En Bref

Pourquoi Victoria Azarenka n’était pas au mieux lors de son 1er tour à l’Open d’Australie ?

Si vous n’avez pas vu la rencontre du premier tour de l’Open d’Australie disputée la nuit dernière par Victoria Azarenka (n°13), vous avez dû être surpris ce matin en vous levant en voyant qu’elle avait perdu d’entrée. En effet, l’année dernière, la Biélorusse était parvenue à revenir parmi les meilleures joueuses mondiales, notamment grâce à une finale à l’US Open. Elle était donc très attendue à Melbourne. Cependant, alors qu’elle affrontait l’Américaine Jessica Pegula (n°61), tout ne s’est pas passé comme elle le souhaitait et elle a fini par perdre en deux sets 7-5, 6-4. S’il ne faisait pas très chaud quand la tête de série n°12 a joué aux alentours de midi (2h en France), soit 23 degrés, elle a tout de même eu du mal à respirer au cours du deuxième set. La Biélorusse s’est alors accroupie dans un coin de la Margaret Court Arena pour tenter de reprendre son souffle et les médecins ont dû lui apporter de l’aide. Azarenka est ensuite sortie du court en prenant un temps mort médical. En conférence de presse, elle s’est agacée d’avoir eu à se justifier de ce malaise. « Je ne comprendrai vraiment jamais cette règle de pourquoi, quand quelqu’un est malade, blessé ou autre, il doit donner la raison médicale à tout le monde », a-t-elle déclaré. « Je pense que ça devrait être changé. A moins que les joueurs ne veuillent en parler, alors ils peuvent. Mais cela ne devrait pas être obligatoire pour les gens de parler de leurs problèmes de santé. Même légalement, les médecins ne devraient divulguer aucune information. Je pense que nous devrions mettre en place une nouvelle règle à ce niveau‐là. » De son côté, son adversaire a bien vu que quelque chose n’allait pas, même si elle a tout fait pour faire abstraction des pépins physiques de la Biélorusse. « Oui, je peux dire qu’elle se prenait la poitrine, qu’elle respirait fort », a ainsi confié Pegula. « Je peux vous dire qu’elle ne se sentait pas bien. C’est pourquoi il est tout aussi difficile de clore le match, parce que vous voyez cela se produire tout le temps, quand quelqu’un ne se sent pas bien, est blessé, joue en n’ayant plus rien à perdre, ce qu’elle a fait pendant quelques jeux. J’ai juste essayé de ne pas penser à ça, continuer à jouer mon jeu, de ne pas la laisser dicter. » Si la chaleur n’était pas très forte ce mardi, un pic est attendu jeudi à Melbourne, avec pas moins de 34 degrés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s