaël Monfils (n°28). Du côté des dames, elles seront toutes là, sauf l’Australienne Ashleigh Barty (n°1), vainqueur de l’Open d’Australie mais dont le corps l’a forcée à se mettre à l’arrêt (elle est également forfait pour le tournoi WTA 1000 de Miami, qui suivra celui d’Indian Wells). Enfin, concernant le décalage horaire, il s’agit d’un des plus difficiles quand on est en France : il y a neuf heures de décalage entre la Californie et Paris ! En gros, les rencontres débutant à 11h à Indian Wells seront visibles à 20h chez nous… Préparez vos soirées télé, elles se passeront devant le premier Masters 1000 de la saison !

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @BNPPARIBASOPEN

À LIRE AUSSI :

Vajda – Djokovic, les raisons de la séparation d’un duo iconique

Eva Lys, née à Kiev, accuse des joueuses russes de se moquer de la guerre

4 réflexions au sujet de “Pourquoi le tournoi d’Indian Wells a-t-il toujours une saveur particulière ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s