Reportages

Pourquoi le visa de Novak Djokovic a-t-il été refusé en Australie ?

Comme nous, vous avez peut-être suivi la saga Novak Djokovic (n°1) ce mercredi, notamment en soirée et durant toute la nuit, avec des rebondissements dignes des meilleures séries Netflix. Isolé dans un hôtel réservé aux réfugiés illégaux, le Serbe doit attendre lundi prochain pour savoir définitivement s’il pourra participer ou non à l’Open d’Australie. Si vous avez manqué un épisode de cette histoire rocambolesque, voici la raison qui apoussé les autorités à refuser le visa du nonuple tenant du titre à Melbourne.


PEndant les jours qui viennent, la saga Novak Djokovic (n°1) va encore nous tenir en haleine. En effet, de nombreuses explications vont être demandées sur ce qu’il s’est passé lors des 36 dernières heures, avec des appels et des décisions controversées qui font les gros titres dans la presse du monde entier. L’impact médiatique généré par cette affaire a été brutal : de nombreux journaux nationaux ont rempli leurs couvertures avec l’image du Serbe qui, doit-on le rappeler, s’est vu refuser l’entrée en Australie pour un problème de visa. Ainsi, il a passé la nuit dans un hôtel officiel, gardé par des policiers en attendant que ses avocats agissent, s’accrochant à quelques détails minutieux pour changer une décision finalement prise par le gouvernement fédéral australien. La grande question reste de savoir pourquoi le visa de Novak Djokovic a été rejeté, ce que nos confrères australiens de The Age ont tenté d’expliquer.

Tout d’abord, il convient d’expliquer que tout indiquerait que la raison pour laquelle l’exemption médicale a été accordée au n°1 mondial serait due au fait qu’il aurait contracté la Covid-19 au cours des six derniers mois. C’est l’un des cas possibles pour pour l’obtention de cette exemption médicale, et la raison la plus probable pour expliquer la demande et l’acceptation de la venue de Novak Djokovic à Melbourne pour y défendre son titre. Le problème est que cette règle et cette raison étaient celles utilisées, selon le journal australien, à la fois par le tribunal indépendant fourni par Tennis Australia (la fédération australienne) et par le tribunal indépendant fourni par le gouvernement de l’État de Victoria (c’est-à-dire les deux panels en charge de confirmer les dispenses médicales après un processus prétendument anonyme). Cependant, il semble que le gouvernement fédéral australien (celui en charge des frontières) ait décidé que cette raison ne suffisait pas à garantir l’exemption médicale du joueur serbe, en désaccord avec les critères de ces deux panels indépendants. C’est ici que l’histoire se complique et que diverses sources affirment que les conversations et débats entre les différentes entités politiques se serait enflammé. En effet, il semblerait que Tennis Australia ait été informé à plusieurs reprises qu’une infection au Corionavirus ne serait pas une raison suffisante pour garantir une dérogation, tandis que le gouvernement de l’État de Victoria insiste sur le fait que l’avis donné par l’ATAGI (l’agence spécialisée en vaccination en charge de ces questions de la part du gouvernement australien) était très clair : contracter le virus au cours des six derniers mois était une raison valable de ne pas se faire vacciner.

D’après ce qu’indiquent nos confrères de The Age, des sources gouvernementales affirment que ce n’était pas le cas, et que l’ATAGI n’a jamais supervisé le processus suivi à la fois par le gouvernement de Victoria et l’Open d’Australie. Par ailleurs, il faut ajouter à cette histoire que des sources de Tennis Australia ont affirmé que plusieurs joueurs auraient déjà reçu une exemption médicale et seraient déjà entrés à Melbourne en suivant exactement le même processus que Novak Djokovic, après avoir reçu une exemption pour avoir été infecté par la Covid-19 au cours des six derniers mois. Comme le rapporte le journal australien, il semblerait que d’autres facteurs aient convergé vers un rejet de la demande du Serbe. Avoir contracté le virus au cours des six derniers mois ne vous protègerait pas suffisamment contre la maladie, et la décision de Novak Djokovic de ne pas se faire vacciner ne peut être entièrement conditionnée par ce fait. En effet, il a peut-être été infecté au cours des six derniers mois, mais il aurait également pu se faire vacciner au début de l’année 2021. Ce qu’il n’aurait visiblement pas fait. Ce raisonnement pratique est l’une des raisons pour lesquelles, comme le rapporte l’article de The Age, le gouvernement fédéral australien a fini par choisir de ne pas garantir l’entrée de Novak Djokovic sur son territoire. En somme, nous sommes passés en quelques heures d’un problème sportif à un problème olitique, avec des déclarations croisées des différents gouvernements australiens, aux connotations politiques claires. Même le président serbe s’y est mis à un moment donné. Quelle que soit l’issue de cette saga, il en restera un énorme perdant : l’image du tennis.

Crédit photos : @lequipe, @cstanaway, @MatthereBattue

À LIRE AUSSI :

Les premières réactions à l’exemption médicale de Novak Djokovic

Pourquoi Rafael Nadal devrait une nouvelle fois remporter Roland-Garros en 2022 ?

5 réflexions au sujet de “Pourquoi le visa de Novak Djokovic a-t-il été refusé en Australie ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s