Analyses

US Open – Est-on enfin en train de retrouver la Caroline Garcia qui a été n°4 mondiale ?

Ce mercredi à New York, Caroline Garcia (n°50) a éliminé la tête de série n°1, la Tchèque Karolina Pliskova (n°3), pour se qualifier pour le troisième tour de l’US Open. De quoi nous rappeler que la joueuses française a été n°4 mondiale, avec un jeu puissant et surtout un vrai physique d’athlète.


Gilles Simon (n°52) nous avait prévenu : il y a des joueuses et des joueurs pour qui le confinement et la pause forcée du tennis auront fait du bien. Caroline Garcia (n°50) en ferait-elle partie ? Quoiqu’il en soit, la Lyonnaise – qui s’est durement entraînée à l’Académie de Rafael Nadal (n°2) – semble s’être reconstruit une caisse physique, et ça s’est vu lors de sa rencontre du deuxième tour de l’US Open mercredi face à Karolina Pliskova (n°3), tête de série n°1 en l’absence d’Ashleigh Barty (n°1) et de Simona Halep (n°2). Pour rappel, la Tricolore s’est imposée en deux sets 6-1, 7-6 (2), parvenant à serrer le jeu quand son adversaire est remontée d’un break de retard dans la seconde manche et dominant le jeu décisif pour s’éviter un troisième set de tous les dangers. « Je n’étais pas plus agressive que d’habitude, en revanche j’ai clairement commis moins d’erreur que d’habitude », se réjouissait Garcia en conférence de presse. « C’était un grand défi pour moi, je l’ai réussi et je suis prête pour le suivant. » Le suivant, ce sera ce vendredi au troisième tour, face à l’une de ses bêtes noires : l’Américaine Jennifer Brady (n°41). Nous avons hâte de voir comment la Française va réagir et si elle se montrera capable d’enchaîner.

En tout cas, s’il y en a un qui n’a pas été surpris par l’exploit de Caroline Garcia face à la tête de série n°1 de l’US Open, c’est bien Louis-Paul, son père, qui suit le tournoi avec attention depuis Alicante, en Espagne. « Je sais qu’elle sait le faire et qu’elle l’a déjà fait », a-t-il déclaré dans des propos relayés par nos confrères de L’Equipe« Maintenant pourquoi aujourd’hui ? Une des réponses, c’est le physique. Si elle joue bien ou mieux, c’est parce que nous avons pris des décisions concernant le programme physique en début d’année à Auckland pour retrouver une base de force suffisante pour qu’elle puisse développer ses capacités d’explosivité dont elle a besoin pour mettre son jeu à exécution. Cette base lui faisait défaut. Elle l’a retrouvée, elle peut encore l’améliorer. » Ceci explique donc cela, et c’est là que la pause forcée du tennis suite à la pandémie de Coronavirus ne peut qu’avoir été bénéfique à la Lyonnaise. Car souvenez-vous, en janvier dernier, elle se sentait frustrée après son élimination au deuxième tour de l’Australian Open face à Ons Jabeur,  avec ce sentiment « d’avoir régressé physiquement. » La Tricolore a donc pris le taureau par les cornes et s’est donné les moyens de réussir à nouveau.

Confinée à Manacor avec ses parents, Caroline Garcia a ainsi pu bénéficier des installations de l’Académie de Rafael Nadal. Mais aussi de l’aide d’un préparateur physique, qui lui a établi un programme physique digne des plus grandes. Studieuse, la joueuse tricolore a suivi le programme à la lettre, malgré quelques pépins physiques, et a donc retrouvé la force qui lui faisait défaut. Karolina Pliskova l’a bien noté en soulignant le « niveau de jeu incroyable au premier set » de son adversaire. Il faut dire qu’avec un physique retrouvé, Garcia peut enfin remettre ne place son jeu d’attaque qui peut faire mal, très mal. Même Julien Benneteau, le capitaine de l’équipe de France de Fed Cup, s’est aperçu du regain de forme de la Lyonnaise. « Elle bougeait mieux », a-t-il souligné. « Il y a beaucoup de choses qui sont conditionnées par rapport à ça dans son jeu. Elle était dans le bon timing dans ses frappe. Avec plus de sécurité, dans le sens où elle fait moins de fautes directes. Elle est bien placée et pas prise de vitesse. C’était très percutant au retour de service des deux côtés, même en coup droit. Il y avait moins de déchets. Dans son temps de réaction et dans sa mise en place, elle est plus alerte. La qualité de son jeu s’en ressent. Quand elle a cette mobilité et cette explosivité, elle fait mal et elle est capable de contrer la balle de Pliskova qui va très très vite. Elle la regarde droit dans les yeux. C’est top. » Il semble que l’on ait enfin retrouvé la Caroline Garcia de l’automne 2017, conquérante et qui enchaînait les victoires pour s’imposer coup sur coup à Wuhan et Pékin. Mais la Garcia de New York 2020 vaut-elle la Garcia de 2017 ? « Elle n’est peut-être pas loin, elle est peut-être même meilleure. Physiquement, elle est plus forte. Elle a une plus grande maturité. Elle a une palette de jeu plus large », a répondu Louis-Paul Garcia« Après, ce sont des petits détails et dans sa tête, jusqu’où elle veut aller ? Mais on ne va pas s’enflammer. » Non, avant de s’enflammer, il faudra voir comment elle évolue dans ce tournoi et comment elle négocie le prochain virage face à Jennifer Brady, ce vendredi en deuxième rotation sur le Court 17 de l‘US Open.

Crédit photos : @CaroGarcia

À LIRE AUSSI :

Kristina Mladenovic : « C’est un cauchemar ce que l’on vit là »

US Open – Les joueuses et les joueurs sont-ils réellement dans une bulle sécuritaire à New York ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s