Analyses

Roland-Garros – Au cœur de la polémique, la crainte des tests au Coronavirus faussement positifs

Chez les joueuses et les joueurs prêts à s’engager dans le tournoi de Roland-Garros ce dimanche, la peur règne. Celle du test positif au Coronavirus, qui serait synonyme de disqualification immédiate. Même si, on l’a vu avec plusieurs cas, les tests faussement positifs existent bel et bien.


Tout a commencé lors des qualifications. Cinq joueurs et une joueuse ont été évincés de ce pré-tournoi pour des tests positifs au Coronavirus. Or, dans plusieurs cas, il s’est avéré que ces tests semblaient être de faux positifs. Explications. Petar Popovic, exemple le plus relayé dans la presse, a été testé positif à Paris parce qu’il avait encore des anticorps après avoir contracté le virus cet été. Dès le lendemain de la disqualifications de son poulain, Damir Dzumhur (n°114), il a refait un test, qui cette fois est revenu négatif. Raison pour laquelle le coach et son joueur sont bien décidés à poursuivre Roland-Garros et la FFT en justice, ce dont nous avons déjà parlé. Et ce cas n’est pas le seul : l’Espagnol Bernabe Zapata Miralles (n°144) a vécu une situation similaire, son coach étant positif un jour et négatif le lendemain. Même chose pour la joueuse polonaise Katarzyna Kawa (n°128), testé elle positive lors d’un test effectué à Paris mais négative le lendemain.

Dernière affaire en date, qui pourrait faire du bruit puisqu’il s’agit d’un membre du Top 100 : l’Espagnol Fernando Verdasco (n°58), sorti en catimini du tableau principal ce jeudi avant le tirage au sort. La raison ? La même que pour les joueurs disqualifiés lors des qualifications. En effet, le joueur ibère a reçu un test positif à Paris. Le protocole est strict : même s’il est légèrement positif, ce résultat a pour conséquence la disqualification du joueur. Seulement, dans ce cas également, un deuxième test effectué le lendemain est revenu… négatif ! Seulement, Verdasco a expliqué avoir contracté le virus au mois d’août, de manière asymptomatique. Ce qui laisse des anticorps présent dans le sang, et expliquerait donc que parfois, les tests puissent être positifs. Dans le cas de Verdasco, il a effectué plusieurs tests, tous négatifs, à Rome et Hambourg. Après son test positif à Paris, il a tenté de demander un deuxième test, expliquant as situation, mais comme pour le coach de Damir Dzumhur, cela lui a été refusé. « L’organisation de Roland-Garros a refusé de passer un autre test, même en tenant compte de toutes ces circonstances et du fait qu’il y avait suffisamment de jours pour refaire les tests avant la compétition et le tirage au sort. J’ai également été disqualifié », a-t-il expliqué dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

Là où les joueuses et les joueurs peuvent avoir des craintes, c’est donc s’ils ont déjà eu le virus et que des anticorps se baladent dans leur sang. « Cela pourrait arriver à n’importe quel joueur ou à son équipe, et à mon avis, le minimum est de faire de nouveaux tests pour éviter les disqualifications directes injustes et donner une certaine sécurité aux joueurs », a d’ailleurs ajouté Fernando Verdasco. Que se passerait-il si d’aventure Novak Djokovic (n°1) ou Grigor Dimitrov (n°19), qui ont déjà contracté le virus, recevaient un test positif ? seraient-ils disqualifiés d’office, comme le veut le protocole, ou auraient-ils droit à un deuxième test ? Quoiqu’il en soit, après Dzumhur, Verdasco ne compte pas en rester là : « Je veux communiquer ma frustration et mon indignation totales envers l’organisation de Roland-Garros pour m’avoir enlevé mon droit de participer à cet événement important sans même me donner l’occasion de faire un autre test avec un nouvel échantillon. » L’insécurité et la peur règnent donc du côté des principaux acteurs du tennis avant le début d’un Roland-Garros où la pluie et les balles pourraient également faire parler d’elles. En attendant, comme ont déjà témoigné Benoît Paire (n°25) ou encore Alizé Cornet (n°52), difficile d’entrer l’esprit tranquille sur le court dans ces conditions.

Crédit phoso : @EPA, @infosportplus

À LIRE AUSSI :

Hambourg – Ugo Humbert se mettrait-il à aimer la terre ?

Benoît Paire : « Je suis fatigué mentalement, fatigué nerveusement »

8 réflexions au sujet de “Roland-Garros – Au cœur de la polémique, la crainte des tests au Coronavirus faussement positifs”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s