Roland-Garros

La malédiction des tenantes du titre qui dure depuis 13 ans à Roland-Garros

Ce mercredi, la Polonaise Iga Swiatek (n°9), tenante du titre à Roland-Garros, a été éliminée en quarts de finale par la Grecque Maria Sakkari (n°18). En perdant son trophée, elle a également échoué à devenir la première joueuse depuis 2007 à remporter deux fois d’affilée le Grand Chelem parisien.


Nous commençons à y être habitués : le circuit féminin est aussi instable qu’imprévisible, et il n’est pas rare de voir de nouveaux noms surgir dans les derniers tours des plus grands tournois. Et Roland-Garros n’échappe pas à la règle. Qui aurait parié sur l’une des quatre joueuses qui se sont qualifiées pour les demi-finales ? Qui aurait pu prévoir que Maria Sakkari (n°18), Anastasia Pavlyuchenkova (n°32), Barbora Krejcikova (n°33) et Tamara Zidansek (n°85) se disputeraient le trophée en fin de tournoi ? La réponse est simple : personne. Au-delà de ce quatuor surprenant, c’est une autre statistique qui a retenu notre attention. En effet, cela fait désormais 13 ans, depuis 2007, qu’aucune joueuse ne parvient à conserver son titre Porte d’Auteuil. La dernière à avoir réalisé un tel exploit se nomme Justine Henin. La joueuse belge avait même signé un formidable triplé, entre 2005 et 2007. Depuis, treize noms différents ont été inscrits sur le trophée Suzanne Lenglen, en attendant un quatorzième samedi.

Roland-Garros et puis… plus rien !

Pour certaines joueuses, comme Ana Ivanovic (titrée en 2008), la victoire à Roland-Garros aura été leur seule titre en Grand Chelem. La joueuse serbe n’est pas la seule. À ses côtés, on peut ranger des joueuses comme Francesca Schiavone (2010), Jelena Ostapenko (2017), mais aussi – tant qu’elles n’ont pas remporté d’autre titre Majeur – Ashleigh Barty (2019) et Iga Swiatek (2020). L’année où elles étaient tenantes du titre, ces joueuses ont connu des fortunes diverses : élimination précoce pour Ostapenko, en huitièmes de finale pour Ivanovic, en quarts pour Swiatek et même forfait avant le début du tournoi – en raison de la cris sanitaire – pour Barty.

Un seul titre à Roland-Garros mais plusieurs Grands Chelems

D’autres cas de figures se sont présentés pour les championnes titrées du côté de la Porte d’Auteuil. Certaines, comme Svetlana Kuznetsova (2009), Li Na (2011), Garbiñe Muguruza (2016) ou encore Simona Halep (2018) ont remporté un ou deux autres trophées dans d’autres tournois du Grand Chelem. Kuznetsova serait imposée à l’US Open, alors que Li Na avait triomphé à l’Open d’Australie. Quant à Halep et Muguruza, c’est sur le gazon de Wimbledon quelles sont allé chercher leur deuxième sacré dans un tournoi Majeur.

Sharapova et Williams, le chassé-croisé

Enfin, deux autres championnes ne sont pas parvenues à conserver leur titre. Cependant, entre 2012 et 2015, elles se sont partagé plusieurs fois le trophée. Il s’agit de la Russe Maria Sharapova et de l’Américaine Serena Williams, qui par ailleurs ont soulevé bien d’autres trophées en Grand Chelem. Ainsi, la Russe a remporté le tournoi en 2012 face à l’Italienne Sara Errani (6-3, 6-2) avant de céder en finale face à l’Américaine l’année suivante (6-4, 6-4). Sharapova a rebondi en 2014 en s’adjugeant à nouveau la victoire finale, aux dépens de la Roumaine Simona Halep (6-4, 6-7 [5], 6-4). En 2015, Serena Williams lui succédait à nouveau en dominant en finale la Tchèque Lucie Safarova (6-3, 6-7 [2], 6-2), qui avait auparavant éliminé Sharapova en huitièmes de finale.

Voilà donc 14 éditions que la championne en titre ne parvient pas à conserve sa couronne. Et ce n’est pas en 2021 que cela va changer, même si tout le monde voyait Iga Swiatek aller au bout. Le cœur du problème est peut-être là : le public, l’environnement et la presse mettent certainement trop de pression sur les épaules de la tenante du titre, qui parfois est jeune et a gagné à Paris son tout premier gros titre. Et on le sait, le plus dur c’est de confirmer.

Crédit photos : @rolandgarros, @Shafaqut94, @noxwin12

À LIRE AUSSI :

Une enquête de l’ATP vise Holger Rune pour des propos homophobes

Roger Federer, analyse d’un forfait à Roland-Garros très controversé

2 réflexions au sujet de “La malédiction des tenantes du titre qui dure depuis 13 ans à Roland-Garros”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s