Analyses

De galères en galères, la résilience à toute épreuve de Richard Gasquet

En 2021, le Français Richard Gasquet (n°52) enchaîne les galères. Après avoir subi une quarantaine pour rien à Melbourne, son pied le poussant à renoncer à l’Open d’Australie, il a contracté le Coronavirus il y a de cela trois semaines. De quoi le mettre en difficultés, comme cela s’est vu lors de son entrée en lice au tournoi ATP 500 de Barcelone. Cependant, il a fait preuve d’une forme de résilience, ne voulant pas lâcher, jusqu’au bout…


Il n’a vraiment pas de chance et son année 2021 ressemble pour l’instant à un chemin de croix. Après avoir vécu une quarantaine forcée à Melbourne, le joueur français Richard Gasquet (n°52) n’a même pas pu participer à l’Open d’Australie, à cause d’un pied douloureux ! Et puis, il y a trois semaines, alors qu’il espérait un retour à la compétition, il a été touché par le Coronavirus, qui l’a cloué au fond du lit. « C’est sûr que j’ai enchaîné les merdes », a-t-il d’ailleurs déclaré face à la presse. « La Covid m’a fait mal. J’étais complètement au fond du lit pendant plusieurs jours. J’ai assez mal réagi, j’ai eu quelques soucis, beaucoup de courbatures et ç’a été difficile. C’est pour ça que je ne suis pas allé à Monaco. » S’il n’a pas hésité à retarder son début de saison sur terre battue et sa préparation pour Roland-Garros, le Biterrois a opté, à la dernière minute, pour le tournoi ATP 500 de Barcelone. Il est donc arrivé sans véritable préparation au moment d’entrer sur le court. Ce mardi, il s’est donc logiquement incliné au premier tour, non sans avoir eu deux balles de match. Mais le Sudiste a fini par plier face à l’Australien Jordan Thompson (n°59) en trois sets 7-6 (5), 4-6, 7-6 (3) après trois heures et vingt minutes de jeu. Et c’est là la bonne nouvelle : Richard Gasquet tient encore la distance, même si c’est plus dur pour lui à 34 ans. « J’en peux plus« , glissait-il même vers son clan après un long rallye.

Si son revers a encore fait des merveilles, s’il a eu deux balles de match dans la troisième manche, toutes deux sauvées par son adversaire sur service-volée, c’est bien du côté du physique que ça flanche. « Je suis bien sûr déçu parce que j’ai eu deux balles de match », a-t-il avoué après la rencontre. « Mais ce n’était pas sûr que je puisse être là donc c’était déjà bien pour moi de rejouer. Tenir 3h15, c’était difficile mais quasiment inespéré. C’est le premier match que je joue à peu près correctement depuis le début de la saison. J’espère bien récupérer et pouvoir repartir sur le circuit. » Vu le nombre de joueurs français présents en Catalogne, Richard Gasquet a décidé de rester un peu pour profiter des installations et pouvoir s’entraîner dans de bonnes conditions sur ocre. En effet, il doit retrouver le rythme de la compétition avant de repartir sur un nouveau tournoi. Avec l’espoir de relancer une bonne fois pour toute la machine. « Ce n’est pas facile de rejouer tout de suite et on sent qu’il lui faut encore une semaine ou deux », déclarait de son côté Julien Cassaigne, son agent, persuadé que le Tricolore a fait « le bon choix » en venant se tester à Barcelone. « Il est très solide mentalement. Je pense qu’il y en aurait beaucoup qui auraient craqué. On en voit qui craquent tous les jours. C’est difficile pour tout le monde en ce moment avec la Covid. C’est vrai qu’il a eu pas mal de malchance. Il s’accroche, et ça va finir par tourner, j’en suis sûr. »

Après une vingtaine d’années de carrière, on peut dire que Richard Gasquet en a connu des galères au fil des saisons. Et il s’est toujours relevé. Alors, ce ne sont pas ces quatre mois sans jouer qui vont lui faire courber l’échine et mettre un coup à sa motivation. C’est même plutôt le contraire : le Biterrois semble encore en vouloir, peut-être même encore plus après tout ce qu’il a vécu. « Je pense au tennis du matin au soir pour essayer d’aller mieux, comme je l’ai toujours fait », a-t-il expliqué. « Moi, je me régale de jouer. Après, ça fait énormément d’années que je joue, donc le corps tire, ce n’est pas facile. Mais il m’en reste un petit peu pour essayer de revenir le plus possible. » Le joueur est lucide et il pointe du doigt le problème qui s’offre à lui désormais : son âge, 34 ans. Il ne récupère plus aussi vite qu’avant et il est plus souvent en proie aux petites blessures. Comme ses compatriotes qui furent un temps appelés les Mousquetaires, Jo-Wilfried Tsonga (n°71) en tête. Cependant, Richard Gasquet est bien décidé à « passer outre », selon ses termes, et à « s’accrocher ». La semaine prochaine, il tentera de mettre définitivement toutes ces galères derrière lui, en disputant le tournoi ATP 250 d’Estoril, au Portugal. De quoi le relancer, peut-être, et espérer avoir un tableau favorable du côté de la Porte d’Auteuil pour montrer qu’il n’est pas encore fini.

Crédit photos : @tennis_phil

À LIRE AUSSI :

Depuis sa victoire à l’US Open en septembre 2020, Dominic Thiem est « tombé dans un trou »

Vainqueur du Masters 1000 de Monte-Carlo, Stefanos Tsitsipas mène la danse à la Race ATP

4 réflexions au sujet de “De galères en galères, la résilience à toute épreuve de Richard Gasquet”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s