Indian Wells

Le rêve américain se poursuivra-t-il à Indian Wells pour Emma Raducanu ?

Vainqueur surprise de l’US Open, la Britannique Emma Raducanu (n°22) retrouve le chemin des courts, cette semaine, à l’occasion du tournoi WTA 1000 d’Indian Wells. Elle tentera de confirmer les belles promesses entrevues à Flushing Meadows, quand elle a surpris son monde pour remporter son premier titre du Grand Chelem alors qu’elle sortait des qualifications.


Après trois semaines sans jouer, la Britannique Emma Raducanu (n°22) s’apprête à effectuer un retour très attendu sur les courts. La joueuse de 18 ans va participer au tournoi WTA 1000 d’Indian Wells, dans le désert californien, qui fait son retour après plus de neuf cent jours (l’édition 2020 avait été annulée et cette année, le tournoi a été reporté à ce mois d’octobre). Classée 150ème mondiale il y a encore cinq semaines, Emma Raducanu vit un rêve éveillé après son sacre à l’US Open en septembre dernier. Encore toute jeune, la Britannique a d’ores et déjà marqué l’histoire du tennis féminin en devenant la première joueuse à remporter un tournoi du Grand Chelem après s’être extirpée des qualifications. Pourtant, il serait dommage de voir ce conte de fées s’arrêter là après de telles promesses. Malgré son jeune âge, Emma Raducanu a désormais un statut à défendre et à assumer. En a-t-elle les moyens ?

Chez les femmes, le classement WTA est bien plus fluctuant que du côté des hommes, on le sait. Le tennis féminin peine à se trouver une véritable tête d’affiche depuis la fin du règne sans partage de Serena Williams (n°41). Depuis 2017, pas moins de 14 joueuses différentes ont réussi à remporter un tournoi du Grand Chelem (contre 5 seulement chez les hommes). Une situation qui s’explique notamment par l’incapacité des joueuses à confirmer leurs exploits passagers (on pense notamment à Bianca Andreescu, qui revient de blessure et a connu quelques difficultés après son sacre à l’US Open en 2019, ou encore à Iga Swiatek, membre du Top 10 qui doit encore confirmer). Emma Raducanu a donc un vrai coup à jouer dans ce circuit féminin en constant changement. Mais cette incapacité chronique des joueuses à confirmer peut légitimement faire craindre un énième feu de paille concernant la Britannique. Néanmoins, les qualités entrevues à l’US Open ont de quoi faire penser le contraire. À Flushing Meadows, Emma Raducanu ne s’est pas contentée de remporter le titre. Elle a réussi à soulever le trophée sans perdre le moindre set de toute la quinzaine. Une énorme performance pour une joueuse qui était encore méconnue du grand public, même si les spécialistes avaient déjà pu entrevoir son talent à Wimbledon. Pour expliquer son exploit, il faut observer le jeu proposé par la joueuse de 18 ans. Emma Raducanu construit ses victoires avant tout grâce à un jeu agressif. Elle n’hésite pas à frapper fort et à jouer le plus long possible afin de mettre en difficulté la défense de son adversaire, notamment grâce à son puissant revers à deux mains. Un tennis incisif qui ne néglige pas pour autant la défense. Face à Leylah Fernandez (n°28) en finale, sa capacité à tenir l’échange a impressionné.

Nous avons donc affaire à une joueuse au profil complet et qui bénéficie d’un atout singulier. Née à Toronto d’un père roumain et d’une mère chinoise, Emma Raducanu a finalement adopté la nationalité du pays dans lequel elle a grandi : le Royaume-Uni. À travers ce côté multiculturel, la joueuse trilingue s’assure d’ores et déjà un soutien extrêmement large dans le monde entier. En Roumanie, son nom était déjà évoqué dans la presse avant son exploit à New York. Un atout qui peut également se révéler difficile à assumer. À Wimbledon, devant un public largement acquis à sa cause, elle avait été contrainte à l’abandon en huitièmes de finale, prise de vertiges, probablement dus à une crise de panique. « L’enjeu m’a rattrapé », avait-elle alors confié. Vaincre l’enjeu, c’est pourtant le défi qui attend Emma Raducanu au tournoi WTA 1000 d’Indian Wells, où ses performances seront scrutées de près. À commencer par son premier match, où elle affrontera la Biélorusse Aliaksandra Sasnovich (n°100), une adversaire qui semble largement à sa portée.

Crédit photos : @JJlovesTennis, @BNPPARIBASOPEN

À LIRE AUSSI :

Quand Kristijan Schneider, atteint d’un cancer, reçoit le soutien de Gilles Cervara

Gaël Monfils, au moins une finale par saison sur 17 années consécutives

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s