Reportages

Quand Sam Querrey s’explique sur son « évasion » lors du tournoi de Saint-Pétersbourg

Il y a quelques jours, le joueur américain Sam Querrey (n°56) a tenu à expliquer dans les moindres détails ce qu’il s’était passé en marge du tournoi ATP 500 de Saint-Pétersbourg. En octobre dernier, il avait en effet outrepassé les protocoles sanitaires mis en place en Russie, après avoir été testé positif à la COVID-19.


Au mois d’octobre dernier, l’Américain Sam Querrey (n°56) était devenu, en quelque sorte, un fugitif essayant de fuir la Russie avec sa femme et son bébé après avoir été testé positif au Coronavirus, alors que le tournoi ATP 500 de Saint-Pétersbourg se déroulait dans une fin de saison chaotique. Comme nous vous l’avions raconté, l’Américain avait décidé de prendre un vol pour Londres, sans autorisation, lorsqu’il avait appris qu’après son deuxième test positif, lui et sa famille devaient se rendre dans un hôpital russe pour passer 14 jours en quarantaine, avec la menace d’être séparés de leur bébé de quelques mois. Après une sanction et une amende, Sam Querrey a expliqué dans Sports Illustrated comment il a agi, pourquoi il a fui de la sorte et quelle était sa version des faits. Notez que dans un communiqué publié précédemment par le tournoi de Saint-Pétersbourg, Querrey aurait refusé l’entrée des médecins à deux reprises et aurait pris un vol privé, quittant l’hôtel avant six heures du matin afin de quitter le pays.

« Depuis le retour du tennis à l’US Open, il y a eu une ou deux personnes qui ont contracté la COVID-19 à chaque tournoi, et ces personnes se sont juste mises en quarantaine à l’hôtel du tournoi pendant 10 à 14 jours, selon la réglementation locale », s’est justifié le 56ème joueur mondial. « Je suis arrivé à Saint-Pétersbourg le mercredi soir précédent le début du tournoi. Nous nous sommes levés le jeudi matin et nous sommes allés faire nos tests COVID à l’hôtel. Nous avons été testés négatifs et ils nous ont dit : ‘Revenez dans quatre jours pour effectuer un autre test’. Le dimanche avant le début du tournoi, ma femme et moi sommes descendus, et nous avons eu un autre test. Je suis allé m’entraîner ; elle est restée dans la chambre avec le bébé. Dimanche après-midi, j’ai reçu un appel de la femme qui organisait les tests COVID. ‘Vous et votre femme avez été testés positifs, pouvez-vous descendre et passer un autre test pour vous assurer que vous êtes bien positifs ?‘ Il n’y a pas de problème. Nous descendons les escaliers, faisons un autre test et retournons dans la chambre. Elle rappelle quelques heures plus tard. nous disant : ‘Vous avez été testés positifs. Veuillez rester dans la chambre.’ Nous nous sommes mis en quarantaine pendant deux jours, recevant un service d’étage. Ils nous apportent des boîtes de plats à emporter et de nouvelles feuilles devant la porte. J’ai pensé : ‘nous allons nous mettre en quarantaine pendant deux semaines, nous sommes à l’hôtel du tournoi, tout va bien.’« 

L’affaire aurait pu s’arrêter là pour Sam Querrey et sa famille, mais c’était sans compter sur l’intervention d’un médecin et sur la possibilité que la famille Querrey aille à l’hôpital en cas de symptômes, étant séparés de leur bébé de seulement sept mois. « Deux jours plus tard, vers 20h, je reçois un appel d’un des superviseurs de l’ATP », a poursuivi le joueur américain. « ‘Vous ne pouvez plus rester à l’hôtel. Deux médecins viendront dans votre chambre, un pour vous et votre femme et un pédiatre pour votre bébé. Ils vont déterminer si vous avez des symptômes ou non, et si vous avez des symptômes, vous irez tous les trois à l’hôpital pendant au moins deux semaines.’ J’ai reçu cet appel sur haut-parleur, alors ma femme commençait à paniquer. De toute évidence, je n’étais pas d’accord avec ça, parce que nous nous sentions en sécurité dans l’hôtel du tournoi. Je me suis dit : ‘Maintenant, deux médecins viennent au hasard ? Qui sont les médecins ? Je n’ai aucune idée de qui ils sont, de quel hôpital ils parlent, de ce qu’il se passe.’ Et je n’ai pas pu obtenir de réponses. En plus, notre fils de sept mois à l’époque faisait ses dents, il avait une légère fièvre. Et puis je ne savais pas si les médecins détermineraient que la fièvre était symptomatique. Je pensais : ‘Vont-ils emmener le bébé dans un hôpital différent de celui où nous allons aller ?’ Et personne n’a répondu à ces questions. Personne ne nous a dit que nous serions ensemble. Donc, à ce moment-là, je me suis senti très mal à l’aise. Il était 22h, et j’ai dit au superviseur du circuit : ‘Hé, je ne vais pas permettre aux médecins d’entrer dans la salle à 22h un dimanche. Le bébé dort. Nous n’avons aucun symptôme. Nous allons tous bien.’ Alors à ce moment-là, j’ai appelé mon agent, John Tobias, et nous avons contacté l’ATP pour avoir des réponses et de l’aide. Je lui ai dit : ‘Nous nous sentons très vulnérables, c’est très inconfortable. Nous sommes entre les mains de médecins russes, et ils vont déterminer si nous allons ou non dans un hôpital en Russie pendant deux semaines.’ Encore une fois, nous avons été très satisfaits de l’hôtel. Nous n’étions proches de personne, nous étions dans la chambre et nous n’avons jamais eu de plainte ou de problème. Alors j’ai dit : ‘S’il vous plaît, essayez de faire venir les médecins le lendemain matin à 10h, pas le dimanche soir à 22h.’ L’ATP a finalement accepté cela, mais j’ai dû prendre une décision entre 22h et 10h le lendemain. J’étais là-bas avec ma femme et mon bébé, et je me suis dit : ‘Je ne suis pas à l’aise avec ça.’ Nous avons donc pris la décision de louer un avion et de partir. »

Comment Sam Querrey a-t-il pu obtenir un avion aussi rapidement et fuir un pays, une ville où il ne se sentait plus en sécurité ? Voici ce que l’Américain a expliqué : « J’ai contacté une compagnie aérienne privée et lui ai dit : ‘Puis-je prendre un avion dans les neuf heures environ entre Saint-Pétersbourg et Londres ?’ Et ils m’en ont donné un. Nous avons quitté l’hôtel tôt le matin pour ne pas nous faire voir, nous sommes allés directement au terminal des jets privés de Saint-Pétersbourg et avons pris l’avion pour Londres. Lors de ce voyage, ma femme et moi avons utilisé des masques, nous n’avons jamais enlevé le masque pour prendre une gorgée d’eau ou de nourriture. Nous avons atterri, nous sommes allés directement dans un Airbnb que j’ai loué et avons été mis en quarantaine pendant deux semaines. J’ai senti qu’en tant que père et mari, il y avait un côté humain à cela et je devais faire ce que je pensais être juste. Je n’étais pas disposé à laisser notre famille aller à l’hôpital pendant au moins deux semaines où nous étions. Une fois que nous avons atterri, l’histoire a explosé au grand jour. C’est là que j’ai été frustré. Je n’ai pas refusé les médecins à la porte, je leur ai simplement demandé de venir le lendemain, et ils ont accepté. J’ai lu qu’ils nous ont offert un appartement de luxe. Ils ne nous ont jamais proposé d’appartement de luxe. Ils nous ont offert un appartement, mais ils ne m’ont pas dit où il se trouvait, comment nous allions nous procurer de la nourriture, et ils ne nous ont offert cet appartement que si les médecins déterminaient que nous n’avions aucun symptôme. À mon avis, nous n’avons vraiment mis personne en danger. Nous avons fait tout ce que nous pouvions lors de ce voyage pour minimiser l’exposition et franchement, je pense que nous l’avons bien fait. » Finalement, Sam Querrey n’en veut pas à l’ATP dans toute cette histoire, pensant sincèrement qu’elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour que cela se passe au mieux. « Je ne les blâme pas », a-t-il confessé. « De semaine en semaine, ils traitent avec différentes autorités sanitaires dans différentes parties du monde. Et puis, dans cette situation, une fois que le joueur tombe malade ou est testé positif, tout incombe directement aux autorités sanitaires locales. » Dix semaines après cette sombre histoire, l’ATP a clôturé son enquête, imposant à Querrey une amende de 20 000 $ avec sursis, à condition qu’il ne commette « aucune autre violation des protocoles de santé et de sécurité liés à la COVID-19 au cours d’une période d’essai de six mois. »

Crédit photos : @usta, @ebenesport, @mensclaycourt

À LIRE AUSSI :

Analyse des tableaux des tournois ATP 250 de Delray Beach et d’Antalya

Analyse du tableau du tournoi WTA 500 d’Abu Dhabi, où Sofia Kenin est tête de série n°1

3 réflexions au sujet de “Quand Sam Querrey s’explique sur son « évasion » lors du tournoi de Saint-Pétersbourg”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s