Analyses

2021, une saison d’exception pour Paula Badosa

Sur le circuit féminin, cette fin de saison est marquée par l’ascension inattendue de deux joueuses, qui viennent de faire leur entrée dans le Top 10 et participent aux WTA Finals à Guadalajara : Anett Kontaveit (n°8) et Paula Badosa (n°10). La joueuse espagnole a connu une nette progression tout au long de l’année 2021, mais elle ne compte pas s’arrêter là et elle sait qu’elle doit encore travailler dur si elle veut aller plus haut.


L’année 2021 de Paula Badosa (n°10) n’aura été comme aucune autre. Elle avait commencé par une quarantaine à Melbourne, plus ou moins bien vécue, et jusqu’au tournoi WTA 1000 de Cincinnati, personne n’aurait pu prévoir la fin de saison en fanfare que nous offre l’Espagnole. Mais avant, elle s’était séparée de son entraîneur, Javier Marti, qui l’avait guidé pour gravir les échelons du classement WTA. Son épaule droite douloureuse l’avait même forcée à abandonner en quarts de finale, à Cincinnati, face à la Tchèque Karolina Pliskova (n°4). Elle avait ensuite perdu contre la Russe Varvara Gracheva (n°82), au deuxième tour de l’US Open. Elle a ensuite retrouvé celui qui l’entraînait durant ses années chez les Juniors, Jorge Garcia, et elle a lutté contre une maladie, ce qui a réduit sa préparation pour le tournoi WTA 1000 d’Indian Wells, disputé en octobre dernier. Elle avait été jusqu’à confier à son petit ami, Juan Betancourt : « J’ai un peu peur de ce qui pourrait arriver ici ». « Quand il m’a vu un peu stressée, il m’a dit : ‘OK, cet après-midi, tu vas faire du shopping ‘« , avait expliqué Paula Badosa. « Essaye de déconnecter et d’être un peu heureuse à l’extérieur parce que parfois je deviens trop négative et inquiète avant les tournois. »

Et si cet après-midi shopping avait tout changé ? Quoiqu’il en soit, la joueuse ibère a ensuite enchaîné six victoires de rang pour s’offrir le titre à Indian Wells, le plus important de sa carrière. Classée 70ème joueuse mondiale en début de saison la voilà désormais dans le Top 10 et qualifiée pour les WTA Finals, qu’elle dispute actuellement au Mexique. « Je vais essayer de ne pas laisser les émotions m’envahir », a-t-elle déclaré lundi lors de sa conférence de presse d’avant-tournoi, « mais j’ai traversé beaucoup de choses. Je suis très fière de moi. Je pense avoir fait une très bonne année. Cela a toujours été un rêve pour moi d’être dans le Top 10, d’être l’une des meilleures joueuses du monde. Maintenant, cela devient réalité. » Dans l’ensemble, 2021 a été une année formidable pour Paula Badosa. Jeudi, elle a aisément battu Aryna Sabalenka (n°2) en deux sets 6-4, 6-0 lors de son premier match de poule à Guadalajara. Pour la joueuse espagnole, l’aspect mental semble essentiel et désormais, elle parvient à surmonter ses peurs avant les grands rendez-vous, ce qu’elle avait du mal à faire avant.

Avec la COVID-19, le circuit féminin se trouve chamboulé et les huit joueuses présentes aux WTA Finals ne sont pas forcément celles que l’on attendait en début de saison. Mais, malgré tous les obstacles, Paula Badosa en fait bien partie. Et c’est tout, sauf une coïncidence. « J’ai traversé beaucoup de choses », a déclaré la joueuse espagnole jeudi après sa victoire « Quand j’étais très jeune, je n’avais pas ces attentes, mais j’en avais beaucoup. Je l’ai mal géré. J’ai suivi la voie qui n’était pas la bonne. Après quelques années, j’ai beaucoup appris. » En effet, Paula Badosa a remporté le titre à Roland-Garros, chez les Juniors, en 2015. Elle avait 17 ans et était déjà vue comme une potentielle vainqueur de Grand Chelem. Elle a lutté contre la dépression au début de sa carrière et les énormes attentes que ses capacités suggéraient. Après avoir atteint les huitièmes de finale à Abu Dhabi, son entraîneur de l’époque, Javier Marti, lui a dit qu’elle pourrait terminer dans le Top 30. « Je me suis dit : ‘C’est impossible de terminer l’année dans le Top 30’« , a déclaré la 10ème joueuse mondiale. « Top 50, je peux signer. Imaginez que j’ai terminé l’année dans le Top 10. Que puis-je dire de plus ? » Ce samedi, Paula Badosa affrontera la Grecque Maria Sakkari (n°6), décrochant peut-être une place pour les demi-finales. Elle sait désormais à quel point ces moments sont précieux. « C’est très compliqué de rester au sommet », a-t-elle expliqué. « Je pense que vous devez avoir une stabilité dans votre vie, être heureuse en dehors du terrain. Je pense que sur le court, vous devez travailler très dur tous les jours. Même si maintenant je suis une joueuse du Top 10, il est impossible de se détendre. »

Crédit photos : @JJlovesTennis

À LIRE AUSSI :

Rolex Paris Masters – Le retour du public, nombreux et bruyant, a fait le plus grand bien au jeu

Luis Borfiga : « Il faut se remobiliser pour redonner des couleurs au tennis français »

2 réflexions au sujet de “2021, une saison d’exception pour Paula Badosa”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s