US Open

Sept matches séparent Novak Djokovic du plus grand exploit de sa carrière

Le dernier tournoi du Grand Chelem démarre ce lundi, à New York. Dans deux semaines, toute la sphère du tennis pourrait basculer dans une autre ère, celle d’un n°1 mondial – Novak Djokovic – qui aurait accompli le Grand chelem et serait seul au sommet de l’Olympe. Le Serbe n’est qu’à sept matches d’un exploit qui semble si près, et si loin à la fois… Parviendra-t-il à supporter la pression qui l’accompagne ?


Cinquante-deux ans. Cela fait plus d’un demi-siècle que le dernier Grand Chelem calendaire a été réalisé par l’Australien Rod Laver. C’était en 1969. Une autre époque, où les trois quarts des tournois Majeurs se disputaient sur gazon. Cette année, l’édition 2021 de l’US Open pourrait être exceptionnelle. En effet, tous les yeux seront rivés sur le n°1 mondial, le Serbe Novak Djokovic. Du haut de ses 34 ans, il pourrait entrer un peu plus dans l’histoire en devenant seulement le troisième joueur de l’histoire du tennis (après l’Américain Donald Budge en 1938 et donc Rod Laver en 1962 et 1969) à réaliser ce fameux quatre à la suite. Et il devancerait ses éternels rivaux, Roger Federer (n°9) et Rafael Nadal (n°5), en devenant le seul joueur à compter 21 titres en Grand Chelem. Autant dire que l’enjeu est colossal. Et qu’il s’accompagne d’une pression dont on se demande comment le joueur serbe parviendra à la gérer. « Je fais partie des favoris, ce n’est pas nouveau pour moi, mais il y a quand même une petite différence cette fois en termes d’enjeu », a-t-il déclaré, le sourire aux lèvres, lors de sa conférence de presse d’avant-tournoi. « Je sais que toute l’attention va être portée autour de moi et de mes matches, et encore plus avec les absences de Roger et Rafa. »

Si on est en droit de se demander si Novak Djokovic supportera la pression, il ne faut pas oublier ce qu’il a déjà accompli cette saison. Certes, il a quelque peu craqué lors des Jeux Olympiques de Tokyo, perdant en demi-finales en trois sets 1-6, 6-3, 6-1 face à l’Allemand Alexander Zverev (n°4) alors qu’il avait le match en main. Mais n’oublions pas qu’en février dernier, il remportait son neuvième titre à l’Open d’Australie, un record absolu. En juin, il triomphait pour la deuxième fois de sa carrière à Roland-Garros, en étant mené deux sets à rien en finale face au Grec Stefanos Tsitsipas (n°3). Enfin, en juillet dernier, il soulevait son sixième trophée à Wimbledon, le troisième d’affilée, sans grande difficulté face à l’Italien Matteo Berrettini (n°8) en finale. Sur le format au meilleur des cinq sets, le Serbe sera très difficile à aller chercher. Cependant, n’oublions pas non plus que son plus grand adversaire sera une nouvelle fois lui-même. Tout le monde se souvient de ce qu’il était survenu, en 2020, en huitièmes de finale : une petite montée d’agacement de Novak Djokovic, qui l’avait malencontreusement fait envoyer une balle sur une juge de ligne. Il s’était alors fait disqualifier mais on peut être sûrs qu’il ne fera pas deux fois la même erreur. « L’enjeu est énorme, parce que c’est une opportunité unique », a confié le joueur de 34 ans en conférence de presse. « Est-ce que réussir le Grand Chelem serait le plus grand accomplissement de ma carrière ? Je pense que la réponse est simple. Bien sûr que oui. Je ne veux pas dire que c’est maintenant ou jamais, parce que je pense que j’aurai d’autres occasions de gagner des grands tournois, mais je ne suis pas sûr d’avoir une autre chance de réussir le Grand Chelem calendaire. »

Si la pression est bien présente dans les allées du Billie Jean King Tennis Center, Novak Djokovic veut montrer à ses adversaires qu’il s’en accommode très bien. « Je pense que je suis très performant sous la pression », a-t-il ajouté sans une once de fausse modestie. « J’aime ça, et je l’ai montré plein de fois dans ma carrière. La pression est un privilège, vraiment. C’est pour me retrouver dans cette situation que j’ai travaillé tous les jours, toute ma vie. J’adore mon sport, je l’admire. Avoir cette opportunité devant moi, c’est formidable et je vais essayer de la saisir. » Cependant, il devra faire attention à ce que son ambition ne le dévore pas tout cru. On peut aussi s’inquiéter sur le fait que le joueur serbe n’a disputé aucun tournoi pour préparer l’US Open, préférant se reposer après la déroute de Tokyo et se concentrer sur LE tournoi qui pourrait le faire entrer dans une autre dimension. « Ma préparation s’est bien passée », a expliqué le n°1 mondial face à la presse. « Je me sens bien sur le court. Ne pas jouer à Cincinnati était prévu, parce que j’étais épuisé par tous les efforts depuis le début de l’été. Il m’a apporté beaucoup de succès et de confiance, mais physiquement et mentalement, c’était dur. »

Novak Djokovic assure donc qu’il se sent prêt à relever ce nouveau défi. Sans oublier que chacun de ses pas, de ses matches et même de ses points sera scruté de très près et décrypté par le monde entier. Ce qui, pour le Serbe, reste une aubaine. Il sera très dangereux lors de la quinzaine américaine, mais il devra se méfier d’adversaires qui ont les dents qui rayent le parquet. En effet, le trio de ses poursuivants au classement ATP, composé de Daniil Medvedev (n°2), Stefanos Tsitsipas (n°3) et Alexander Zverev (n°4) aura à cœur de le faire tomber. Même le jeune Holger Rune (n°145), que le joueur serbe affrontera au premier tour mardi en night session, fera tout pour le mettre en difficultés. Les travaux d’Hercule peuvent commencer, on se donne rendez-vous dans deux semaines pour en faire le bilan.

Crédit photos : @usopen, @le10sport, @RDelinfo

À LIRE AUSSI :

Les cinq rencontres du premier tour à ne pas manquer à l’US Open

Charlotte Fairbank, de son club dans l’Eure aux Jeux Paralympiques de Tokyo

2 réflexions au sujet de “Sept matches séparent Novak Djokovic du plus grand exploit de sa carrière”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s