US Open

Gaël Monfils, seul rescapé français à l’US Open, est-il prêt à (enfin) redevenir lui-même ?

Ce jeudi, le Français Gaël Monfils (n°20) a continué à montrer du mieux sur les courts de Flushing Meadows. Il s’est qualifié pour le troisième tour de l’US Open, malgré un set perdu en route et un adversaire qui a mis du temps lâcher. Cependant, les choses sérieuses commencent dès le tour suivant : une rencontre qui s’annonce difficile face à l’Italien Jannik Sinner (n°16), d’autant plus quel e Parisien est le dernier joueur tricolore encore en lice…


Depuis le début de la tournée américaine, le Français Gaël Monfils (n°20) semble revivre. Est-ce dû à son récent mariage ou au fait que les tribunes soient de nouveau remplies ? C’est peut-être la somme de ces deux éléments qui font qu’il y a du mieux. Même si tout n’est pas parfait, le Parisien a franchi ce jeudi le deuxième tour de l’US Open, malgré des conditions difficiles et un adversaire atypique. En effet, il s’est sorti du piège tendu par l’Américain Steve Johnson (n°87), en quatre sets 7-5, 4-6, 6-4, 6-4. « Il y avait beaucoup de vent au début », a réagi le joueur de 35 ans en conférence de presse. « J’avais du mal à bien engager les échanges. Il y a eu un espèce de faux rythme. Il sliçait. Je suis resté trop longtemps dans cette gamme qu’il aime bien, ça lui permet de se décaler en coup droit. J’étais un peu plus défensif. Avec le vent je frappais moins fort, j’avais du mal à contrôler la balle. Le jeu où il me breake (pour égaliser à un set partout, ndlr), il fait deux passings de coup droit, il va bien le chercher, bravo, même si je dois faire mieux. D’ailleurs sur la balle de set, mon coup droit attend encore de redescendre… »

Si les conditions étaient difficiles à cause du vent, Gaël Monfils a offert une partition globalement solide. Il était donc satisfait de sa qualification pour le troisième tour de l’US Open. « J’ai bien retourné, là-dessus je suis content », a ajouté le joueur tricolore. « J’étais serein, j’étais bien physiquement. Il jouait bien. Je pensais qu’il allait fatiguer un peu plus. Il a bien poussé. Je sers correctement. Match pas facile dans des conditions pas faciles, avec un joueur atypique donc difficile de s’engager. Mais j’y suis allé, je suis allé à la volée… Dans l’ensemble je suis content de mon match. » Son service retrouvé pouvait être un élément de satisfaction, ainsi qu’une condition physique qui semble proche du top. Rien à voir, donc, avec le fantôme qu’il était depuis l’apparition de la pandémie de Coronavirus et le retour du tennis face à des tribunes vides. « C’est simple, cette année, j’ai recommencé à gagner des matches quand il y avait du monde », a-t-il fait remarquer en conférence de presse. « Ici, il a une ambiance dingue, c’est incroyable. Ça me manquait. Le huis clos, c’était dur pour moi. J’ai mis du temps à m’adapter. Avec le public, ce sont des conditions beaucoup plus naturelles. L’énergie positive fait que mon jeu revient. » Cet élément, combiné à son mariage le 16 juillet dernier, ont définitivement permis au Français d’être de retour au niveau qui est le sien. Celui d’un membre du Top 20 dont il faut à nouveau se méfier. Les sessions d’entraînement avec Günter Bresnik, qui avait mené Dominic Thiem (n°5) aux sommets, ne sont pas anodins non plus. Maintenant, c’est un autre défi qui attend le n°1 français.

Après la défaite de Fiona Ferro (n°74) face à Iga Swiatek (n°8) ce jeudi, Gaël Monfils sera le seul Français, hommes et femmes confondus, rescapé au troisième tour de cet US Open. Et il n’aura pas la tâche facile. En effet, il affrontera l’Italien Jannik Sinner (n°16), qui représente un véritable premier obstacle sur son parcours. La jeune pousse sera favorite, si on s’en tient aux chiffres et au classement ATP. Cependant, le Parisien jouit d’une expérience à New York que ne connaît pas son adversaire, qui avant cette année n’avait jamais gagné une seule rencontre à New York. De son côté, Gaël Monfils a joué les demi-finales en 2016 et il a été trois fois quart de finaliste (2010, 2014 et 2019). Si on y regarde de plus près, il y est aussi prolifique qu’à Roland-Garros, où il se sent comme chez lui et où le public semble l’avoir adopté grâce à son côté showman. En cas de victoire et de qualification pour les huitièmes de finale, la tâche se compliquerait encore plus, puisque ce serait l’Allemand Alexander Zverev (n°4), prétendant au titre, qui l’attendrait de pied ferme. Mais nous n’en sommes pas encore là. Espérons que samedi, à Flushing Meadows, Gaël Monfils nous montre qu’il est heureux de se retrouver au troisième tour d’un Grand Chelem, ce qu’il n’avait plus fait depuis l’Open d’Australie en 2020 (avant la pandémie, donc…).

Crédit photos : @TennisChannel, @ESPNTenis, @usopen

À LIRE AUSSI :

Ça a chauffé au premier tour de l’US Open entre Andy Murray et Stefanos Tsitsipas !

Sept matches séparent Novak Djokovic du plus grand exploit de sa carrière

2 réflexions au sujet de “Gaël Monfils, seul rescapé français à l’US Open, est-il prêt à (enfin) redevenir lui-même ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s