Analyses

Zverev, Medvedev, Kyrgios : la Next Gen est-elle moins respectueuse que ses aînés ?

Comparer la nouvelle génération du tennis masculin avec des champions de la trmpe de Roger Federer (n°29) ou encore Rafael Nadal (n°5) n’est peut-être pas toujours une bonne idée… Cependant, le comportement de certains joueurs de la Next Gen, désormais aux sommets de la hiérarchie mondiale, amène à se poser des questions. Surtout en ce qui concerne le respect, des arbitres en poremier lieu. Alors, nous posons la question : cette nouvelle génération est-elle moins respectueuse que la précédente ?


Le pétage de plombs d’Alexander Zverev (n°3) au tournoi ATP 500 d’Acapulco est encore tout frais dans nos têtes. Pour rappel, il s’est fait disqualifier du tournoi après avoir frappé la chaise d’arbitre à la fin de son premier tour, en double. Visiblement très énervé, il a failli toucher l’arbitre à plusieurs reprises, après une décision qu’il avait jugé litigieuse quelques mintues plus tôt. La sanction est vite tombée et le tenant du titre a été immédiatement sanctionné, alors qu’il aurait dû disputer son deuxième tour en simple dans la nuit de mercredi à jeudi contre son compatriote Peter Gojowczyk (n°95). La question se pose alors de savoir si l’Allemand, dans son accès de colère, n’est pas représentatif d’une génération qui est plus souvent sujette aux débordements que la précédente. Ainsi, nous sommes en droit de nous demander si un Roger Federer ou un Rafael Nadal auraient pu avoir le même genre de comportement envers un arbitre. La réponse qui nous vient tout de suite à l’esprit est : non, pas à l’issue d’un match de double qui ne semble être qu’une occasion de garder le rythme pour un membre du Top 3 en simple. Pour l’Espagnol, ce genre de débordement ne se verrait pas non plus en simple, même si on l’a déjà vu avoir des mots durs envers Carlos Bernardes il y a quelques années. Mais le Majorquin se sentait lésé et il ne s’en serait jamais pris physiquement à l’arbitre ou au matériel sur lequel il officie. Même chose pour le champion suisse : s’il pouvait être sujet aux débordements quand il avait 18 ans, il en a connu beaucoup moins depuis qu’il a atteint les sommets. Et, même si lui aussi peut avoir eu des mots durs envers les arbitres lors de moments tendus, il ne s’en serait jamais pris physiquement à un arbitre.

Et c’est bien là la différence. Aujourd’hui, les réactions des champions semblent plus violentes et démesurées qu’avant. Oui, il y a toujours eu des mots plus hauts de qu’autres sur des balles litigieuses. John McEnroe, ou même Jimmy Connors avant lui, ne se gênaient pas pour s’en prendre aux arbitres. Mais jamais leur intégrité physique n’était mise en danger. Pourtant, depuis quelques années, on a l’impression de voir de plus en plus d’exemples qui pourraient presque faire porter un casque intégral aux hommes et aux femmes qui officient sur la chaise d’arbitre. On se souvient qu’en 2017, lors d’une rencontre de Coupe Davis, le jeune Denis Shapovalov (n°14) avait balancé une balle de rage, qui avait fini… dans l’oeil de l’arbitre français, Arnaud Gabas, qui avait dû ensuite se faire opérer ! L’année suivante, lors du tournoi de Rome en 2018, c’était la Tchèque Karolina Pliskova (n°5) qui avait eu un coup de sang, explosant la chaise d’arbitre à la fin de la rencontre à cause d’un litige avec Marta Mrozinska. En 2019, lors du Masters 1000 de Cincinnati, Nick Kyrgios (n°137) – qui n’en était pas à son coup d’essai – avait écopé d’une amende de 111 600 euros et d’une suspension de 16 semaines après avoir fait preuve d’une conduite antisportive, s’en prenant à l’arbitre avant de quitter le court sans permission. Plus près de nous, on se souvient du geste d’humeur qui avait valu à Novak Djokovic (n°1) une disqualification lors de l’US Open en 2020, après qu’il ait envoyé une balle directement dans la tête d’une juge de ligne (involontairement, mais le mal était fait…). Enfin, comment ne pas se souvenir de ce qu’il s’est passé lors de l’Open d’Australie, en janvier dernier ! En demi-finales, Daniil Medvedev (n°2) était allé jusqu’à insulter l’arbitre, lui hurlant dessus et le traitant d’homme stupide, alors qu’il était convaincu que Stefanos Tsitsipas (n°4) faisait du coaching avec son père, qui lui parlait depuis les tribunes.

Tous ces exemples montrent bien que le métier d’arbitre de chaise est loin d’être facile. Si l’ATP et la WTA prennent régulièrement des sanctions exemplaires, comme dans les cas de Nick Kyrgios et Daniil Medvedev, cela ne semble plus suffire pour limiter les débordements. A titre d’exemple, Alexander Zverev pourrait écoper d’un peu plus de 17 500 euros d’amende pour comportement antisportif, mais une procédure pour « comportement aggravé » pourrait à la fois déboucher sur une amende plus importante (environ 22 000 euros) ainsi que sur une suspension du circuit pour une période allant de 21 jours à un an. Les instances décideront-elles d’appliquer le règlement à la lettre pour se montrer exemplaires ? Rien n’est encore sûr. Et ce ne sont pas les excuses du joueur allemand qui suffiront. « Je me suis excusé auprès de l’arbitre de chaise en privé parce que mon accès de colère à son encontre était mauvais et inacceptable. Je suis très déçu de moi-même. Ça n’aurait jamais dû arriver et je n’ai pas d’excuse », a-t-il notamment écrit sur ses réseaux sociaux. S’excuser, c’est bien, mais n’est-il pas trop tard pour le faire ? « Je vais profiter des prochains jours pour réfléchir – sur mes actes et sur ce que je peux faire pour m’assurer que cela ne se reproduise plus. » En effet, cette jeune génération devrait réfléchir pour que ces comportements ne soient plus visibles sur nos écrans. Ce n’est pas un bon exemple pour la jeunesse, ni pour notre sport qui a assez souffert entre la pandémie de Coronavirus et l’affaire Djokovic en ce début de saison 2022. Mesdames et messieurs les joueurs, nous comptons sur vous pour redorer le blason du tennis à l’échelle mondiale !

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @julisalazarmeza, @LesoirSports, @heraldsunsport

À LIRE AUSSI :

Vainqueur à Dubaï, Jelena Ostapenko voudrait gagner d’autres Grands Chelems

Carlos Alcaraz, nouveau roi de Rio, ne compte pas s’arrêter là

4 réflexions au sujet de “Zverev, Medvedev, Kyrgios : la Next Gen est-elle moins respectueuse que ses aînés ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s