Analyses

À trois semaines du début de Roland-Garros, qui peut en être le réel favori ?

Il est vrai que chaque année, c’est toujours la même question : qui arrivera en tant que grand favori à Roland-Garros ? Habituellement, il s’agit de Rafael Nadal (n°3). ce qui pourrait ne pas être le cas cette année, si on considère ses résultats jusqu’à aujourd’hui dans les tournois de préparation. Il faut cependant prendre tout cela avec des pincettes, l’Espagnol se montrant toujours très fort sur le format en cinq sets Porte d’Auteuil. Mais alors, qui pour venir le bousculer et tenter de lui faire céder un petit bout de sa forteresse ?


Au premier abord, Rafael Nadal (n°3) et Novak Djokovic (n°1) devraient apparaître comme les deux grands favoris de cette édition 2021 de Roland-Garros. Pour le premier, qui détient un record de treize titres Porte d’Auteuil, la question de savoir si on le place parmi les favoris ne se pose même plus. Cependant, il fau faire attention à ce que l’on écrit. Certes, dès qu’il débarque sur les courts de Roland-Garros, le joueur majorquin redevient injouable, surtout sur le Court Philippe Chatrier, quand il fait beau et qui plus est sur un format au meilleur des cinq manches. Cependant, ses résultats ont été en deçà de ses attentes pour le début de la saison sur terre battue. A ce jour, avant donc le verdict du Masters 1000 de Rome, il n’a remporté qu’un seul titre, au tournoi ATP 500 de Barcelone. Lors des deux premiers Masters 1000 sur ocre, il ne s’est ainsi pas montré souverain : en effet, Rafael Nadal a perdu en quarts de finale à Monte-Carlo (contre Andrey Rublev) et en quarts également à Madrid (face à Alexander Zverev). Deux défaites lourdes de conséquences, puisqu’il vient de voir le Russe Daniil Medvedev (n°2) lui repasser devant au classement ATP ; par ailleurs, l’Espagnol ne sera donc que tête de série n°3 Porte d’Auteuil, ce qui pourrait avoir des répercussions sur le tournoi suivant le tirage au sort. En ce qui concerne le n°1 mondial, finaliste malheureux contre Rafael Nadal en 2020, il est favori dès qu’il passe en mode Grand Chelem. Cependant, lui non plus n’a pas eu de très bons résultats pour l’instant sur ocre. Au Masters 1000 de Monte-Carlo, il a connu un premier revers face au Britannique Dan Evans (dès les huitièmes de finale). Puis il a enchaîné une autre déception, chez lui, lors du tournoi ATP 250 de Belgrade : en effet, le Serbe a perdu contre le Russe Aslan Karatsev (au terme d’une demi-finale d’anthologie). Ces deux défaites ont-elles laissé des traces ? C’est ce qu’il faudra scruter cette semaine à Rome.

Qui parmi les poursuivants de ces deux monstres du tennis est plus favori à la succession du maître des lieux ? Il pourrait s’agir du Grec Stefanos Tsitsipas (n°5), qui est le meilleur joueur de ce début de saison, puisqu’il occupe la première place mondiale à la Race. Il a montré qu’il pouvait être performant sur terre battue, remportant son premier titre en Masters 1000 à Monte-Carlo, avec au passage des victoires sérieuses contre les Russes Aslan Karatsev (au deuxième tour) et Andrey Rublev (en finale). Lors du tournoi ATP 500 de Barcelone, il n’a pas été loin d’enchaîner, n’échouant en finale que face à un Rafael Nadal qui a dû sortir le grand jeu pour s’en sortir. S’il a connu un petit coup d’arrêt au Masters 1000 de Madrid – perdant dès les huitièmes de finale face au Norvégien Casper Ruud (n°16) -, il a su adapter son jeu d’attaque à la surface ocre, ce qui devrait l’aider à Roland-Garros. Demi-finaliste l’année passée Porte d’Auteuil, il devra réitérer ses performances des dernières semaines s’il veut avoir un rôle à jouer au cours du deuxième Grand Chelem de la saison.

Et Dominic Thiem (n°4) dans tout ça ? Perdu après son premier titre en Grand Chelem à l’US Open, pas épargné non plus par une blessure qui l’a empêché de joué durant de nombreuses semaines, il a rappelé lors de son retour au Masters 1000 de Madrid qu’il faudrait sûrement compter sur lui. En effet, malgré le manque de compétition, il s’est hissé en demi-finales dans la capitale espagnole, ne cédant que face au futur vainqueur : Alexander Zverev. Finaliste à Roland-Garros en 2018 et en 2019, deux fois demi-finaliste en 2016 et en 2017, la terre battue reste sa surface de prédilection, celle en tout cas où son jeu s’exprime le mieux. Cependant, s’il croise la route de son ami Zverev, ce dernier pourrait également avoir un rôle à jouer Porte d’Auteuil. Après un démarrage difficile sur ocre, où le joueur allemand a perdu en huitièmes de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo puis en quarts au tournoi ATP 250 de Munich, il s’est bien repris la semaine dernière. En effet, le n°6 mondial a remporté son quatrième titre en Masters 1000, à Madrid, ce dimanche. Tout cela en battant trois joueurs du Top 10 : Rafael Nadal – excusez du peu -, Dominic Thiem et Matteo Berrettini (n°9). S’il est en forme, il peut aller loin à Roland-Garros… De là à devenir un réel prétendant au titre ?

Enfin, s’ils sont moins favoris, il reste quelques joueurs à ne pas oublier, qui sur une quinzaine peuvent tirer leur épingle du jeu. On pense au Russe Daniil Medvedev (n°2), qui progresse à vitesse grand V depuis plusieurs saisons et a déjà connu une finale en Grand Chelem. Cependant, il ne faut pas oublier que la terre battue n’est pas du tout une surface faite pour lui ni pour son jeu, et qu’il n’a pas connu de gros résultats sur cette surface cette saison. Par ailleurs, l’Italien Matteo Berrettini, qui a disputé sa première finale en Masters 1000 à Madrid, pourrait continuer sa progression et atteindre les sommets en Grand Chelem. Il reste sur huit victoires pour deux défaites sur ocre, après son titre au tournoi ATP 250 de Belgrade et sa finale dans la capitale espagnole la semaine dernière. N’oublions pas non plus trois membres du Top 10 qui pourraient avoir leur mot à dire : le Suisse Roger Federer (n°8), que l’on ne présente plus mais qui se servira plus de Roland-Garros comme d’une préparation pour Wimbledon ; le Russe Andrey Rublev, qui parfois peut se montrer injouable pour ses adversaires, et qui pourrait étaler l’étendue de ses progrès en Grand Chelem ; et l’Argentin Diego Schwartzman, qui avait joué le feu en 2020 pour éliminer Rafael Nadal au Masters 1000 de Rome, mais qui peine à retrouver son meilleur niveau cette saison.

Crédit photos : @Nadal_Fr, @ESPNTenis, @MutuaMadridOpen, @atptour

À LIRE AUSSI :

Pour conquérir le titre au WTA 1000 de Madrid, Aryna Sabalenka a montré un nouveau visage sur terre battue

Andy Murray : « Je n’apprécie plus autant le tennis qu’il y a quelques années »

3 réflexions au sujet de “À trois semaines du début de Roland-Garros, qui peut en être le réel favori ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s