Analyses

Reilly Opelka, finaliste du Masters 1000 de Toronto, n’est pas qu’un gros serveur

Ce samedi, l’Américain Reilly Opelka (n°32) a enregistré la plus grosse victoire de sa carrière. Pour se qualifier pour la finale du Masters 1000 de Toronto, il a éliminé le Grec Stefanos Tsitsipas (n°3), ce qui représente sa première victoire face à un membre du top 5. Et il n’a pas gagné seulement grâce à son gros service et sa grande taille.


L’Américain Reilly Opelka (n°32) est souvent classé dans la catégorie des gros serveurs. Ceux qu’il appelle lui-même les « serve-bot » (comprenez les robots du service). Et pour cause, grâce à sa grande taille (2 mètres 11), il est capable de terrasser ses adversaires avec cette arme redoutable. Cependant, ce n’est pas son seul atout. Si tel avait été le cas, il ne serait pas parvenu à se qualifier pour la finale du Masters 1000 de Toronto en battant le Grec Stefanos Tsitsipas (n°3) en trois sets 6-7 (2), 7-6 (4), 6-4 ce samedi soir. Son nombre d’aces, s’il est plus important que la moyenne, n’est pas si impressionnant que cela : « seulement » 16 en demi-finales. Nous sommes loin de ce que peut faire un John Isner (n°30), son compatriote défait par le Russe Daniil Medvedev (n°2) dans l’autre demie. « Je suis très satisfait de ce que j’ai réalisé », a déclaré le vainqueur du jour dans des propos rapportés par Punto de Break. « J’ai très bien joué. Ces courts s’adaptent très bien à mon jeu. Ce n’est pas un hasard si Isner a réussi à atteindre l’autre demi-finale. Tsitsipas semble s’améliorer au fil des jours. et aujourd’hui il m’a causé beaucoup de problèmes. Sans aucun doute, il est l’un des meilleurs retourneurs du circuit. En plus d’avoir un grand talent, c’est un joueur très intelligent et aujourd’hui il était très proche de la victoire. »

Cela n’a pas empêché Reilly Opelka, grâce à d’autres qualités dans son jeu, de se montrer très solide sur ses mises en jeu. Résultat : aucun break avant la troisième manche, quand le géant américain est enfin parvenu à prendre la mise en jeu de Tsitsipas en fin de set pour sceller sa victoire. Grâce à son jeu de fond de court, où il s’est montré capable de tenir l’échange mais aussi à sa volée très précise, le joueur américain est parvenu à s’en sortir pour rallier la finale. Auparavant, les deux joueurs étaient très proches dans le premier set car ils ont dominé au service. Opelka a cherché à cibler le revers de Tsitsipas lors de sa première frappe à l’échange et bien qu’il ait eu deux opportunités de break dans le troisième jeu, il n’a pas pu les convertir. Alors que le set se jouait au tie-break, Tsitsipas a réussi à changer de tactique, avançant au retour avec un grand effet pour mener. Le deuxième set a suivi un schéma similaire, les deux joueurs semblant être agressifs, entrant dans le court pour essayer de dicter le jeu. Opelka a repoussé Tsitsipas lors du 11ème jeu pour tenir sa mise en jeu. Cette fois-ci, c’est l’Américain qui a remporté le jeu décisif. La suite, on la connaît.

Le joueur de 23 ans, qui a sauvé une balle de match lors de sa victoire au troisième tour contre le Sud-Africain Lloyd Harris (n°49), a décrit son tennis comme « sans défaut » après sa victoire en quarts de finale contre Roberto Bautista Agut (n°17). Reilly Opelka a égalé ce niveau contre Stefanos Tsitsipas, sauvant la seule balle de break à laquelle il a été confronté pour égaliser à 1-1 dans leur face-à-face. Opelka a maintenant un record de 3-0 dans les manches décisives à Toronto, alors qu’il en était à 0-6 cette saison auparavant. De son côté, le n°3 mondial a enregistré 45 victoires sur le circuit ATP cette année, remportant son premier titre en Masters 1000 à Monte-Carlo en mai dernier. Le Grec tentait d’atteindre sa deuxième finale à Toronto, après avoir battu quatre membres du Top 10 en route vers la finale en 2018. Notez que la finale, cette année, sera inédite puisqu’elle opposera Daniil Medvedev à Reilly Opelka. « Cela va se résumer à quelques points, je pense », a expliqué le 32ème joueur mondial concernant le dernier match du tournoi, qui se disputera ce dimanche à partir de 22h, heure française. « Ce sera un match similaire à celui-ci. »

Crédit photos : @NBOToronto, @atptour

À LIRE AUSSI :

Pete Sampras, la star des années 90, a 50 ans !

Les Masters 1000, premier signe du déclin du Big 3

2 réflexions au sujet de “Reilly Opelka, finaliste du Masters 1000 de Toronto, n’est pas qu’un gros serveur”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s