Analyses

Carlos Alcaraz, 17 ans seulement, sur les traces de Richard Gasquet, Juan Martin del Potro et Novak Djokovic…

Du haut de ses 17 ans et 5 mois, le jeune espagnol Carlos Alcaraz (n°136) connaît une ascension fulgurante. Ce dimanche, il a remporté son troisième titre en Challenger, à Alicante, devenant le deuxième plus jeune joueur à accomplir une telle performance. Seul le Français Richard Gasquet (n°54) avait fait mieux, en 2003, en accomplissant pareil exploit à seulement 16 ans et 10 mois.


Ce dimanche, l’Espagnol Carlos Alcaraz (n°136) a donc remporté la finale du Challenger d’Alicante, chez lui à domicile, au sein de l’Académie Equelite Ferrero (fondée par l’ancien joueur Juan Carlos Ferrero). Pour y parvenir, il a pris le meilleur sur son compatriote Pedro Martinez (n°92) en deux sets 7-6 (6), 6-3. À 17 ans et 5 mois, il est ainsi le plus jeune joueur à soulever plusieurs trophées d’affilée dans cette catégorie de tournois et le deuxième plus jeune à remporter trois titres en Challenger. Seul le Français Richard Gasquet (n°54) était plus jeune (16 ans et 10 mois) lorsqu’il avait triomphé pour la troisième fois à Naples en 2003. « C’est incroyable de gagner à domicile à Villena », a déclaré Alcaraz ce dimanche après sa victoire. « Ce fut un match formidable. Pedro est un joueur incroyable et nous avons tous les deux joué à un niveau élevé. Cela me rend fier de jouer comme ça à la maison et devant les gens que je connais. Je suis très heureux et c’est une motivation pour continuer à se battre pour aller plus loin. »

La première fois que nous avions parlé de cet espoir du tennis espagnol, c’était en avril 2019, quand il avait été le premier joueur né en 2003 à remporter un match sur le circuit Challenger. Depuis, il a évolué et beaucoup de chemin a été parcouru. Conseillé par Juan Carlos Ferrero au sein de son académie, Carlos Alcaraz dépasse ainsi tous les espoirs placés en lui. En 2020, il a remporté trois titres sur le circuit Challenger (Trieste, Barcelone et Alicante) et a fait une finale supplémentaire à Cordenons. Ce qui impressionne le plus chez ce jeune joueur n’est pas son niveau de jeu. C’est plutôt la gestion brillante de ses émotions sur le court, ainsi que sa clairvoyance tactique dans le choix de ses coups. Quand il fait une erreur, il ne bronche pas et il fait preuve d’une grande ténacité au combat. La preuve : il a un record de 13-2 en sa faveur dans les jeux décisifs qu’il a disputés cette année, ce qui est digne d’un top player. Peu de joueurs de son âge évoluaient avec un tel succès en Challenger. Le niveau de ce circuit ne cesse de croître, mais Carlos Alcaraz dévore tout sur son passage. Peu de gens pouvaient imaginer qu’à ce stade de la saison 2020, aussi particulière soit-elle, il présenterait un bilan de 19 victoires pour seulement… 3 défaites ! Ce qui vaut au jeune espagnol d’atteindre son meilleur classement ce lundi, une 136ème place mondiale, lui qui avait terminé la saison 2019 à la 492ème place mondiale du classement ATP. Notez que seuls quelques joueurs étaient aussi performant à son âge, outre Richard Gasquet. En effet, dans le haut du panier, on trouve aussi des noms comme Félix Auger-Aliassime (n°22), qui avait déjà trois titres en Challenger à 17 ans et 10 mois, Juan Martin del Potro (n°147), qui les avait également remportés à l’âge de 17 ans et 10 mois, et enfin Novak Djokovic (n°1), qui lui les avait glanés à l’âge de 17 ans et 11 mois entre 2004 et 2005.

Comment définir le jeu de Carlos Alcaraz et sous quels aspects peut-il être amélioré ? Ce qui est intéressant chez ce jeune joueur est qu’il a encore une belle marge de progrès. Premièrement, il pourrait encore gagner un ou deux centimètres et dépasser le mètre quatre-vingt-cinq qu’il mesure actuellement. Cela lui permettrait d’avoir une marge un peu plus grande pour progresser au service, ce qui lui permettrait d’être plus performant sur dur, lui dont la surface favorite est naturellement la terre battue. Sa main droite est incroyable : Alcaraz a la capacité d’imprimer beaucoup de lift, il accélère bien la balle grâce à une puissance physique qui est au-dessus de la moyenne pour son âge et qui continuera sûrement d’augmenter, et il a la capacité naturelle de faire des variations remarquables avec l’utilisation de l’amortie. C’est un joueur qui joue parfaitement bien en fond de court, qui sait défendre à merveille mais il joue aussi très bien au filet – ce qui est de moins en moins courant chez les jeunes joueurs – et il a également un bon revers long de ligne qui peut lui permettre de gagner des points. Dans un pays habitué à la gloire du tennis depuis des décennies, ce jeune espagnol apporte beaucoup d’espoirs pour les années post-Nadal. La prolongation du circuit Challenger jusqu’au mois de décembre et la récurrence des tournois sur terre battue peuvent donner à Carlos Alcaraz la possibilité de se rapprocher encore plus du Top 100, un objectif qui semblait invraisemblable en janvier dernier. S’il prend une semaine de repos après avoir enchaîné deux titres d’affilée ces deux dernières semaines, on retrouvera le jeune espagnol la semaine prochaine au tournoi de Marbella, où il sera attendu de pied ferme.

Crédit photos : @ATPChallenger

À LIRE AUSSI :

Roger Federer, concernant sa blessure : « Je suis sur la bonne voie »

Rolex Paris Masters – Novak Djokovic sera le grand absent à Bercy

3 réflexions au sujet de “Carlos Alcaraz, 17 ans seulement, sur les traces de Richard Gasquet, Juan Martin del Potro et Novak Djokovic…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s