Reportages

Marcus Willis, de la lumière à Wimbledon en 2016 à une retraite définitive

Ce n’est pas la première fois que nous parlons de ce joueur britannique, Marcus Willis, qui avait réalisé un parcours incroyable à Wimbledon en 2016, jusqu’à affronter son idole Roger Federer (n°5). Ce jeudi, nous avons appris qu’il mettait un terme à sa carrière, ne pouvant plus supporter les nombreuses dépenses financières occasionnées par la vie de joueur professionnel.


Si l’histoire du Britannique Marcus Willis devait se résumer en un mot, ce serait sacrifice. En 2016, ce joueur inconnu était parvenu à se qualifier pour le tableau principal de Wimbledon en remportant sept matches de rang pour la première fois de sa carrière à ce niveau, passant par des pré-qualifications en Grande-Bretagne avant de participer au tournoi qualificatif du Grand Chelem londonien. Alors positionné dans les bas-fond du classement ATP, il avait même passé un tour pour s’octroyer le droit de rencontre sa majesté Roger Federer, sur le Center Court, au deuxième tour. Un conte de fées qui avait fait le tour de la petite île où il est né, mais aussi le tour de la planète tennis, à travers le monde entier. Aujourd’hui âgé de 30 ans, et après avoir essayé de survivre en tant que joueur professionnel depuis cet exploit, Marcus Willis a décidé de mettre un terme à sa carrière, comme il l’a évoqué dans le Daily Mail.

Au cours d’une interview où il a parlé de a retraite, Marcus Willis a également abordé d’autres sujets qui lui tenaient à cœur. Comme le fait qu’il est très difficile de vivre du tennis pour la plupart des joueurs classés au-delà du Top 100. Pour lui, d’ailleurs, la pandémie de Coronavirus a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. « J’ai eu le temps de réfléchir et je suis conscient que cela ne paie pas financièrement de continuer à faire des efforts pour se concentrer sur le double », a déclaré le joueur de 30 ans. « Il est devenu trop difficile de vivre du tennis en ce moment. Je suis plus âgé et j’ai une famille, mais je suis vraiment désolé que des jeunes très talentueux avec une grande projection abandonnent ce sport parce qu’il n’est pas économiquement viable. » Il ne s’est pas gêné non plus pour critiquer la LTA, la fédération britannique, qui selon lui ne fait pas assez d’efforts pour les jeunes joueurs. « Il y a des années, de nombreux tournois de bon niveau étaient organisés au Royaume-Uni et cela vous permettait de gagner des points, de l’expérience et de l’argent, sans avoir à trop voyager », a-t-il regretté avec tristesse. « Vous pouviez voir comment gagner votre vie avec le tennis, mais maintenant c’est la LTA qui s’occupe de tout. Ils vous mettent un coach, mais ensuite, ils vous le changent soudainement sans prendre votre avis en compte, et il y a très peu de tournois. Il y a beaucoup de joueurs de ma génération qui ont dû quitter ce sport malgré beaucoup de promesses et d’autres, comme mon ami Lloyd Glasspool, qui malgré le fait d’avoir remporté des tournois Challenger ne sont pas entrés dans le Top 100, là où se trouve vraiment l’argent. Il devient de plus en plus difficile de vivre du tennis. »

Ces paroles dures mais réalistes n’ont pas empêché Marcus Willis de se remémorer son formidable parcours au All England Club en 2016. Qui a représenté une vraie bouffée d’oxygène dans sa carrière. Et s’il n’a plus jamais retrouvé le niveau affiché à ce moment-là, il ne semble pas avoir le moindre regret. « Je n’ai pas été le joueur le plus discipliné, loin de là, mais je ne regrette rien », a-t-il confessé. « Jouer contre Roger Federer ce jour-là est inoubliable, même si j’étais presque plus excité quand j’ai passé les qualifications et que je suis allé chercher mon accréditation en tant que joueur du tableau principal. Je me suis rendu dans des endroits reculés pour jouer à des tournois mineurs. Je me souviens avoir pris un mauvais train à Bucarest. Quand je m’en suis rendu compte, je voyageais déjà depuis des heures et je me suis demandé ce que je faisais là-bas, si tout cela en valait la peine. Mais le tennis m’a donné de grandes leçons de vie. » Le Britannique repart quand même avec neuf titres sur le circuit Futures, ce qui n’est tout de même pas si mal que cela, au final. Et à 30 ans, Marcus Willis se tourne désormais vers une carrière d’entraîneur pour laquelle il va passer ses diplômes cette année.

Crédit photos : @tennispotting, @ESPNtenis

À LIRE AUSSI :

Vous n’avez rien compris à la prolongation du gel du classement par l’ATP ? Nous non plus…

Découvrez pour quelles raisons Roger Federer ne jouera pas le Masters 1000 de Miami

2 réflexions au sujet de “Marcus Willis, de la lumière à Wimbledon en 2016 à une retraite définitive”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s