Wimbledon

Avec Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime, le Canada double la mise en quarts à Wimbledon

Pour la première fois de son histoire, le Canada place deux de ses représentants en quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem. Ce mercredi, à Wimbledon, Denis Shapovalov (n°12) et Félix Auger-Aliassime (n°19) chercheront ainsi à se qualifier pour les demi-finales. Ce qui ne sonnerait pas totalement comme une surprise, mais plutôt comme la confirmation de leur talent.


Ils sont tous les deux Canadiens et leurs carrières ont évolué en parallèle. Aujourd’hui, ils se retrouvent côte à côte pour une nouvelle aventure : disputer un quart de finale dans un Grand Chelem. Cette semaine, du côté de Wimbledon, on a ressorti les vieux dossiers, comme cette photo de leur premier succès commun en Grand Chelem, en double chez les Juniors, lors de l’US Open en 2015. Ils avaient encore un visage enfantin et un sourire innocent. Un mois plus tard, ils remportaient avec le Canada la première Coupe Davis junior de leur pays. Puis, en 2016 – quelques heures avant que leur compatriote Milos Raonic ne participe à la finale de Wimbledon contre Andy Murray Denis Shapovalov (n°12), habillé du blanc traditionnel de Wimbledon, s’était emparé du trophée en simple garçons avant de perdre en double aux côtés de Félix Auger-Aliassime (n°19). On vous l’a dit : leurs destins sont liés depuis longtemps.

Cinq ans plus tard, les caméras sont de nouveau braquées sur ce duo exceptionnel, qui offre au Canada une première avec la présence de deux de ses représentants en quarts de finale d’un Grand Chelem. « C’est incroyable », a déclaré Félix Auger-Aliassime sur le court après avoir éliminé l’Allemand Alexander Zverev (n°6) en cinq sets en huitièmes. « Je suis un gars normal, venu de Montréal au Canada, et je suis ici. Je veux dire, c’est sûrement la meilleure victoire de ma vie jusqu’à présent. » Pour Denis Shapovalov, âgé de 22 ans, sa victoire au troisième tour face au Britannique Andy Murray (n°119) pourrait être considérée comme l’une de ses meilleures. Sans oublier sa démonstration face à un ancien demi-finaliste de Wimbledon, l’Espagnol Roberto Bautista Agut (n°10), qui n’a rien pu faire en huitièmes de finale. « C’est probablement l’une de mes meilleures performances, même en dehors de Wimbledon. J’ai vraiment joué sans faire de fautes aujourd’hui et j’ai tout simplement été très solide », a déclaré le 12ème joueur mondial après sa victoire sur Murray. « Ce fut une expérience incroyable. Comme je l’ai dit sur le court, c’était un de mes rêves de grandir en jouant sur le Centre Court de Wimbledon. J’ai vu tellement de légendes jouer là-bas et ça a toujours été un gros objectif pour moi. »

Pourtant, rien ne présageait un tel succès de ce duo canadien, surtout après une saison sur terre battue en demi-teinte. Mais le passage de la terre au gazon leur a été grandement bénéfique. S’il a subi une huitième défaite en finale sur le circuit ATP (au tournoi ATP 250 de Stuttgart), Félix Auger-Aliassime a marqué les esprits lors de la préparation sur herbe en éliminant un certain Roger Federer (n°8) au tournoi ATP 500 de Halle, avant d’atteindre les demies. « Après Roland Garros, j’ai dû rebondir puis me recentrer sur mes fondamentaux et l’essentiel de mon jeu, qui sont mon service, mon coup droit, et juste jouer instinctivement, je dirais », a déclaré le 19ème joueur mondial. « Je joue juste mes coups en étant créatif. C’est ce que j’ai fait ces dernières semaines. Cela a bien payé. » De son côté, Denis Shapovalov a été contraint à l’abandon avant Roland-Garros, en raison d’un problème à l’épaule gauche survenu lors de son parcours au tournoi ATP 250 de Genève, qui l’a conduit jusqu’en finale. Mais, comme son compatriote, il est revenu plus fort sur gazon, avec un quart de finale au tournoi ATP 250 de Stuttgart et une demi-finale au tournoi ATP 500 du Queen’s, à la veille de Wimbledon. Pour une place en demi-finales, il affrontera le Russe Karen Khachanov (n°29), tandis qu’Auger-Aliassime aura fort à faire face à l’Italien Matteo Berrettini (n°9), lui aussi au sommet de sa forme. « Les tonnes de messages que j’ai reçus de personnes qui m’ont aidé à arriver là où je suis aujourd’hui, cela signifie beaucoup », a déclaré Félix Auger-Aliassime. « Pour moi, leur rendre cela est également formidable. Ça fait vraiment du bien. C’est un travail d’équipe. Le pays est derrière nous. Ma ville est derrière moi. C’est vraiment bien de faire ça, d’avoir autant de soutien. Encore une fois, c’est un grand jour pour nous Canadiens et j’espère que cela continuera. »

Si leur ascension se poursuit, ces deux gaillards devront s’habituer à se rencontrer plus souvent encore et à se remémorer leurs souvenirs de jeunesse. Avant le début de Wimbledon, un ancien n°1 mondial et triple vainqueur au All England Club, John McEnroe, avait déclaré à ESPN qu’un beau parcours de l’un de ces deux joueurs serait tout sauf une surprise. « Je pense que les deux ont fait de gros progrès », a ainsi déclaré l’Américain. « Je donnerais à Denis un léger avantage à ce moment-là de leurs carrières. Je pense que les deux vont remporter des tournois majeurs à un moment donné, dans un avenir pas si lointain. »

Crédit photos : @Sinnet_gn, @christophclarey, @Equipe_Canada

À LIRE AUSSI :

A bientôt 40 ans, Roger Federer fait tomber de nouveaux records à Wimbledon

Adieu, Manic Monday : la fin d’une tradition à Wimbledon

4 réflexions au sujet de “Avec Denis Shapovalov et Félix Auger-Aliassime, le Canada double la mise en quarts à Wimbledon”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s