Analyses

Pierre-Hugues Herbert, un diamant brut trop souvent sous-estimé ?

Sa semaine au tournoi ATP 250 de Marseille a été époustouflante ! Vainqueur du n°5 mondial, Stefanos Tsitsipas, et loin d’être ridicule en finale contre le nouveau n°2 mondial, Daniil Medvedev, Pierre-Hugues Herbert a affiché un niveau qu’on aimerait le voir reproduire plus souvent. Selon ses propres dires, les conditions étaient réunies pour qu’il puisse se concentrer sur son tennis, en présence de sa femme et de leur nouveau-né. De quoi mettre en confiance pour la suite de la saison ?


Si on reprend le parcours de Pierre-Hugues Herbert (n°73) au tournoi ATP 250 de Marseille, on est en droit de se demander comment cela se fait qu’il ne soit « que » 73ème joueur mondial. 93ème en début de semaine dernière. En effet, le Strasbourgeois a vécu une semaine de rêve, avec un niveau de jeu spectaculaire. Pour atteindre la finale, il a fait parler la poudre au service, ce qui lui a permis de jouer son jeu d’attaquant à fon et de prendre d’assaut le filet dès qu’il le pouvait. Tout a commencé par une première perf, au premier tour, face au Japonais Kei Nishikori (battu en deux sets 6-1, 6-4), suivie d’un match maîtrisé contre le Britannique Cameron Norrie (éliminé en deux sets 6-3, 6-4). On aurait pu penser que le parcours du joueur français s’arrêterait en quarts de finale, où il affrontait le Grec Stefanos Tsitsipas (n°5), tête de série n°2 du tournoi. Cependant, malgré la perte du premier set au jeu décisif, Herbert a réalisé une de ses plus grosses performances sur le circuit ATP pour dominer son adversaire en trois sets 6-7 (6), 6-4, 6-25. Une victoire qui a dû le libérer, car en demi-finales il ne faisait qu’une bouchée de son compatriote Ugo Humbert (n°29), tête de série n°4, en deux sets 6-3, 6-2. Un parcours digne des plus grands dans les plus grands tournois, qui a eu une conséquence : Daniil Medvedev (n°2), l’adversaire du Tricolore en finale, se méfiait déjà de lui, d’autant plus qu’ils s’étaient entraînés ensemble à Rotterdam.

« Il a joué top 20 aujourd’hui, c’est sûr », déclarait le joueur russe à l’issue de la finale. « Moi, j’ai bien joué et c’était un match tendu que j’aurais pu perdre, qui s’est joué sur quelques points. Au tennis, tu ne peux pas être à ton meilleur niveau toutes les semaines mais plus souvent tu arrives à le faire, meilleur est ton classement. Et donc s’il arrive à reproduire plus souvent le niveau de jeu qu’il a montré ici, c’est sûr que son classement va grimper. » Cette finale, parlons-en un peu. Si Medvedev a remporté la première manche 6 jeux à 4, ce fut grâce à un break acquis lors du fameux septième jeu. Loin de se laisser abattre, Herbert s’est ensuite accroché, décrochant un tie break dans la seconde manche, qu’il allait mener avec sérieux et concentration pour égaliser à un set partout. Dans l’ultime manche, le Strasbourgeois a là aussi tenu, jusqu’au dernier jeu, à 5-4 pour son adversaire, qui a su gérer cette fin de match mieux que lui et breaker enfin pour s’éviter un deuxième jeu décisif de tous les dangers. « Pierre-Hugues a fait un gros match, j’étais un peu au-dessus dans le premier set mais dans le deuxième il a mieux joué et il m’a battu sur des rallyes longs qui me sont plutôt favorables d’habitude », a commenté le Russe en conférence de presse. « Il a été vraiment bon. C’était très important que je tienne mon service dans le troisième et servir en premier m’a aidé à être plus relâché alors que lui, inconsciemment, s’est sûrement un peu tendu en fin de match et j’ai bien saisi ma chance. » Mais alors, quand on voit le niveau de jeu affiché en finale et toute la semaine dans la cité phocéenne, on est en droit de se demander pourquoi Pierre-Hugues Herbert n’est-il pas plus haut au classement ATP. Il semblerait qu’il soit un diamant brut, trop souvent sous-estimé…

En effet, comme l’a si bien pointé le n°2 mondial, pour monter au classement il faut enchaîner les semaines à ce haut niveau. Ce que n’a pas réussi le joueur tricolore depuis quelques temps, et qu’il a parfois du mal à reproduire. Les voyages, le fait d’être loin de sa famille peuvent être des explications à ce manque de constance. Du côté de Marseille, Pierre-Hugues Herbert était accompagné de sa femme et de leur nouveau-né. Ce qui a semblé le détendre et le laisser se concentrer à fond sur son tennis. « J’ai pris énormément de plaisir sur les deux dernières semaines, je me suis éclaté je pense que c’est ça aussi un peu la clé, arriver à trouver ça dans n’importe quel tournoi », a déclaré le 73ème joueur mondial à l’issue du tournoi. « Je suis très satisfait de la façon dont j’ai géré mes émotions toute la semaine et d’avoir réussi à garder des intentions agressives jusqu’au bout. » Pas loin de remporter son premier titre en simple sur le circuit ATP (il a perdu quatre finales à ce jour), Herbert progresse tut de même au classement, avec 20 places gagnées cette semaine. « C’est peut-être la finale que j’ai le mieux joué donc ça motive pour retourner au boulot et essayer d’aller chercher un titre », a-t-il ajouté. En attendant ce premier titre en simple, qui confirmerait que ce diamant brut pétri de talent peut atteindre des sommets, le Français s’est envolé pour Acapulco, où il disputera le tournoi ATP 500 en double, avec son partenaire Nicolas Mahut. De quoi aller chercher toujours plus de confiance, dont il pourrait se servir en simple.

Crédit photos : @WeAreTennisFR

À LIRE AUSSI :

Vainqueur à Dubaï, Garbiñe Muguruza de retour au plus haut niveau

Roger Federer : « C’est un retour vraiment très positif pour moi »

3 réflexions au sujet de “Pierre-Hugues Herbert, un diamant brut trop souvent sous-estimé ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s