Reportages

Bernard Tomic, à jamais espoir déchu du tennis…

De nos jours, quand on cite le nom de Bernard Tomic (n°262), on pense à un joueur qui ne s’intéresse que très peu au tennis, et qui préfère se faire remarquer par ses frasques en dehors des courts. On peut, pour les plus âgés d’entre nous, se rappeler qu’il a été un grand espoir du tennis australien, aujourd’hui espoir déchu… Qu’est-il donc arrivé à Bernie ?


Alors que l’Australien Bernard Tomic (n°262) a encore fait parler en mal de lui, perdant dès le premier tour du Challenger d’Istanbul en 36 minutes – ce qui n’est pas son record -, nous avions envie de revenir sur l’histoire de cet éternel espoir du tennis. Pour beaucoup, quand il est arrivé sur le circuit, Bernard Tomic devait prendre la relève de Lleyton Hewitt, permettant au tennis australien de continuer à tutoyer les sommets. Tout a commencé quand, à 14 ans, ce jeune talent était vu comme le meilleur dans la catégorie Juniors. Tous les experts du tennis lui promettaient alors une grande carrière, au point que IMG Models, une marque qui aide les jeunes talents à prendre en main leur carrière (ce qui a été le cas par le passé pour Serena Williams, Roger Federer ou Rafael Nadal), avait signé celui que l’on allait surnommer « Bernie ». Alors qu’il n’était qu’un jouvenceau, Tomic déclarait d’ailleurs à la presse, prouvant son amour du jeu : « J’aime le tennis de la Terre à la Lune. C’est ma vie. » Pourquoi est-ce que cela a changé ?

Flashback dix ans en arrière. En 2011, Bernard Tomic a 18 ans. Il atteint alors les quarts de finale sur le gazon de Wimbledon, où il affronte le Serbe Novak Djokovic, alors classé n°2 mondial et futur vainqueur. L’Australien donne du fil à retordre au joueur serbe, offrant une qualité de jeu impressionnante, mais il s’inclinera en quatre sets 6-2, 3-6, 6-3, 7-5. Djokovic avait affirmé, en conférence de presse, avoir été chanceux de remporter cette rencontre. C’est dire ! La suite est beaucoup moins rose. Bernard Tomic connaît de nombreux désastres médiatiques, entre téléréalité de bas étage et un énorme fiasco pour avoir menacé de frapper l’entraîneur de son équipe nationale de Coupe Davis, Lleyton Hewitt. Il chute au classement ATP et retombe à la 229ème place mondiale, alors qu’il avait atteint le Top 300 pour la première fois à l’âge de 16 ans. En interview, il oublie alors le côté sérieux et ne cesse de se vanter d’être riche à souhait. C’est une manière pour lui de provoquer les gens qui disent le détester. Sur le court, il manque de combativité, comme au premier tour du Masters 1000 de Miami, en 2014, où il avait établi un record face au Finlandais Jarkko Nieminen, en perdant 6-0, 6-1 en 28 minutes. Son record, à ce jour. On se souvient également de cette balle de match, face à l’Italien Fabio Fognini, où « Bernie » avait tenté de retourner le service de son adversaire en tenant sa raquette à l’envers, par le cadre. A priori, la cause de cette chute serait la relation de Tomic avec son père, qui se serait détériorée avec le temps. Voilà pourquoi sa carrière est loin de celle qu’on lui promettait. Souvenez-vous, en 2012, de ces images lors d’un match face à l’Espagnol David Ferrer, au Masters 1000 de Miami. Lors d’un changement de côté, Bernard Tomic avait demandé à l’arbitre de chaise comment il pourrait faire sortir son père du stade. « Il m’embête. Je sais que c’est mon père, mais il m’embête », avait-il dit à ce moment-là. « J’aimerais le faire sortir, est-ce possible ? Si vous le voyez, demandez-lui de se taire. » Pour beaucoup, il semble que ce père soit le premier fil conducteur de la pression et des attentes excessives, qui auraient écrasé ce pur talent aujourd’hui gâché.

Il y a quelques années, en 2018, alors que Bernard Tomic était âgé de 25 ans, il s’était fait éliminer lors des qualifications de l’Open d’Australie. Il avait alors avoué n’avoir qu’un seul objectif dans la vie : « Compter mes millions, c’est tout ce que je fais. Allez-y, faites ce que j’ai fait. Bonne chance les gars. » Quelques mois plus tard, il disait vouloir revenir à ses rêves d’enfant et tout faire pour entrer dans le Top 5 mondial. On se souvient, l’année dernière, de ses frasques sur les réseaux sociaux avec sa petite amie. Ce qui ne l’a pas empêché de se battre pour s’extirper des qualifications de l’Open d’Australie, en début d’année, avant de perdre au deuxième tour face à Denis Shapovalov (n°12). Un dernier exemple montre la relation spéciale qu’entretient le joueur australien avec son sport. Il y a 4 ans, il répondait à une interview pour une chaîne australienne. Après lui avoir montré une image de lui plus jeune, rêveur et enthousiaste, affirmant aimer le tennis de tout son cœur, le journaliste lui a demandé le conseil qu’il donnerait à son lui plus jeune. « Ne joue pas au tennis. Fais ce que tu aimes », a-t-il répondu alors. Cette histoire, c’est celle de Bernard Tomic, un jeune joueur écrasé par les attentes qui pèsent sur lui. Il n’est pas le seul à l’avoir vécue, et certain(e)s peuvent encore le vivre. Nous pensons à la lauréate de l’US Open, la jeune Emma Raducanu (n°23), qui voit sa vie changer, comme cela a pu être le cas pour Bianca Andreescu (n°20) ou Iga Swiatek (n°8). Les attentes peuvent parfois avoir raison de l’amour qu’un joueur ou une joueuses porte pour le tennis, voilà pourquoi il faut faire attention à e que l’on dit ou écrit.

Crédit photos : @livetennisit, @the_LTA, @GeorgeSpalluto,

À LIRE AUSSI :

Après l’US Open, la fin de saison s’annonce passionnante avec Indian Wells et Paris-Bercy !

Quelles sont les clés qui ont permis à Daniil Medvedev de triompher à l’US Open ?

2 réflexions au sujet de “Bernard Tomic, à jamais espoir déchu du tennis…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s