Roland-Garros

Roger Federer, analyse d’un forfait à Roland-Garros très controversé

Après sa victoire au troisième tour de Roland-Garros, samedi soir à huis clos sur le Court Philippe-Chatrier, Roger Federer (n°8) a déclaré forfait pour la suite du tournoi. Une décision qui a créé la controverse, le joueur suisse essuyant les critiques des uns et recevant le soutien des autres. Pour vous, nous analysons cette polémique créée par l’homme aux 20 titres du Grand Chelem.


Dimanche après-midi, la nouvelle a généré une vague d’émotions chez tous les fans de tennis et de celui que l’on surnomme le maestro. En effet, le Suisse Roger Federer (n°8) a confirmé ce qu’il avait laissé entendre lors de sa conférence de presse après sa victoire au troisième tour de Roland-Garros samedi soir, quand il évoquait un possible forfait pour la suite du tournoi. Les réactions des joueurs, des médias et des fans du joueur helvète ne se sont pas fait attendre. Sur les réseaux sociaux, les avis ont même fusé quant à savoir si la décision prise par le Suisse était légitime, éthique et correcte, notamment pour son bourreau du troisième tour, l’Allemand Dominik Koepfer (n°59). Dès le début de la saison, pourtant, il était clair que la priorité de Roger Federer était de participer à Wimbledon, mais on peut tout de même se demander s’il a manqué de respect à ses rivaux et à ses fans en prenant cette décision.

Le changement de date de Roland-Garros, arme à double tranchant pour Roger Federer

Aucune règle n’empêche Roger Federer de se retirer du tournoi après avoir remporté son match du troisième tour contre Dominik Koepfer. Il ne lui a pas été nécessaire de fournir une preuve médicale d’une blessure quelconque. Il suffit juste de s’assurer qu’une gêne est ressentie pour prendre cette décision. Notez que le premier à regretter ne pas pouvoir poursuivre sa route est certainement le Suisse lui-même, lui qui disait s sentir bien à Paris mais dont la priorité reste bien de disputer Wimbledon à la fin du mois. Le report d’une semaine de Roland-Garros a été considéré comme positif, car cela lui a permis de jouer le tournoi ATP 250 de Genève, mais personne ne s’attendait à ce que cela puisse être un inconvénient majeur après avoir passé trois tours. En effet, si Federer avait décidé de rester dans la compétition, il aurait eu très peu de temps pour se préparer à jouer sur gazon. Le passage de la terre battue à l’herbe n’est pas facile, encore moins pour un homme de presque 40 ans qui souffre d’une gêne au genou. Le tournoi ATP 500 de Halle démarrera le 14 juin et le Suisse était conscient qu’il avait besoin de quelques jours de repos avant de s’aligner en Allemagne, dans un de ses tournois favoris. S’il y avait eu une semaine entre la fin de Roland-Garros et le tournoi allemand, peut-être aurait-il essayé de joue son huitième de finale face à l’Italien Matteo Berrettini (n°9), mais là il estimait que c’était trop juste.

Dominik Koepfer a-t-il des raisons de se sentir floué ? Ce forfait nuit-il à la concurrence ?

Beaucoup de gens ont pensé que si Roger Federer savait clairement qu’il n’irait pas sur le court pour disputer les huitièmes de finale, il aurait dû se retirer lors de son duel face à Dominik Koepfer, permettant à l’Allemand de se qualifier et d’avoir une chance de jouer face à l’Italien Matteo Berrettini. Les conséquences du forfait du Suisse, pour l’organisation du tournoi, sont désastreuses : en effet, cela a enlevé un match hautement attractif au programme de lundi, et cela a permis à Berrettini de rallier les quarts de finale sans avoir à jouer. Mais le joueur transalpin est le mieux placé pour comprendre cette décision, lui qui avait dû déclarer forfait lors de l’Open d’Australie, en février dernier, après avoir battu le Russe Karen Khachanov (n°25) alors qu’il était blessé et incapable de rivaliser avec le grec Stefanos Tsitsipas (n°5) en huitièmes de finale. Ce que Koepfer aurait dû faire, c’était gagner cette rencontre ; personne ne peut blâmer Federer, dont la prestation a été solide, d’avoir fait tout son possible pour gagner la partie. Il a lui-même souligné que d’avoir pensé au nombre de personnes qui l’auraient vu à la télévision lui avait servi de motivation pour se battre jusqu’au bout.

Roger Federer a-t-il eu tort de faire allusion à son forfait immédiatement après le match contre Dominik Koepfer ?

C’est peut-être la seule chose qu’on peut lui reprocher. La majorité des joueurs qui décident de se retirer avant d’entrer sur le court le font sans avoir clairement fait allusion à cette décision quelques minutes seulement après avoir gagné. Cela a amené beaucoup de gens à penser que le Suisse a joué contre Dominik Koepfer en sachant que, quoi qu’il arrive, il n’allait pas continuer dans la compétition. La grande question qui préoccupe tout le monde est de savoir si, dans le cas où il n’avait ressenti aucune gêne à son genou, Federer aurait pris la même décision.

Roger Federer a-t-il déjà fait quelque chose de similaire ?

La réponse est oui, et vous n’avez pas besoin d’aller bien loin dans le temps pour le vérifier. S’il est vrai que le Suisse a un record historique, ce lui de ne jamais avoir abandonné pendant un match, cela est peut-être lié au fait qu’il a refusé d’entrer sur le terrain cinq fois tout au long de sa carrière. Avant ce forfait à Roland-Garros, Roger Federer avait fait de même au Masters 1000 de Rome en 2019, où il était arrivé avec peu de matches dans les jambes. Après une belle bataille contre le Croate Borna Coric, il s’était retiré du tournoi plus par précaution qu’autre chose, arrivant à Roland-Garros en pleine forme. Il avait d’ailleurs atteint les demi-finales, après plusieurs années d’absence Porte d’Auteuil.

Roger Federer a-t-il des privilèges inhérents à son statut ?

Le tennis est un sport dans lequel la méritocratie est plus prononcée que dans n’importe quel sport. Les meilleurs joueurs au monde ont de nombreuses responsabilités lorsqu’il s’agit de diffuser leur sport, mais aussi des privilèges lorsqu’ils demandent les horaires de leurs matches, jouent sur les meilleurs courts et formulent des demandes spécifiques. Beaucoup se demandent si une manœuvre comme celle menée par le joueur suisse aurait été jugée sommairement par les organisateurs du tournoi et le public si elle avait été réalisée par un autre joueur, moins médiatique. Le fait est que Roger Federer a passé des décennies à lutter pour l’amélioration du tennis sous tous ses aspects. Par ailleurs, il est membre du Conseil des joueurs et un représentant clair de ce sport à tous les niveaux. Il a agi rapidement et avec honnêteté, en communiquant cette gêne au genou le plus tôt possible. Il a été totalement transparent avec tout le monde. C’est en tout cas ce qu’affirment ses partisans. Cependant, ses détracteurs pensent qu’il aurait pu agir différemment et qu’il a manqué de respect à la concurrence.

Crédit photos : @lequipe, @rolandgarros

À LIRE AUSSI :

À la découverte d’Alejandro Davidovich Fokina, qualifié pour les quarts de Roland-Garros

Samuel Brosset, sparring-partner, viré de Roland-Garros pour une photo prise avec Benoît Paire !

3 réflexions au sujet de “Roger Federer, analyse d’un forfait à Roland-Garros très controversé”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s