Analyses

Juan Martin Del Potro a vécu une (dernière ?) soirée inoubliable

Le réusltat importait peu. Ce qu’il fallait relever de cette soirée argentine, c’était l’ultime retour de Juan Martin Del Potro (n°743), probablement le dernier. Les tribunes du tournoi ATP 250 de Buenos Aires étaient remplies et ont offert une standing ovation de folie à leur champion. Qui a terminé en pleurs, après avoir joué pour la première fois devant sa propre mère, après presque trois ans d’absence. Une dernière ronde dont on se souviendra longtemps.


Cela faisait 965 jours qu’il n’était pas apparu dans une compétition officielle. Ce mardi, lors d’une soirée inoubliable pour le peuple argentin, Juan Martin Del Potro (n°743) a disputé son premier tournoi depuis le Queen’s en 2019. Pour la petite histoire, la rencontre a duré une heure et vingt-quatre minutes et il a perdu en deux sets 6-1, 6-3 face à son compatriote Federico Delbonis (n°42) au premier tour du tournoi ATP 250 de Buenos Aires. Mais ce n’est pas ça le plus important. Non, ce qui compte, c’est qu’il a pu – probablement – tirer sa révérence sur un court, comme il l’entendait. « J’ai donné tout ce que j’avais, jusqu’au dernier point », a-t-il déclaré sur le court sous une ovation. « Je suis heureux parce que mon dernier match, probablement, a eu lieu sur un court et pas en donnant une conférence de presse. Nous ne nous reverrons peut-être jamais. » Voilà, il peut ainsi tirer un trait définitif sur une carrière longue de seize ans – même si elle a été largement perturbée par les blessures -, et d’un titre en Grand Chelem (US Open en 2009) et un en Masters 1000 (Indian Wells en 2018), ainsi qu’une médaille d’argent aux Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Satisfait d’avoir pu terminer sur un court et non devant les micros d’une conférence de presse, le joueur argentin a tout de même précisé après la rencontre qu’il n’avait plus la force de poursuivre à cause des douleurs occasionnées par son genou, qui a tout de même subi quatre opérations. « Ça a dépassé tout ce que j’imaginais », a déclaré Juan Martin Del Potro en conférence de presse. « L’émotionnel, les sensations que j’ai eues. Le match a été mis à l’écart. Ça a dépassé des choses que j’imaginais il y a plusieurs semaines. C’était plus un adieu qu’un retour car mon genou l’a décidé ainsi. J’ai dû mettre le tennis de côté et chercher une solution au genou pour vivre. J’ai besoin de mon genou pour vivre sans douleur. » Des émotions, il en a vécues lors de cette soirée qui restera pour lui inoubliable. Déjà, et pour la première fois en 33 ans, il a joué un tournoi officiel devant sa mère. Et puis, il y avait ce public, qui a rempli les tribunes du court central de Buenos Aires. Dès son entrée sur le court, les fans lui ont réservé une très belle standing ovation. Toujours émotif, l’Argentin a craqué quand, à 6-1, 5-3 pour son adversaire, il allait servir pour la dernière fois de la rencontre. Avant même de commencer le jeu, il a fondu en larmes et a reçu une nouvelle ovation d’un public acquis à sa cause.

Cependant, le joueur de 33 ans n’a pas totalement laissé la porte fermée à un retour, si son genou le lui permettait. Il vit dans la douleur depuis de nombreuses années, mais il est trop passionné par ce sport qui lui a tant donné pour se résoudre à l’abandonner totalement. « Je vais toujours laisser la porte ouverte, mais si j’ai joué mon dernier match aujourd’hui, je suis content », a notamment expliqué Juan Martin Del Potro. « Je rêve de laisser tout ce cauchemar derrière moi. Le tennis, c’est ma vie et ça me déprime. Je rêve d’avoir mon corps pour faire ce que je veux. Si j’y parviens, je serai très heureux et j’oserai tout faire. Je ne peux pas fermer la fenêtre sur un miracle. J’ai besoin de me recharger en énergie pour partir à la recherche d’une solution. » Alors, reverra-t-on un jour la Tour de Tandil sur un court, en pleine possession de ses moyens ? On doit avouer que cela ferait du bien au tennis, tant le joueur argentin force le respect parmi ses pairs. Et son coup droit marteau nous manque déjà tellement qu’on aimerait le revoir à l’oeuvre, comme on a pu l’entrevoir la nuit dernière, où il a eu peu d’occasions de lâcher ses missiles imposants.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @WeAreTennisFR, @LV12TUC

À LIRE AUSSI :

Adrian Mannarino, un envol (trop) tardif ?

Peng Shuai : « Pourquoi une telle inquiétude ? »

3 réflexions au sujet de “Juan Martin Del Potro a vécu une (dernière ?) soirée inoubliable”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s