Analyses

Le slice, l’arme fatale de Dan Evans pour faire déjouer Novak Djokovic

Ce jeudi, le Britannique Dan Evans (n°33) a utilisé une arme parfois oubliée mais qui peut encore avoir toute son efficacité sur terre battue : le slice. Il a d’ailleurs utilisé ce coup comme un coup d’attaque pour faire déjouer le Serbe Novak Djokovic (n°1) en huitièmes de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo. Et le pire, c’est que ça a fonctionné à merveille !


Avant le début du Masters 1000 de Monte-Carlo, le Britannique Dan Evans (n°33) n’avait plus remporté un seul match sur terre battue depuis le tournoi ATP 500 de Barcelone, en 2017. Au premier tour, il a donc gagné sa première rencontre sur ocre en quatre ans et ce jeudi, au deuxième tour, il a même enregistré une victoire exceptionnelle face au n°1 mondial, Novak Djokovic (n°1). Comment a-t-il fait ? Il a utilisé une arme qui est parfois oubliée dans le tennis moderne : le slice, dont il a usé notamment en revers, et qui a complètement démantelé le jeu du Serbe. « Il est très imprévisible avec ce coup », a déclaré Djokovic en conférence de presse. « Il a démantelé mon jeu. » Il fait dire que le revers slicé du Britannique n’st pas tellement une arme au même titre qu’un coup droit de Rafael Nadal (n°3). Pourtant, avec ce coup, il parvient à faire déjouer plus d’un adversaire. « J’avais dans l’idée qu’il ne serait pas aussi à l’aise avec ça », a de son côté déclaré le 33ème joueur mondial. « Je pensais qu’il aurait du mal à générer du rythme avec mon slice. J’utilisais ça de plus en plus dans le match parce que je ne sentais pas qu’il me faisait du mal. Je pensais que je pouvais attaquer à partir de là. C’est comme ça que le match s’est déroulé. Si vous le regardez, j’ai bien slicé, j’ai couru et j’ai frappé de bons coups droits, je l’ai mis un peu de pression. » Notez que Dan Evans n’a frappé que 20 coups gagnants contre 2 pour son adversaire, mais il est parvenu à l’empêcher d’en remporter plus et l’a souvent poussé à la faute.

Par ailleurs, Dan Evans n’a pas eu peur d’utiliser son revers slicé sur le revers de Novak Djokovic, qui est pourtant une de ses armes les plus redoutables. En effet, le joueur britannique a frappé 69% de ses revers slicés du côté du revers du Serbe, et encore 15% au centre du court, la majorité de ces coups visant le revers du n°1 mondial. « Il a beaucoup de variété dans son jeu », a ajouté Djokovic. « Il utilise son slice si efficacement. Il est rapide sur le court. Il a fait un match vraiment complet. C’est un très bon joueur à regarder, pas un grand joueur contre qui jouer. Il a beaucoup de talent. » Autre élément à prendre en compte sur une terre battue lourde et humide : la vitesse moyenne du revers de Novak Djokovic était de 108 km/h au cours du match et celle de Dan Evans n’était que de 91 km/h… Mais l’objectif n’était pas de maîtriser le Serbe, c’était plutôt de lui permettre de court-circuiter son jeu. Si le Serbe parvenait à contourner son revers, il laissait tout le côté droit du terrain ouvert. Quand il a fait cela, il devait impérativement prendre le contrôle du point avec son coup droit, ce qui lui était difficile à accomplir contre le slice d’Evans, qui avait un rebond très bas.

Dans l’ensemble, 51% des coups frappés par Dan Evans étaient des slices, contre seulement 9% pour le n°1 mondial. Notez que les deux hommes ont commis 32 fautes directes lors des échanges au cours du match. Dans les moments clés, cependant, c’est bien Novak Djokovic qui a commis le plus d’erreurs. Après avoir breaké en début de première manche, le Britannique s’est fait remonté mais le moment clé est survenu à 5-5, quand Evans est parvenu à breaker de nouveau le n°1 mondial. Sans rien faire de spécial, il a démantelé le jeu du Serbe qui s’est laissé prendre. Dans ce jeu, Evans a joué neuf revers, tous slicés, dont huit ont à peine dépassé la ligne de service. Le seul revers qui a été plus loin a coûté le point au Britannique. Par ailleurs, il n’a pas frappé un seul coup gagnant dans ce jeu, mais il a poussé Djokovic a commettre quatre fautes directes, dont une double faute. Voilà comment Dan Evans est rentré dans la tête de son adversaire. Sans être impressionnant, ce slice de revers est sans aucun doute une arme qui pourrait encore faire mal ce vendredi, en quarts de finale, face u Belge David Goffin (n°15). Nous verrons bien comment ce dernier, qui a dû voir le Britannique évoluer face au Serbe, tentera à son tour faire déjouer son adversaire.

Crédit photos : @atptour

À LIRE AUSSI :

Lucas Pouille : « Nous avions l’impression de jouer un tournoi Futures »

Steve Johnson critique durement l’ATP, qui selon lui « fait du mal au sport qu’il aime »

2 réflexions au sujet de “Le slice, l’arme fatale de Dan Evans pour faire déjouer Novak Djokovic”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s