Analyses

Diane Parry, progression fulgurante et belle promesse d’avenir

En 2021, Diane Parry (n°115) aura en quelque sorte été l’éclaircie dans un ciel bien gris pour le tennis féminin français. En effet, elle a progressé d’environ 200 places au classement WTA, allant jusqu’à remporter son tout premier trophée, dimanche, à Montevideo (WTA 125). Une belle promesse pour l’avenir de cette jeune joueuse de 19 ans.


Elle a choisi sa meilleure surface – la terre battue – pour progresser au classement WTA. Un choix qui s’est avéré payant, puisque la Française Diane Parry (n°115) y a remporté son tout premier titre sur le circuit principal, un WTA 125 à Montevideo, en Uruguay. Une série de belles performances, alliée à une autre finale au WTA 125 de Buenos Aires et à un titre au tournoi ITF 25 000 $ de Séville, en octobre, qui lui permet de se rapprocher toujours plus du Top 100. Classée à la 301ème place mondiale en janvier dernier, la joueuse tricolore ne compte pourtant pas s’arrêter là. Si vous la découvrez tout juste, Diane Parry se fait vite remarquer grâce à son beau revers à une main, son toucher de balle et la diversité de ses coups. Des qualités qui font qu’on la compare parfois trop vote à une ancienne championne, qui a fait la gloire du tennis français : Amélie Mauresmo. Classée n°1 mondiale chez les Juniors en fin d’année en 2019, Diane Parry est depuis un des grands espoirs du tennis féminin tricolore. Mais elle sait garder la tête froide, au point d’aller à l’autre bout de la planète, loin de son pays, pour grapiller des points et de l’expérience.

Cependant, il ne faut pas se leurrer. La saison 2021 a été tout sauf facile pour Diane Parry. Après ses faits d’arme sur le circuit Juniors, elle a eu plusieurs blessures et on a peu parlé d’elle. Au mois de février, sur les conseils de son entraîneur – Gonzalo Lopez Sanchis -, elle préférait abandonner au premier tour du tournoi de Poitiers (25 000 $) pour prendre une décision radicale. « Mon coach a voulu que je passe sur terre battue assez rapidement pour jouer beaucoup de tournois en extérieur », a-t-elle expliqué dans des propos relayés par nos confrères du quotidien L’Equipe. « Il voulait que je prenne de l’expérience, que je fasse des matches un peu plus à la bataille, que je m’endurcisse. Ce choix de passer sur terre et de jouer beaucoup à l’extérieur m’a aidée pour me renforcer physiquement, dans mon tennis et dans la tête. » Un choix intelligent, donc, avec 25 tournois disputés sur ocre cette saison, et un total de quatre titres pour Diane Parry : trois 25 000 $ sur le circuit ITF (Périgueux, Torino et Séville) et donc un tournoi WTA 125 (Montevideo). Au-delà de cette recherche d’expérience, l’accent a également été mis sur la préparation physique de la joueuse, qui travaille désormais avec Paul Quétin. « On cherchait quelque chose de plus spécifique au tennis, plus sur le terrain », a poursuivi la joueuse de 19 ans. « Paul Quétin a entraîné tous les meilleurs joueurs et il m’a beaucoup aidée à progresser physiquement. C’était vraiment un domaine dans lequel il fallait que je progresse pour arriver à tenir des matches contre des filles avec une grosse intensité et dans la durée. » Pari réussi avec une première victoire face à une Top 100 (Beatriz Haddad Maia, n°82), en Uruguay.

Cet enchaînement est-il un aboutissement pour Diane Parry ? Certainement pas ! Elle ne compte pas se reposer sur ses lauriers et compte bien poursuivre sa progression, étape après étape. A quelques places du Top 100, elle pourra désormais participer aux qualifications des tournois du Grand Chelem, à commencer par l’Open d’Australie en 2022. « Forcément, c’est une barrière importante car on a accès à des meilleurs tournois et à tous les tableaux de Grand Chelem », a confié la 115ème joueuse mondiale. « Ça change pas mal de choses. Après, je n’ai pas des objectifs de classement. Je suis concentrée sur ce que je veux travailler et je veux continuer à progresser dans mon jeu, c’est ce qui me fera monter au classement. Je ne vais pas me mettre de pression sur le classement. » Désormais, elle va conclure sa fin de saison en disputant les matches par équipe, avec son club de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). « Je ne vais pas les lâcher. En plus, c’est mon club depuis que je suis toute petite. Il y aura mes parents, ma famille, mes proches. » Cependant, elle ne jouera pas les tournois WTA 125 d’Angers (6-12 décembre) et de Limoges (12-19 décembre), afin de se reposer quelques jours et de démarrer sa préparation pour l’Open d’Australie (qui se disputera du 17 au 30 janvier 2022).

Crédit photos : @CopaLPChileIND, @abenneteau, @QuiqueCano

À LIRE AUSSI :

Quel record détenu par Pete Sampras le Big Three ne battra jamais ?

La reconversion réussie d’Agnieszka Radwanska

3 réflexions au sujet de “Diane Parry, progression fulgurante et belle promesse d’avenir”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s