Reportages

Quand Nick Kyrgios évoque sa dépression et parle de « pensées suicidaires »

Ce jeudi, à travers ses réseaux sociaux, l’Australien Nick Kyrgios (n°137) a révélé avoir souffert de dépression. Il brise ainsi un tabou, car peu de joueurs en parlant, mis à part peut-être la Japonaise Naomi Osaka (n°80), qui s’est déjà ouverte sur le sujet. Dans un long message, le bad boy du tennis masculin a ainsi admis avoir combattu ses démons, il y a maintenant trois ans.


Parler de soi, dans une sorte d’introspection, c’est assez peu commun pour un joueur de tennis. Aussi surprenant soit-il, c’est pourtant l’exercice auquel s’est plié Nick Kyrgios (n°137), ce jeudi, sur son compte Instagram. S’il n’a plus rejoué depuis son triomphe en double – avec son ami Thanasi Kokkinakis – à l’Open d’Australie et si on ne sait pas quand il reprendra la compétition, l’Australien se faisant rare sur les courts depuis le début de la pandémie, il est toujours intéressant d’écouter ce qu’il a à dire. Et cette fois-ci, il a évoqué un problème qui peut toucher les sportifs, mais qui est également un sujet de société, mis en avant par les différents confinements que nous avons dû subir : la dépression et la santé mentale.

Ainsi, Nick Kyrgios a posté une photo de lui qui date de trois ans, avec une légende où il s’est dévoilé un peu plus. « C’était moi il y a trois ans à l’Open d’Australie », a-t-il confié dans la légende de cette photo. « On pourrait supposer que tout allait bien dans ma tête et que je profitais de la vie… C’était en fait une de mes périodes les plus sombres. Si vous regardez attentivement, vous pouvez voir sur mon bras droit une blessure que je me suis infligée (le pansement sur son bras masquait selon lui une scarification, ndlr). J’avais des pensées suicidaires, et j’avais littéralement du mal à sortir de mon lit, alors jouer devant des millions de personnes, vous imaginez. Je me sentais seul, déprimé, négatif, je consommais trop d’alcool et de drogues, je repoussais ma famille et mes amis. » On apprend donc que le joueur australien était vraiment mal dans sa peau. Sa situation s’est-elle améliorée depuis ? Avec la pandémie de Coronavirus, il n’a disputé que 26 rencontres depuis le début de la saison 2020, mais il ne semble pas s’en porter plus mal.

Ce qu’a fait Nick Kyrgios peut ici être assimilé aux révélations de la Japonaise Naomi Osaka (n°80), qui avait également parlé de son mal-être l’année dernière. Pour l’Australien, il s’agissait d’une vraie dépression, avec l’isolement qui va avec. « J’avais l’impression que je ne pouvais parler ou faire confiance à personne », a expliqué le joueur de 26 ans. « C’était le résultat d’un refus de m’ouvrir, et de m’appuyer sur mes proches et de me pousser à être petit à petit positif. Je sais que la vie quotidienne peut sembler extrêmement épuisante, impossible même parfois. Je comprends qu’on puisse penser que si on s’ouvre aux autres, il se peut qu’on se sente faible ou qu’on ait peur. Je veux juste vous dire, si vous traversez ça, que vous n’êtes pas seul. J’ai traversé ces périodes… » Fort de son expérience, le bad boy du circuit masculin veut ainsi aider les gens qui seraient dans le même état que lui et auraient besoin de soutien. « Si vous avez l’impression de ne pouvoir parler à personne, je suis là, contactez-moi », a-t-il écrit pour conclure son message. « Je suis fier de dire que j’ai complètement repris ma vie en main et je regarde tout d’un œil complètement différent à présent. Je ne considère aucun moment comme acquis. Je veux que vous soyez capable d’exploiter tout votre potentiel et de sourire. Cette vie est belle. » Le fait qu’il aille mieux s’est déjà entrevu à Melbourne, quand il évoluait sur le court en double, jusqu’à soulever le trophée. Pourvu que ça dure et qu’on puisse le voir le plus régulièrement possible sur le circuit.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @SPORTSCIRCUSINT, @MirrorSport

À LIRE AUSSI :

Zverev, Medvedev, Kyrgios : la Next Gen est-elle moins respectueuse que ses aînés ?

Vainqueur à Dubaï, Jelena Ostapenko voudrait gagner d’autres Grands Chelems

2 réflexions au sujet de “Quand Nick Kyrgios évoque sa dépression et parle de « pensées suicidaires »”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s