Wimbledon

Wimbledon – Et s’il y avait une explication concernant l’état de forme de Roger Federer ?

Mardi, le Suisse Roger Federer (n°8) a eu beaucoup de chance au premier tour de Wimbledon. Malmené par le Français Adrian Mannarino (n°41), qui a mené deux sets à un, il ne s’est pas montré sous son meilleur jour. Jusqu’à ce que son adversaire se blesse et abandonne… Mais y a-t-il une explication concernant l’état de forme du joueur helvète ?


Si vous avez vu le premier tour de Roger Federer (n°8) à Wimbledon, il est clair que quelque chose ne va pas. Pas besoin d’être un fondu de tennis, tout le monde peut le voir. Au-delà de la victoire ou de la défaite, ce sont les sensations qui ne sont pas bonnes chez le joueur suisse. Voilà ce qu’il montre à travers son langage corporel. Le problème ne semble pas être physique ni dû à son genou, mais plutôt à ce qui se passe à l’intérieur de sa tête. En ce moment, Roger Federer joue deux matchs : un face à ses adversaires et un autre contre lui-même. À Paris, début juin, le Suisse est arrivé à Roland-Garros le sourire aux lèvres et en conférence de presse, on le voyait heureux d’être de nouveau là et de se donner l’opportunité de prendre du rythme pour la tournée sur gazon. Le joueur que nous avons vu il y a à peine quatre semaines est très différent aujourd’hui. En effet, les malheurs de Federer on commencé lors du tournoi ATP 500 de Halle. Lors de sa défaite face au Canadien Félix Auger-Aliassime (n°19), après un premier set acceptable, quelque chose s’est produit dans le deuxième, qui lui a fait baisser complètement les bras dans la troisième manche. Il a en quelque sorte lâché prise. Jamais, depuis qu’il est professionnel, on n’avait vu Roger Federer comme ça. « Cela ne m’est pas arrivé depuis longtemps », a-t-il déclaré lors du Media Day, déjà à Wimbledon. « Cela me rappelle quand je jouais en junior, quand tout à coup, je ne voyais plus les choses de façon de positive. Je ne sais pas pourquoi. À un moment, sur le plan mental, je n’ai pas aimé ce qui se passait. » Lors de son premier tour à Londres, contre Adrian Mannarino (n°41), il lui est arrivé exactement la même chose.

Mais oublions l’aspect physique, le genou, ou encore l’âge. Cela n’a rien à voir avec ça. Roger Federer vit pour la première fois une situation qu’il n’a jamais vécue auparavant. Il fait face à de nombreux doutes et à l’absence de confiance. Il sait qu’il ne joue pas encore à son meilleur niveau et quand il s’agit de frapper, il ne ressent pas la confiance nécessaire pour être aussi efficace qu’avant. Face à Mannarino, il a fait trop de fautes en revers. Il a joué, de façon excessive, au centre du court pour se donner une grande marge de manœuvre. Même son coup droit n’a pas bien fonctionné. En somme, on ne peut pas s’empêcher de faire un parallèle avec l’Espagnol Rafael Nadal (n°3), qui a connu le même problème en 2015. Les blessures et le manque de confiance lui ont fait vivre un état d’anxiété qui avait duré plusieurs mois. Ne pas pouvoir répondre aux attentes et ne pas voir le bout du tunnel avait causé ces problèmes à un niveau mental qui avait pratiquement duré jusqu’en 2017.

On peut trouver des similitudes dans le cas de Roger Federer. Lors de son premier tour contre Mannarino, ce n’est que lorsqu’il a été au bord du gouffre qu’il a joué avec plus de relâchement. Sur le plan mental, il a quelque peu oublié sa peur de ne pas répondre aux attentes, et on a pu le voir plus agressif, attaquant le filet et frappant mieux la balle. Le début du quatrième set est la preuve que tout va bien physiquement, et que le problème actuel est dans la tête de Federer. Comment pourra-t-il résoudre ce problème ? Peut-être qu’un appel à son ami Nadal pourrait le sortir de l’impasse. Du jour au lendemain, son anxiété pourrait disparaître. « J’avais un problème interne, un fardeau », a déjà commenté le Majorquin concernant les problèmes rencontrés en 2015-2016. « Je ne contrôlais pas le timing du point, de la balle ou mon souffle. En ne contrôlant pas votre respiration, vous arrêtez de contrôler tout le reste. Je suis entré sur le court avec un sentiment de peur de l’échec. Pas de perdre, mais de ne pas pouvoir jouer. » Le côté positif dans tout cela, c’est que ce n’est pas irréversible. Comme l’a dit Nadal lui-même, ça peut partir en un claquement de doigts. La solution à tout cela passe par plusieurs victoires consécutives. Les doutes devraient se dissiper avec quelques bons résultats. Roger Federer lui-même l’a évoqué : « Je sais que si j’avance de plusieurs tours à Wimbledon, je deviendrai plus fort. » Quel meilleur pour y arriver que le All England Club ?

Crédit photos : @rolandgarros, @infosportplus, @WeAreTennis

À LIRE AUSSI :

Pourquoi le gazon du Centre Court de Wimbledon semble-t-il aussi glissant ?

Frances Tiafoe : « Quand je me suis levé ce matin, je savais que je battrais Tsitsipas »

6 réflexions au sujet de “Wimbledon – Et s’il y avait une explication concernant l’état de forme de Roger Federer ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s