Analyses

Alexei Popyrin et Juan Manuel Cerundolo, destins croisés pour leur première sur le circuit ATP

Deux joueurs de la jeune génération ont ouvert leur compteur, sur le circuit ATP, lors de la semaine qui vient de s’écouler. Pour l’un, Alexei Popyrin, il ne s’agit pas d’une première tentative, même si c’était la première fois qu’il dépassait les quarts de finale. Pour l’autre, Juan Manuel Cerundolo, il s’agissait là de son premier tournoi sur le grand circuit, avec une belle réussite. Respectivement âgés de 21 ans et 19 ans, nul doute qu’on les reverra au plus haut niveau, et peut-être même aux Next Gen ATP Finals en fin de saison pour l’Argentin.


Alexei Popyrin, la récompense pour tous les sacrifices consentis

Pour nous, en France, ce tournoi semblait bien loin. Et pourtant, le tournoi ATP 250 de Singapour a titré un joueur issu de la jeune génération, fruit de l’Académie Mouratoglou, qui pourrait continuer à faire parler de lui à l’avenir. Ce joueur, c’est l’Australien Alexei Popyrin (n°82), qui a réalisé une belle semaine pour soulever son premier trophée sur le circuit ATP. Classé 114ème mondial en début de semaine dernière, il a su faire chavirer une finale mal embarquée face au Kazakh Alexander Bublik (n°43), pour finalement s’imposer en trois sets 4-6, 6-0, 6-2. Grâce à un service puissant et quelques aces, le joueur australien s’est offert une belle opportunité dans un tournoi créé spécialement pour cette période de pandémie, avec une licence d’un an. « C’est incroyable », a déclaré Popyrin après sa victoire. « C’est beaucoup de sacrifices, de dévouement et de travail acharné, qui ont été investis dans cette de la part de moi-même, de mon équipe et de toute ma famille. Je l’ai fait pour tous ceux qui étaient impliqués. Je suis tellement fier d’avoir pu le faire. » Avant cette semaine victorieuse, Alexei Popyrin comptait 18 victoires sur le circuit principal et il n’avait jamais dépassé les quarts de finale dans un tournoi ATP. Il a notamment gagné 32 places au classement ATP pour intégrer le Top 100 ; il ne reste plus qu’à consolider sa place pour intégrer directement les tableaux de chaque tournoi du Grand Chelem.

Malgré la perte du premier set, l’Australien s’est rapidement repris en début de seconde manche, ne perdant que six points derrière son service et parvenant même à gagner sept jeux blancs consécutifs à partir de 3-5 dans le premier set. « Je savais que si je pouvais prendre un départ rapide dans le deuxième set, je le gagnerais probablement, surtout avec la façon dont j’ai servi cette semaine », a ajouté le joueur de 21 ans. « Dans le troisième set, j’ai commencé à anticiper là où il allait servir. J’ai commencé à remettre les balles en jeu. Le plus important était de lire son service et c’est ce que j’ai fait. En même temps, j’ai essayé de jouer de manière agressive et c’est ce que j’ai fait. Cela a payé. » Avant la finale, Popyrin avait sorti une autre tête de série, le Croate Marin Cilic (n°41) en deux sets 7-6 (5), 7-6 (2) en demi-finales. Grâce à ce titre, le joueur australien est par ailleurs devenu le deuxième joueur à ouvrir son compteur en 2021, après le Britannique Dan Evans (n°28), qui à 30 ans avait soulevé son premier trophée au Murray River Open, un des tournois ATP 250 disputés à Melbourne avant l‘Open d’Australie.

Juan Manuel Cerundolo, grande première à 19 ans

Autre coin de la planète, autre surface. Nous partons désormais en Argentine, sur terre battue, où le jeune argentin de 19 ans, Juan Manuel Cerundolo (n°181), a ouvert son compteur lors du tournoi ATP 250 de Cordoba. Vous connaissiez peut-être son frère, Francisco Cerundolo (n°135), âgé de 22 ans, qui a remporté la bagatelle de trois titres sur le circuit Challenger en 2020. Voici désormais son petit frère, qui pourrait faire plus de ravages que lui, si on en croit la semaine qu’il vient de passer dans son pays. Classé 335ème mondial en début de semaine, Juan Manuel Cerundolo disputait là son tout premier tournoi ATP, et on peut dire qu’il a raflé la mise ! Pour remporter ce premier trophée en carrière, l’Argentin a battu l’Espagnol Albert Ramos (n°46), tête de série n°5, en trois sets 6-0, 2-6, 6-2 en finale. Cerundolo est devenu le cinquième joueur le moins bien classé à triompher sur le circuit ATP depuis 1990, et le moins bien classé depuis l’Espagnol Pablo Andujar (alors classé 355ème mondial), qui s’était imposé au tournoi ATP 250 de Marrakech en 2018. « C’est assez incroyable. Je ne peux pas y croire », a déclaré Juan Manuel Cerundolo après avoir glané le titre. « Je suis tellement heureux de gagner ce tournoi et d’atteindre cet objectif que j’espérais voir arriver tôt ou tard. Mais je ne peux pas y croire. Il y a tellement de choses dans ma tête en ce moment que je ne peux pas toutes les exprimer. La seule chose que je peux dire, c’est que je suis très heureux et que je vais profiter de cette soirée. »

Il faut voir plus loin pour mesurer l’exploit du jeune argentin de 19 ans. Avant le Cordoba Open, il n’avait disputé que 14 rencontres sur le circuit Challenger, avec un ratio parfait de 7 victoires pour 7 défaites. Avec son frère Francisco Cerundolo, ils étaient tous deux dans le tableau principal du tournoi argentin, une première depuis 1981 pour des frères d’un même pays. Sur son parcours, outre la finale, il a battu deux autres têtes de série : le Serbe Miomir Kecmanovic (n°42), tête de série n°3, en trois sets 6-7 (3), 7-5, 6-2 au deuxième tour ; et le Brésilien Thiago Monteiro (n°74), tête de série n°7, en trois sets 6-2, 2-6, 6-3 en quarts de finale. Lors du match final, il a démarré fort pour remporter les six premiers jeux du match, infligeant une petite roue de vélo à son adversaire, qui s’est bien repris en suite dans la deuxième manche. « La clé était d’être mentalement stable, car le match était très physique », a expliqué Cerundolo à propos de Ramos. « Il est très solide avec un bon revers et un bon coup droit. J’étais stable dans ma tête mais dans le deuxième set, il était meilleur que moi. Dans le troisième set, j’ai pu prendre le dessus sur lui, mais la clé était de rester mentalement stable. » Par conséquent, Juan Manuel Cerundolo est devenu le troisième joueur à ouvrir son compteur en 2021. Par ailleurs, c’était la deuxième fois que le tournoi ATP 250 de Cordoba permettait à un joueur local de remporter son premier titre : en 2019, cela avait déjà été le cas pour Juan Ignacio Londero (n°90), qui depuis n’est pas parvenu à doubler la mise. Espérons que Juan Manuel Cerundolo saura confirmer.

Crédit photos : @_TennisCoaching, @usopen, @CordobaOpen

À LIRE AUSSI :

Prévu pour être un grand rendez-vous de tennis, le tournoi ATP 500 de Rotterdam a subi une véritable hécatombe !

Race to Milan – Félix Auger-Aliassime en tête, Sinner et Korda en embuscade

4 réflexions au sujet de “Alexei Popyrin et Juan Manuel Cerundolo, destins croisés pour leur première sur le circuit ATP”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s