AusOpen

Gaël Monfils, une petite frayeur et une 117ème victoire en Grand Chelem

En l’absence de Novak Djokovic (n°1), qu’il aurait dû affronter en huitièmes de finale de l’Open d’Australie, le Français Gaël Monfils (n°20) poursuit tranquillement sa route. Ce vendredi, il s’est qualifié en deuxième semaine, même s’il s’est fait une petite frayeur dans le premier set de sa rencontre du troisième tour, quand il s’est légèrement tordu la cheville…


Gaël Monfils (n°20) menait 3 jeux à 1, 30-0 sur son service dans ce début de match face au Chilien Cristian Garin (n°19). Tous les voyants étaient au vert, et puis il y a eu cette chute, qui aurait pu lui être fatale. La cheville a légèrement tourné, le Parisien a grimacé mais heureusement, cela a été sans conséquence. Pourtant, en conférence de presse après sa victoire au troisième tour de l’Open d’Australie, le joueur tricolore avait du mal à expliquer ce qu’il s’était réellement passé sur le court. « La cheville n’a pas tourné mais je me suis raidi », a-t-il déclaré au micro. « Je me suis raidi pour ne pas me faire mal. Et c’est le bas du tibia qui s’est contracté. Je me suis fait mal mais c’était ok, rien de spécial sur ma cheville. » Plus de peur que de mal. Et s’il a vu son adversaire revenir au score, Gaël Monfils s’est une nouvelle fois montré solide pour l’emporter 7 points à 4 au jeu décisif. « J’ai bien servi à certaines périodes, moins bien à d’autres », a analysé le Français. « Ça volait un peu plus, j’ai eu du mal à bien m’adapter, entre taper, pas taper… La confiance a fait que je suis arrivé à gagner en trois sets. »

En effet, Gaël Monfils s’est finalement imposé en 2h01 de jeu, en trois sets 7-6 (4), 6-1, 6-3. Cependant, le score ne semble pas refléter la physionomie du match, et le fait que le joueur tricolore ait semblé souffrir de la forte chaleur qui régnait ce vendredi à Melbourne. « J’étais fatigué après ce match », a-t-il notamment expliqué en conférence de presse. « Il faisait chaud. J’ai pris un petit coup de chaud dans la douche. J’ai mis un peu de temps à m’en remettre, je suis allé faire un bain froid. J’ai puisé aujourd’hui. Entre l’envie de bien faire, rester sur ma ligne… J’ai puisé. » Ce qui ne l’empêchera pas d’être présent en deuxième semaine d’un tournoi du Grand Chelem, pour la 20ème fois de sa carrière (dont cinq à l’Open d’Australie). Il est le troisième joueur français à atteindre ce cap, derrière ses compatriotes et néanmoins amis Jo-Wilfried Tsonga (25) et Richard Gasquet (22). En revanche, c’est la sixième fois seulement qu’il réussit cette performance sans perdre le moindre set lors de ses trois premiers matches. Notez qu’il s’agit également de sa 117ème victoire en Grand Chelem, ce qui fait de lui le dauphin de Jo-Wilfried Tsonga, qui a fait mieux jusqu’alors avec 121 victoires. Le Parisien pourra-t-il égaler son compatriote à Melbourne ?

À 35 ans, il est vrai qu’il bénéficie aussi d’un tableau favorable, en l’absence du n°1 mondial Novak Djokovic. Si Gaël Monfils aurait dû affronter le joueur serbe en huitièmes de finale, il aura en face de lui un de ses jeunes compatriotes : Miomir Kecmanovic (n°77), âgé de 22 ans. La tâche ne sera d’ailleurs pas facile, le Français ayant assuré qu’il le battait souvent à l’entraînement, lui qui avait connu toutes les peines du monde pour se défaire du Serbe lors du Masters 1000 de Paris-Bercy en novembre dernier (victoire en trois sets 4-6, 7-5, 6-3). « À Bercy, je m’en sors très bien contre lui », a déclaré le 20ème joueur mondial. « À l’entraînement, il me battait toujours. J’ai dû vraiment me battre ! Il avait eu un petit flottement au deuxième set et c’était passé ric-rac… Ça ne sera pas un match facile. Il joue vite du fond. Il ne se pose pas beaucoup de questions. Il rentre bien dans ses coups même si je pense qu’il a un meilleur revers. Il agresse bien. Il n’a rien à perdre. C’est un jeune qui joue bien. Pour moi c’est un gros match. » Gare à ce jeune joueur serbe, qui veut jouer les vengeurs de Novak Djokovic depuis que ce dernier a été explusé d’Australie. Cela pourrait lui donner une force supplémentaire au moment d’affronter le n°1 français, qui fera tout pour poursuivre sa route dans une partie de tableau relevée avec Matteo Berrettini (n°7) et Alexander Zverev (n°3) qui sont encore debouts.

Article rédigé par Yannick Giammona
Crédit photos : @RMCSport, @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Une nuit en Bleu à l’Open d’Australie : Alizé Cornet, une victoire majuscule en toute confiance

Une nuit en bleu à l’Open d’Australie : Adrian Mannarino impressionnant, Tan et Moutet pas si loin…

2 réflexions au sujet de “Gaël Monfils, une petite frayeur et une 117ème victoire en Grand Chelem”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s