Reportages

Charlotte Fairbank, de son club dans l’Eure aux Jeux Paralympiques de Tokyo

Le tennis-fauteuil entrera en compétition aux Jeux Paralympiques de Tokyo, ce vendredi. Âgée de 29 ans, la Française Charlotte Fairbank n°2 française et 38e mondiale, adhérente du club de tennis d’Écos (dans l’Eure), y disputera ses premiers Jeux Paralympiques.


La n°2 française en tennis-fauteuil, Charlotte Fairbank, a seulement été prévenue au début du mois de juillet qu’elle participerait aux XVIème Jeux paralympiques, à Tokyo, qui auront lieu jusqu’au 5 septembre 2021. La joueuse de tennis fait ainsi partie des 138 athlètes sélectionnés pour représenter la France. « J’ai été très émue d’apprendre ma qualification pour les Jeux », a déclaré la jeune femme de 29 ans. « À un moment, j’avais perdu l’espoir d’y aller. Du coup, ils ne faisaient plus partie de mes objectifs. Maintenant, je suis très heureuse de pouvoir y participer. » Cette annonce est la récompense d’une année de bons résultats sportifs pour l’adhérente du club d’Écos, dans le département de l’Eure.

En effet, le mode de sélection pour ces Jeux paralympiques était très simple. Il fallait être classé de la première à la trentième place mondiale en simple. Avec sa 38ème position au classement, Charlotte Fairbank n’aurait pas dû avoir l’opportunité de participer, mais un élément quelque peu inattendu a joué en sa faveur. « Ma partenaire de double, Emmanuelle Morch (qui est n°1 française en simple, ndlr) est trentième mondiale et qualifiée », a expliqué la n°2 tricolore. Notez que le double se joue également en tennis-fauteuil aux Jeux Paralympiques de Tokyo. Ainsi, le fait que la partenaire de Charlotte Fairbank soit directement qualifiée, le fait qu’il s’agisse d’une paire d’un même pays et les bons résultats de la 38ème mondiale ont mené à un résultat qui semble logique : l’obtention d’une invitation dans le tableau de simple féminin. « C’est à la nation, par le biais de la fédération française de tennis, d’envoyer la candidature », a expliqué la licencié d’un petit club de l’Eure. « Avec mes performances en individuel et en double cette année, puis le fait qu’on soit une paire 100 % française, je me doutais que j’avais une chance d’obtenir cette wild card. » Depuis l’annonce de sa sélection, la joueuse tricolore a donc mis les bouchées doubles à l’entraînement pour être fin prête pour le début de la compétition.

Pendant un mois et demi, Charlotte Fairbank s’est entraîné sans relâche à Barcelone, en Espagne, où elle réside quatre mois dans l’année. « Mon entraîneur vit ici », a-t-elle confié. « Pour préparer Tokyo, c’est un excellent endroit. Selon les retours que nous avons, en ce moment, il y fait très chaud avec un taux d’humidité important. Rien de mieux que Barcelone pour se mettre en condition physique. » Si elle ne vise pas une médaille, l’objectif de Charlotte Fairbank durant ces Jeux paralympiques est clair : « Emmagasiner de l’expérience pour Paris 2024, et surtout prendre du plaisir en simple comme en double. Je vais donner mon maximum, si je peux passer les premiers tours en simple comme en double ça sera d’excellents résultats. Mais je suis réaliste, je sais que je ne vais pas battre la numéro une mondiale et décrocher une médaille lors de ces Jeux. » En revanche, l’obtention d’une médaille sera bien son objectif dans trois ans, pour les Jeux Paralympiques de Paris, en 2024. « Après, il faudra voir mon évolution d’ici là et celui du circuit », a tenu à préciser la Française. « Chez les femmes, le niveau est très relevé et ne cesse de s’accroître d’année en année. » Mais avant de penser à Paris, Charlotte Fairbank débutera les Jeux Paralympiques de Tokyo dès ce vendredi, avec tout le territoire de l’Eure qui sera derrière son petit écran pour la soutenir dans cette belle aventure. Notez que la joueuse tricolore débutera la compétition face à une Américaine, Dana Mathewson (n°8), ce qui ne sera donc pas une mince affaire ! Elle se trouve d’ailleurs dans la partie de tableau de la n°1 mondiale, la Hollandaise Diede de Groot.

Crédit photos : @FFTennis

À LIRE AUSSI :

Au-delà du réel, une ambiance étrange régnait pour le début des qualifications à l’US Open

Qu’a réellement fait Stefanos Tsitsipas quand il s’est rendu aux vestiaires à la fin du premier set ?

2 réflexions au sujet de “Charlotte Fairbank, de son club dans l’Eure aux Jeux Paralympiques de Tokyo”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s